Suis-nous

Fan expérience aux Etats-Unis

Une course de bébés à la mi-temps d’un match de basketball

Une course de bébés à quatre pattes à la mi-temps d’un match de basketball, une animation simple qui n’est pas inédite aux États-Unis.

Publié

le

Organiser une “baby race” à la mi-temps d’un match de basketball, c’est l’animation hilarante que nous avons pu voir sur les parquets de basket aux États-Unis. Ce n’est pourtant pas inédit dans ce pays.  

 

Engager les plus petits c’est l’assurance d’engager également les parents. C’est ce qu’a proposé un club de basketball américain en ACC (la conférence universitaire de la côté Ouest des États-Unis).

Des bébés et une animation hilarante

Le vendredi 15 mars dernier, le championnat universitaire de basketball ACC aux États-Unis a proposé sa première “baby race” pendant la mi-temps du match entre Pittsburgh et Boston College.
Au total, ce sont 6 parents qui ont positionnés leur bébé sur une ligne de départ sur le parquet. Chaque parent était placé de chaque côté de ligne, un présent au départ pour “lancer” la course et un second à l’arrivée pour encourager et accueillir leur enfant.
La distance à parcourir par les jeunes pousses représentait la moitié de l’ensemble du parquet de basketball.

L’effort est peut-être encore plus important pour les parents que pour leur enfant. Ils doivent “pousser” leur athlète pour finir en tête.
Le public joue lui aussi un rôle important en encourageant les bébés. L’arrivée est d’ailleurs très encouragée par les spectateurs.

Pour réduire le risque lié à une durée trop importante, les enfants avaient 3 minutes maximum pour rejoindre la ligne d’arrivée. Ce type d’activité peut en effet durer assez longtemps selon le niveau de compréhension des participants.

Le principe des “baby races” est assez fréquent dans le sport américain. Fin 2018, les Pacers (NBA) organisaient déjà une course sur leur parquet pendant la mi-temps. C’était cette fois-ci 8 bébés qui concouraient avec le même principe. Chaque bébé avait un numéro allant de 1 à 8 et portait un maillot de la franchise américaine.

Dans certaines franchises de NBA, l’animation est mieux préparée que pour d’autres. Chez les Bulls de Chicago, chaque enfant a la chance d’être présenté avec ses parents comme un joueur de l’équipe. Sa photo, son numéro et son nom sont diffusés sur l’écran géant.

Récemment le même concept a été organisé par les Green Bay Gamblers (championnat USHL) dans le Wisconsin… sur la glace d’un match de Hockey sur glace. Une protection avait été installée pour que cela puisse être possible. Et ici encore, les enfants portaient tous un tee-shirt aux couleurs du club avec le logo.

Hormis celle de Pittsburg qui est présentée par l’assureur New York life (il nous a fallu chercher durement pour trouver qui était sponsor), ces animations ne semblent pas sponsorisées. Pourtant nous pourrions imaginer qu’une marque concernée par l’univers des bébés du type Pampers puissent créer ou sponsoriser cette animation. D’autant plus que les couches pour bébé qui représentent un certain coût pour une famille pourraient être le gain pour la famille qui l’emporte. Cela serait une opportunité d’attirer un nouveau public, plus familial.

Des animations à coût zéro ou presque

Cette animation fait partie des actions pouvant être réalisées en ne représentant presque aucune dépense.
Dans un environnement qui s’oriente vers l’ultra digitalisation du sport et de la façon dont nous le consommons, il faut parfois des choses simples et de petites idées pour réaliser une animation qui touche les fans.

L’animateur est aussi l’un des acteurs principaux de la réussite d’une animation. Dans l’exemple des baby race, le speaker donne autant d’énergie qu’il pourrait le faire pour commenter une action de jeu. De plus, ces actions avec les enfants laisserons de beaux souvenirs partagés en vidéo, que l’enfant pourra revoir une fois adulte. Cela scellera un lien plus fort avec la franchise ou le club concerné.

Il y a quelques jours, nous partagions sur les réseaux sociaux une vidéo d’une course similaire à Sacramento en NBA à quatre pattes entre des papas et la mascotte avec leur enfant sur le dos.

Le risque de ces animations est finalement assez faible pour le club ou l’organisateur. Le seul risque majeur est peut-être celui de se ridiculiser sur les réseaux sociaux si ce n’est pas à la hauteur. Cependant, les dépenses engendrées restent très faibles par rapport à une animation sponsorisée et développée par une agence de communication ou d’événementiel. Le jeu en vaut la chandelle.

S’il n’y a donc qu’une chose à retenir de cet article : pensez aux choses simples et tentez le.

 

Cet article était-il intéressant ?

Au stade, je passe plus de temps à observer les animations, le comportement des fans et les actions du club que le match en lui même. J'aime le sport mais j'aime encore plus l'expérientiel. Qu'il soit dans le monde du commerce ou celui du sport business. | "Ceux qui essaient d'éviter l'échec, évitent le succès."

Fan expérience aux Etats-Unis

Le LA Galaxy va organiser une soirée spéciale “Lakers”

Une soirée dédiée à l’équipe de basketball de la ville. Le Los Angeles Galaxy va organiser la Lakers Night pour son prochain match à domicile.

Publié

le

La Lakers Night organisée par le LA Galaxy

Organiser un match de soccer (football) qui a pour thème une équipe de Basketball de la ville. C’est la démarche du LA Galaxy.

 

Dans une même ville, il est rare que des clubs de sports différents s’associent ou se rassemblent pour des actions communes. Aux États-Unis, la pratique est plus courante. Il n’est pas rare de voir qu’un club d’un sport d’une même ville réalise la promotion d’un club d’un autre sport. Ou encore que deux clubs proposent mutuellement des offres commerciales communes. 

Une équipe de football qui fait la promotion d’une équipe de basketball 

Le dimanche 15 septembre prochain, les spectateurs du Dignity Health Sports Park (27 000 places), l’enceinte des Los Angeles Galaxy, l’une des deux équipes de MLS de la ville va organiser la “Lakers Night”. Une soirée dédiée à la franchise de NBA, qui est l’une des plus titrées de l’histoire de la compétition. 

Au cours de cet événement où le LA Galaxy affrontera le Sporting Kansas City dans le cadre du championnat de Major League Soccer, plusieurs activations et animations seront réalisées pour fêter l’histoire couronnée de succès des Lakers. Les “Lakers Girls”, les cheerleaders du club de basketball feront leur apparition au cours de la soirée. Ainsi que l’ancien joueur, sept fois champion NBA, Robert Horry.
La Fondation du LA Galaxy mettra aux enchères 27 maillots collectors dédicacés et inspirés par les Lakers, avec les noms et les numéros de chaque joueurs aux couleurs de la franchise de NBA (violet et doré).
Les fans peuvent d’ores et déjà faire une offre pour l’achat de l’un de ces maillots dédicacés par SMS à un numéro spécifique ou directement en ligne.
Les 10 000 premiers fans qui entreront dans le Dignity Health Sports Park ce dimanche pourront se voir offrir gratuitement une house de smartphone collector LA Galaxy x Lakers.  

 

Une ville, des clubs, plusieurs sports et différents fans

Dans de nombreuses villes du monde, les clubs professionnels sont nombreux. Ils pratiquent parfois le même sport et évoluent dans les mêmes championnats. Outre ces structures sportives, où la concurrence peut être évidente et légitime, il est malgré tout possible de créer des connexions et synergies entre plusieurs organisateurs d’événements sportifs. 

Une association entre un club de football et un club de rugby ne serait pas inimaginable. Avec une offre billetterie commune par exemple pour chaque club. Pour l’achat d’un billet de match pour le club A, une place offerte pour le club B. 

Le club Parisien du PSG a déjà réalisé par le passé des offres liées entre les places pour son équipe de football et des places pour son équipe de handball. Ce fonctionnement est relativement plus facile puisqu’il s’agit du même club. 
D’autres exemples existent également chez nous, en France, mais ces initiatives sont encore peu présentes. Des idées exploitables pour s’associer autour d’un objectif gagnant-gagnant dans les tribunes de son stade. 

Cet article était-il intéressant ?

Continuer la lecture

Nouveautés