Suis-nous
Warriors Rugby League Warriors Rugby League

Fan expérience dans le monde

6 originalités de l’expérience fan avec les Warriors d’Auckland en Rugby League

Retour sur notre originale dernière expérience en Rugby League en Nouvelle Zélande avec les Warriors d’Auckland.

Publié

le

Ce weekend, nous avons assisté à notre premier match de Rugby League, plus connu en Europe sous le nom de Rugby à XIII mais tout aussi populaire que le Rugby à XV (ici appelé Rugby Union) dans l’hémisphère sud.

 

C’est au Mont Smart Stadium, à Auckland en Nouvelle-Zélande que nous avons assisté à la rencontre des Warriors d’Auckland contre les Panthers de Penrith en Australie. Les Warriors sont la seule équipe kiwi à faire partie de la National Rugby League australienne. Le match était à fort enjeu, puisqu’il offrait une place en play-off aux Warriors en cas de victoire.

Au-delà du jeu qui est tout de même très différent du rugby dont nous avons l’habitude – beaucoup plus rythmé, moins d’arrêts de jeu et des contacts plus intenses – nous avons vécu une expérience de fan inédite lors de ce match. Voici les 6 choses qui nous ont plutôt surprises lors de cette rencontre et qui valent la peine d’être partagées avec vous !

1. Le naming d’équipe

L’équipe des Warriors se nomme en réalité les Vodafone Warriors du naming de la célèbre entreprise de téléphonie mobile. Si en France nous sommes maintenant habitués aux naming de stades (MMArena, Allianz Riviera, AccorHotels Arena) ou aux naming de championnats (Lidl StarLigue ou encore Ligue 1 Conforama), il est courant dans l’hémisphère Sud d’avoir des équipes aux noms de marques. On peut penser par exemple aux Qantas Wallabies, l’équipe nationale de Rugby à XV d’Australie (Qantas est la principale compagnie aérienne d’Australie). 
Peut-être que nous aurons nous aussi un jour droit à une rencontre entre Amora Dijon et Ricard Olympique de Marseille.

Enfin, cela dit, ce n’est pas forcément évident d’imaginer un changement de nom de son équipe au bon vouloir des deals négociés par le club !

Vodafone Warriors@WarriorsNZ

Vodafone Warriors, seule équipe professionnelle de Rugby League de Nouvelle-Zélande

2. La configuration du stade

Le Mont Smart Stadium est un stade de 30 000 places avec uniquement 3 tribunes, dont seulement 2 couvertes. En guise de 4e tribune, un écran géant HD qui nous rappelle un peu la configuration de la U Arena.

L’utilisation de cet écran géant unique est vraiment optimisée, tous les fans ont une bonne visibilité et ses contenus sont de qualité : diffusion du match bien-sûr, mais aussi de nombreux ralentis (il n’y a pas de restriction sur les ralentis d’actions litigieuses ici) et des animations ludiques lors de la mi-temps.

Ecran géant du Mont Smart Stadium@Fanstriker

Ecran géant et zone de convivialité du Mont Smart Stadium

3. Rapidité et facilité pour entrer dans le stade

Il faut savoir qu’à Auckland les transports en communs sont gratuits pour les détenteurs d’un billet de match, alors comme pour toutes les autres rencontres auxquelles nous avons assisté, nous n’avons pas eu à payer le bus et on ne s’en lasse pas. Autre point qui rend l’accès au stade très fluide : la quasi non existence de sécurité, une fouille de sac et une palpation à l’entrée du stade qui se fait littéralement en 5 secondes.

Pas forcément applicable à nos modèles européens malheureusement dans les conditions que nous connaissons…

4. Un stade pensé comme un espace de convivialité

Tout est fait pour faciliter la convivialité au stade. De nombreux espaces de restauration et foodtrucks, tables, bancs, sont faits pour que les fans passent du temps entre eux avant le match dans l’enceinte du stade. D’ailleurs, fait plutôt récurrent pour le club, plusieurs rencontres étaient programmées ce soir-là. Un match de gala entre les équipes des polices de Nouvelle-Zélande et d’Australie avait lieu avant le match officiel. Les portes ouvrent donc très tôt, et les fans peuvent venir assister au match s’ils le souhaitent pour le même prix. Une bonne idée pour faire venir les fans plus tôt non ?

Coursives du stade, décorées de maillots collectors@Fanstriker

Coursives du stade, décorées de maillots collectors

5. Une animation de mi-temps vraiment drôle

La majorité des animations lors de la mi-temps proposées par les clubs ont souvent tendance à manquer un peu d’originalité ou d’engagement, lorsqu’elles existent. Cette fois-ci les Warriors nous ont offert un bon fou-rire ! Cette animation est en lien avec une campagne de sensibilisation contre l’alcool au volant (problème récurrent rencontré par le club avec des fans qui rentraient chez eux trop alcoolisés). Deux équipes de fans s’affrontent sur une course d’obstacle en relais. Mais attention, les participants doivent porter des lunettes répliquant la vision en état d’ébriété !!

Si vous avez déjà testé ces fameuses lunettes lors d’une action sécurité routière, imaginez faire la course sur un terrain humide et semé d’embuches… ou plutôt imaginez que vous regardez des fans courir de leur mieux sur ce parcours au beau milieu de la pelouse ! Un grand moment !

6. Une ambiance atypique

Les fans présents ce soir là étaient pour beaucoup des habitués. Nombreux sont d’ailleurs venus avec leurs propres couettes pour braver l’hiver (une astuce répertoriée dans notre guide de survie pour l’hiver).

Fans des Warriors suite à un essai de leur équipe@WarriorsNZ

Les fans des Warriors suite à un essai de leur équipe

En revanche, comme lors de notre match All Blacks-France nous avons été surpris par le manque de chants et d’ambiance en tribunes par rapport à nos repères européens.

Pour combler le silence, un groupe de musique maori jouait des rythmes endiablés en fonction de l’action sur le terrain dès que les Warriors avaient la possession. Plutôt très bien fait, on se serait un peu cru au cinéma devant Mission Impossible !

https://twitter.com/NZWarriors/status/1033109879601483776

Pour résumer ce match, une belle découverte de ce sport qui offre 80 minutes d’actions et de suspens non stop ainsi que de nombreuses surprises qui permettent de vivre une expérience fan différente et dépaysante !

Si vous avez été convaincus d’aller voir un match de Rugby à XIII, pas besoin d’aller jusqu’en Nouvelle-Zélande. Saviez-vous que les Dragons Catalans, club de Rugby à XIII de Perpignan et seul club professionnel français, viennent de remporter la finale de la Challenge Cup (Coupe d’Angleterre) à Wembley pour la première fois de leur histoire ?

Passionnée, supportrice et grande curieuse, j'ai à cœur de partager ma vision des événements. Convaincue du rôle central que les fans ont à jouer dans le développement du sport, je suis ravie de pouvoir mettre en lumière les bonnes pratiques qui peuvent servir d'exemple et d'inspiration à tous grâce à Fanstriker. Passionate, curious by nature, and a true fan, I like to share my vision about sport events. I am convinced that fans have a considerable part to play to develop the sport economy. Through Fanstriker I aim at bringing to light the best practices that can serve as an example or an inspiration.

Fan expérience dans le monde

Le célèbre jeu Fortnite inspire les fans et le monde du sport

Le célébre jeu Fortnite rassemble des millions de personnes lors d’un concert en live. Ce jeu inspire les joueurs mais aussi les clubs professionnels.

Publié

le

Le monde de l’e-sport continue encore et toujours de faire parler de lui. Dernièrement, le jeu Fortnite rencontre un fort engouement auprès des fans, des joueurs et aussi des clubs.
Cette fois, les utilisateurs du jeu vidéo ont eu l’opportunité d’assister à un concert en live et ainsi vivre une expérience virtuelle, divertissante et interactive. C’est un événement sans précédent que le monde du gaming vient de vivre.

 

Epic Games, le studio américain qui a développé avec People Can Fly le jeu vidéo Fortnite a organisé un événement dans le mode Battle Royale du jeu le samedi 2 février. C’est le célèbre DJ Marshmello qui a tenu un concert en live à Pleasant Park, un endroit de la carte du mode de jeu en ligne “Battle Royale”. Cet événement a rassemblé 10 millions de joueurs et sans compter les milliers de spectateurs sur les réseaux Twitch et YouTube.

Un concert réel sur un jeu virtuel, un total show inédit

Tout était prévu par les organisateurs qui, comme lors d’une rencontre sportive, se sont occupés des différents aspects à maîtriser pour que l’événement rencontre un tel succès.

En effet, les équipes d’Epic Games ont désactivé les armes sur le lieu du concert, ont autorisé le respawn (la résurrection des personnages), avaient communiqué en amont avec des affiches du concert dans le jeu et ont pensé à diffuser le concert sur des milliers de serveurs en même temps. La sécurité, la communication et la diffusion maîtrisées ont permis à tous les joueurs de pouvoir suivre et profiter du show dans de bonnes conditions.

Mais ce n’est pas tout. Pour un show total, les développeurs ont pensé à chaque détail. Le spectacle visuel et auditif se devait d’être au top. Christopher Comstock, plus connu sous le nom de Dj Marshmello, célèbre notamment pour son titre “Happier” a joué un mini-set de 10 minutes en live tout en assurant l’animation de la foule avec sa propre voix. Visuellement, le spectacle était tout aussi impressionnant, la scène a littéralement pris vie, comme lors d’un immense festival. Un ensemble de graphismes personnalisés se jouait derrière l’avatar du Dj, de nombreux hologrammes géants des personnages Fortnite ont fait leur apparition, des ballons ont été lancés dans la foule, des feux d’artifices, des jeux de lumières en tous genres et même des changements de gravité envoyant les joueurs dans le ciel ou leur permettant de flotter. Les joueurs se sont aussi pris au jeu et animaient leur personnage en le faisant danser ou sauter.

Tout était prévu, même pour les personnes n’ayant pas pu assister à l’événement en live. En effet, ce dimanche 3 février, Dj Marshmello avait annoncé sur Twitter qu’il jouerait un rappel de ce 1er concert. Pour couronner le tout, Epic Games a mis en place plusieurs actions pour venir accompagner cet événement : une quête spéciale permettant aux joueurs de gagner des objets ; un skin, un planeur et une danse Marshmello.

Screenshot by Andrew Webster

Marshmello’s Fortnite concert : Dj Marshmello -Happier

Screenshot by Andrew Webster

Marshmello’s Fortnite concert : gravité inversée

Geoff Keighley

Marshmello’s Fortnite concert : show total

Cela aura aussi permis à Epic Games de s’assurer de nouvelles sources de revenus suite aux nombreuses transactions que les utilisateurs ont pu effectuer.
Ainsi, nous pourrions voir lors de prochains événements de ce type, des campagnes marketing s’associer avec les studios et développeurs du jeu. Ils pourront utiliser la technologie à des fins commerciales.

Voici un aperçu avec cette vidéo ci-dessous. Le show complet via la chaîne YouTube de PolygonGuides :

Fortnite, un outil de communication dans l’ère du temps

Lancé en avril 2017, c’est lors de la sortie du mode “Battle Royale” en septembre 2017 que Fortnite est devenu le jeu vidéo incontournable par excellence en quelques mois. Toutes plateformes confondues, c’est plus de 200 millions de joueurs, 130 millions d’heures de live sur Twitch et plus d’un milliard de dollars de profits depuis son lancement. Fortnite est donc un véritable phénomène de société, qui parle aux jeunes.
En effet le profil type d’un joueur de Fortnite fait parti de la génération des millenials, hyper-connectés et baignant dans l’univers des réseaux sociaux et du virtuel. Il n’est donc pas surprenant de voir depuis quelques mois maintenant les différents acteurs du sport surfer sur la vague de Fortnite car ils en sont fans eux-aussi, mais également pour pouvoir toucher une cible plus large.

De nombreuses références au jeu ont donc fait leur apparition dans le paysage sportif dernièrement, en voici quelques exemples :

La célèbre danse “Take the L”, utilisée par Antoine Griezmann lorsqu’il marque un but, consistant à sautiller les jambes écartées mimant un “L” sur le front voulant dire “Looser” :

Durant le mercato de cet été, nous avons pu observer que deux clubs de Ligue 1, le FC Nantes et l’Olympique de Marseille ont choisi de présenter les arrivées respectives de Lucas Evangelista et Kevin Strootman en mode Fortnite :

Dernièrement, le club Independiente Del Valle en Equateur a décidé de présenter les joueurs et l’équipe technique (le staff) en les faisant danser sur des célébrations que l’on peut retrouver sur le jeu vidéo :

Les développeurs du jeu savent eux aussi surfer sur des événements sportifs planétaires afin d’augmenter le nombre de transactions sur leur jeu vidéo. Lors des Jeux Olympiques d’hiver de 2018, de la Finale de la NBA 2018, de la Coupe du Monde de Football 2018 ou encore lors du SuperBowl, de nouveaux skins et outils ont fait leur apparition temporairement. Pour ce dernier événement, le jeu a même proposé aux joueurs de s’affronter sur un terrain prévu à cet effet ou dans un mode nommé “Mêlée d’empoigne”. Dans ce mode, vous êtes dans une équipe de 20 joueurs en tenue des Patriots ou des Rams (deux équipes de NFL aux USA) et les joueurs se battent jusqu’à ce que le vainqueur rentre chez lui avec le trophée entre les mains :

FortniteSkin Jeux Olympiques d’hiver 2018

Fortnite

Skins Finale NBA 2018

Fornite

Skin Coupe du Monde de Football 2018

Fortnite

Skins SuperBowl 2019

Que ce soit du côté de Fortnite ou des acteurs du sport, chacun y trouve son compte pour le moment. Prochainement, il se pourrait que l’on observe dans le jeu vidéo de nombreuses références à des événements sportifs et inversement, du côté des acteurs du sport une utilisation à bon escient de certains éléments du jeu.

L’e-sport offre de belles opportunités et ses utilisateurs sont à prendre absolument en compte pour tous les acteurs du sport business. Tucker Kain, récemment promu au poste de Président des Dodgers de Los Angeles l’a bien compris. Cette franchise, leader mondial sur son secteur, attire plus de fans que n’importe quel autre acteur de l’événementiel sportif et enregistre 3 milliards de dollars de revenus annuels. Il faut sans cesse innover pour séduire des nouveaux publics, mieux communiquer avec eux, être à l’écoute de leurs envies et de leurs manières de consommer le spectacle sportif.

“Ce ne sont pas tellement les gens qui s’intéressent aux statistiques du baseball, mais à Fortnite, à League of Legends, à Snapchat, à Instagram, à Pinterest, à l’immédiateté de l’environnement, à la gamification, à la fantaisie, aux jeux d’argent et aux aspects sociaux du récit.”

Tucker Kain, président des Dodgers de Los Angeles

Fortnite nous a montré avec ce concert à quoi pourrait ressembler le monde du gaming, de l’entertainment et des événements live dans le futur.
S’intéresser à des phénomènes sociétaux et les utiliser correctement sera donc une clé de réussite pour les clubs afin de parvenir à évoluer, comprendre les fans, notamment les millennials, une génération sans cesse en quête de nouvelles expériences. Pour cela il faut que les clubs déploient une fan expérience de qualité dans le stade mais aussi en dehors 365 jours par an. Il faut qu’ils exploitent les nouvelles technologies et les phénomènes sociétaux pour ne pas rater cette génération qui comptera parmi les supporters de demain à coup sûr.

Continuer la lecture

Social media

Follow us sur Twitter

Nouveautés