Suis-nous
Sotchi pendant la Coupe du Monde 2018 Sotchi pendant la Coupe du Monde 2018

Fan expérience dans le monde

Un mois à Sotchi pendant la Coupe du Monde

Publié

le

Sotchi, cette jolie ville côtière du Sud de la Russie, est l’hôte de 6 matchs de Coupe du Monde cet été dans son stade olympique, le Fisht Stadium, construit au bord de la Mer Noire il y a 4 ans dans le cadre des JO d’hiver 2014.

C’est ici que j’ai posé mes bagages il y a un mois pour participer au programme volontaire de la Coupe du Monde 2018. Je travaille au sein du service Média, un service que j’ai eu la chance de découvrir il y a deux ans à Bordeaux pendant l’EURO 2016.

Alors, une Coupe du Monde depuis l’intérieur, qu’est-ce que ça donne ?

Des fans passionnés venus des quatre coins du monde

Ce qui m’a le plus marqué depuis que je suis ici, c’est cette atmosphère indescriptible dans les tribunes du Fisht Stadium.

Le Portugal vs Espagne, un classique du football européen en guise de premier match à Sotchi, avait annoncé la couleur avec une ambiance électrique. Pas moins de six buts ont été inscrits (3-3), je vous laisse imaginer l’engouement et les sautes d’humeur dans le stade. Cristiano Ronaldo, auteur d’un triplé ce soir-là, a pu étaler tout son talent et faire chavirer un stade acquis à sa cause, sauf chez les milliers d’Espagnols bien sûr. Malgré ça, la relation entre supporters Portugais et Espagnols étaient plus qu’amicale. Ce qui a contribué à une belle soirée d’ouverture à Sotchi.

Après ce match de rêve, j’ai eu mon véritable coup cœur de la compétition : les fans du Panama. Assister au premier match de Coupe du Monde d’une nation est un privilège tant l’instant est historique. Plus de 10 000 supporters Panaméens ont fait le déplacement pour soutenir leurs héros d’une heure avant le coup d’envoi jusqu’à la dernière minute. La nette victoire de la Belgique (3-0) n’y change rien, les “Olé, Olé Olé Olé, Panama, Panama ! Olé, Olé Olé Olé, Panama, Panama ! …” ne se sont jamais arrêtés et sont restés dans nos têtes pendant un certain temps. A eux seuls, ils offrent une fan expérience unique aux autres spectateurs ravis d’assister à ce spectacle.

Dans ce fan game, on peut également parler des Péruviens qui ont aussi fait très forte impression. 36 ans après la dernière participation du pays à la Coupe du Monde, une vague rouge et blanche s’est abattue sur la Russie et Sotchi. Déjà éliminé avant leur dernier match face à l’Australie, le Pérou a offert à ses supporters une victoire tant attendue (2-0). L’atmosphère était digne d’une grande soirée de football sud-américaine avec des fans déchaînés qui voulaient partir de Russie sur une bonne note. Les milliers d’Australiens, pourtant très démonstratifs, n’ont pas pu faire le poids.

Voir tous ces supporters Panaméens et Péruviens traverser le monde en masse pour venir soutenir leur équipe et mettre une ambiance de dingue, restera un souvenir gravé. On sent que pour eux être ici est un devoir. C’est la beauté du sport et du football.

Les supporters péruviens à la Coupe du Monde

Les supporters péruviens restent dans les tribunes après le coup de sifflet final.

Des centaines de drapeaux devant un écran

Comme toute ville hôte, Sotchi a sa fan zone appelée ici “FIFA Fan Fest”. Sur place, tous les matchs sont diffusés. Pour améliorer l’expérience, on peut également y aller entre deux rencontres pour voir des artistes locaux sur scène, à condition d’aimer la pop russe qui pour être honnête n’est pas si désagréable.

En bon supporter, je m’y suis rendu pour aller voir le premier match des Bleus face à l’Australie. Malgré une petite dizaine de Français présents, on s’est senti un peu seul face à la bonne cinquantaine d’Australiens. Mais bon, les Bleus avaient assuré l’essentiel (2-1) et on était bien content de célébrer ça ensemble !

A la FIFA Fan Fest de Sotchi, malgré une taille assez restreinte de l’espace pour une fan zone de Coupe du Monde, l’ambiance est très festive avec l’opportunité de rencontrer des supporters de tous les continents. Tous sont venus pour la seule et même raison : le football.

Football connect people? C’est certain. Argentins, Brésiliens, Islandais, Mexicains, Panaméens, Belges… tous ces fans étaient réunis pour vivre leur passion et profiter ensemble de leur voyage.

Fan Zone à Sotchi Coupe du Monde 2018

Fan Zone à Sotchi Coupe du Monde 2018

Panaméens, Péruviens, Islandais et Belges célébrent l’instant.

Fan Zone à Sotchi Coupe du Monde 2018

En matière d’animations et de fan expérience, pour celles et ceux qui se sont rendus dans les fan zones en France pendant l’EURO 2016, le dispositif est très similaire. On retrouve des baby-foot géants, des jeux de précision et de rapidité etc. proposés par les sponsors de la compétition.

J’ai particulièrement apprécié l’hommage de Hyundai aux gardiens de but avec ce shooting photo assez réaliste, où l’on peut réaliser une parade d’exception sur sa ligne tout en restant en débout.

Animation Hyundai Fan Zone à Sotchi Coupe du Monde 2018

Le rêve.

Animation Hyundai Fan Zone à Sotchi Coupe du Monde 2018

La réalité.

Volontaire à la Coupe du Monde, c’est quoi ? Comment le devenir ?

Je vis à Sotchi ma deuxième expérience en tant que volontaire pendant un événement sportif. Certains d’entre vous l’ont peut-être déjà fait aussi pendant l’EURO 2016.

Au sein du programme volontaire de la FIFA, tout comme celui de l’UEFA, on retrouve de nombreux services : IT, Média, Marketing, Hospitalité, Cérémonie, Traduction, Management, Transport etc.

Dans mon service, le service Média, notre rôle est d’offrir aux journalistes et photographes les meilleures conditions de travail possibles : tickets et accès, conférences de presse, tribune des médias, zone mixte et positions des photographes au bord du terrain. C’est un service très enrichissant car on a la chance d’être au plus près de la compétition et de travailler pour des professionnels que sont les médias.

Personnellement, je travaille pour l’équipe terrain. Notre mission consiste à aider les photographes à installer leur matériel avant le coup d’envoi, puis à participer à la cérémonie en maintenant une zone devant les bancs de touche, depuis laquelle les photographes peuvent shooter l’entrée des joueurs, les hymnes et enfin la fameuse photo d’équipe.

Pour décrocher le job, le processus est un peu long mais vaut vraiment la peine. Il faut dans un premier temps envoyer un dossier complet puis passer un voire deux entretiens. Après ça, si sa candidature est retenue, on se retrouve au cœur de l’événement pour vivre une expérience professionnelle et personnelle unique. Ça reste du bénévolat, mais tout ce que l’on voit et fait est inestimable. Surtout quand on est fan de sport et de football.

Si l’aventure volontaire vous intéresse, vous pouvez déjà postuler pour la prochaine Coupe du Monde Féminine de la FIFA qui se déroulera en France du 7 juin au 7 juillet 2019 : Volontaire France 2019.

Quant à moi, je continue de suivre cette coupe du monde au plus près en espérant voir les bleus jusqu’au bout.

Cet article était-il intéressant ?
Votre retour est le meilleur moyen d'améliorer nos contenus.
Oui, c'était intéressant0
Non, pas vraiment intéressant0

Chargé de SEO & SEA dans une agence de voyage sportif, je suis un passionné du Sport Digital et de la Fan Experience. Chez Franstriker, j'ai pour objectif de faire grandir le projet et d'écrire de temps en temps sur les activations digitales des uns et des autres dans le monde du sport.

Fan expérience dans le monde

On assisté à un match au Celtic Park à Glasgow

Le Celtic Park est un stade mythique d’Écosse car il est le plus grand mais il a également une grande histoire pour ses fans.

Publié

le

Le Celtic Park, le stade du Celtic FC à Glasgow

Nous avons passé le week-end dernier dans la ville de Glasgow en Écosse. Cette ville possède trois stades de plus de 50 000 places. Dont le mythique Celtic Park, le stade du Celtic FC. 

 

Glasgow a la particularité de rassembler les trois plus grands stades d’Écosse. Les trois stades ont une capacité de plus de 50 000 places. Ce n’est pourtant pas la capitale (Édimbourg étant la capitale), mais bien la plus grande ville et historiquement la plus industrielle du pays. 

Cette ville celtique regroupe donc l’Ibrox Park, le stade des Rangers FC (50 947), Hampden Park, le stade de l’équipe nationale (51 866) et le Celtic Park, le stade du Celtic Football Club (60 411). C’est dans ce dernier que nous avons pu pénétrer à l’occasion du dernier match de la saison le dimanche 19 mai. 

Echarpes du Celtic FC

Sur le chemin du stade, il y a plusieurs vendeurs mobiles qui proposent des écharpes et autres produits à l’effigie du club.

Celtic Park

Le Celtic Park est surnommé “Paradise” par les fans. C’est également inscrit sur la façade Ouest du stade.

La présentation du trophée pour le dernier match de la saison 

Pour ce dernier match de la saison, le Celtic FC, champion en titre pour la 8e fois consécutive affronte Hearts, un club situé à 1 heure de route à l’Est de Glasgow en direction d’Édimbourg. Hasard sportif, les deux clubs s’affronteront de nouveau le samedi 25 mai en finale de la coupe d’Ecosse dans l’Hampden Park à Glasgow. 
Avant notre départ vers l’Écosse, nous voulons acheter des billets mais le site internet du club annonce un match à guichets fermés. Tant pis, nous tenterons notre chance aux abords du stade.
Ce match est spécial, car il est le dernier de la saison en Ladbrokes Scottish Premiership, les fans pourront apercevoir le trophée de champion qui sera présenté en avant match par l’équipe.

La rencontre est à 16h00, nous arrivons au stade peu avant 14h00 pour ne rien manquer de cette expérience celte mais surtout pour avoir des chances de trouver deux billets. Un vendeur de la boutique du Celtic du centre ville nous avait conseillé de nous rapprocher des bus des supporters qui ont souvent des places en trop qu’ils peuvent parfois revendre. Jackpot ! Nous trouvons un chef de groupe qui accepte de nous vendre 2 places pour 30£ chacune (soit 34€). Le prix initial était de 31£. Nous serons dans la tribune famille, c’est parfait. 

Rassurés par l’obtention de nos places, nous rejoignons les fans qui patientent pour l’arrivée des joueurs et du staff devant l’entrée principale du stade. Des centaines de supporters attendent les joueurs mais aussi le trophée de champion qui sera présenté dans la foulée. 

L’arrivée des joueurs du Celtic se fait dans un bus neutre. Étrange, nous pensions que le club disposait de son propre bus aux couleurs du club. Autre observation, contrairement à ce que nous avions vu à Rennes ou à Lille, le public est relativement “calme” pour accueillir leur équipe. Aucun fumigène, cela se passe tranquillement. 
Après le passage des joueurs, le trophée prend place quelques minutes au milieu des supporters pour quelques photos avant que l’ensemble de l’équipe ne prenne le chemin des vestiaires pour préparer le match face à Hearts. 

Le Celtic Park, un stade avec une histoire

Lorsque nous sommes arrivons au stade, l’une des premières choses qui nous interpelle est l’histoire du club qui s’affiche sur l’enceinte. Tout autour, il y a des photos des légendes avec le slogan “where legends are made” (où les légendes naissent). Il y a aussi des photos des rencontres importantes comme la victoire en Champions League face au FC Barcelone en 2012. Cette histoire est visible sur les murs du stade.
Un stade qui a ouvert pour la première fois ses portes le 20 août 1892. Dans sa première version, il est conçu par Archibald Leitch, à l’origine également d’Anfield ou d’Old Trafford (chapeau l’artiste). L’enceinte devient la propriété du club en 1897. Le surnom “Paradise”, s’explique du fait de sa proximité avec un cimetière (Janefield Cemetery). 

Ce stade semble chargé d’histoire de la ville, du football et de la culture celtique. Le vert du club est omniprésent sur l’enceinte, sur les drapeaux, sur les panneaux qui jalonnent le Celtic Park…

Place match Celtic@Fanstriker

Nos places en mains, nous allons pouvoir assister au match des tribunes

Supporters Celtic FC

Les supporters sont nombreux à porter un vêtement du club

La fan expérience autour du Celtic park

Les spectateurs sont nombreux à arborer un vêtement du club. Pas uniquement ou essentiellement le maillot mais toutes sortes de vêtements avec le logo du Celtic. 
Sur le chemin du stade, plusieurs stands mobiles proposent des écharpes et autres objets du supporter. Une boutique est accessible devant le stade. Elle est d’ailleurs prise d’assaut par les visiteurs qui veulent profiter des bonnes affaires de la fin de saison. 

Boutique Celtic@Fanstriker

La boutique située devant le stade

Boutique Celtic FC@Fanstriker

L’offre à l’intérieur et très large, livres, casquettes, posters, etc.

Des food trucks proposent nourriture et boissons en attendant que le match ne démarre. 
Fait intéressant, dans nos échanges avec des locaux, nous apprenons que depuis 2003, les Happy hours sont interdits à Glasgow ! Ceci dans le but d’interdire le binge drinking (la biture express), soit la consommation rapide et excessive d’alcool. La ville a même interdit les offres promotionnelles telle que 2 verres achetés = 1 troisième offert, une offre que nous avons vu récemment à Paris La Défense Arena. Il n’y a également pas d’alcool dans l’enceinte. 

Les pavés en pierre à personnaliser

Devant l’entrée principale du Celtic Park, il y a plusieurs pavés personnalisés avec un message spécifique. Chaque pavé représente un trèfle à 4 feuilles et un message court laissé par un fan. C’est une offre que propose le club à ses supporters. Cela coûte 150£ (160€).

Les pavés personnalisables pour 150£@Fanstriker

Les pavés personnalisables pour 150£

Les fans peuvent également laisser leur message sur les bricks du “Paradise” pour 40£ (45€). Ainsi, nous pouvons voir apparaitre des messages de bon anniversaire, de joyeux Noël, ou d’autres messages d’attention envers des fans. 

Les bricks à personnaliser pour 40£@Fanstriker

Les bricks à personnaliser pour 40£

La “fan zone” en avant match

Après l’accueil des joueurs sur le parvis principal du stade, plusieurs activités sont visibles. Concrètement, la fan zone n’est pas réellement délimitée, disons que cela est davantage des animations disposées de façon anarchique.

Côté animations, nous observons du “classique” avec plusieurs ateliers maquillage où des personnes proposent de maquiller les enfants et les adultes aux couleurs du club avec le drapeau sur la joue par exemple. 
Il y a tout de même deux animations que nous trouvons intéressantes, la photo de la réplique de la coupe sur le podium des champions devant l’enceinte. Les fans patientent en masse pour pouvoir prendre leur photo souvenir sur ce podium. Une bonne idée (voir photo). 
Mais encore, 8 éléments sont disposés sur le parvis pour célébrer les 8 titres remportés d’affilés par le Celtic. Là encore, les fans et les enfants notamment, s’amusent à prendre leur photo sur chacun de ces espaces. Deux animations qui ne nécessitent pas ou peu de personnel. 

Le podium des champions devant le stade@Fanstriker

Le podium des champions devant le stade

Le public pouvait se prendre en photo avec une réplique de la coupe sur le podium des champions@Fanstriker

Le public pouvait se prendre en photo avec une réplique de la coupe sur le podium des champions

Chacune des 8 victoires consécutives en championnat offrait sa photo souvenir@Fanstriker

Chacune des 8 victoires consécutives en championnat offrait sa photo souvenir

Un parcours de photos souvenirs avec ces différents espaces@Fanstriker

Un parcours de photos souvenirs avec ces différents espaces

Plusieurs stands de ce type proposaient de se maquiller aux couleurs du club@Fanstriker

Plusieurs stands de ce type proposaient de se maquiller aux couleurs du club

Les vendeurs de programme de match sont nombreux @Fanstriker

Les vendeurs de programme de match sont nombreux

Un autre espace offre aux enfants des jeux ludiques tels que des cerceaux. Un espace vraiment simple, pas délimité, avec des cerceaux posés sur l’herbe. Chacun peut en profiter librement. Il ne semble pas qu’un animateur soit présent. 
Nous n’avons pas vu la mascotte Hoopy se balader à la rencontre des spectateurs autour du stade. Mais elle est visible un peu plus tard sur la pelouse.

Autour du stade, il y a de nombreux vendeurs mobiles qui vendent le programme du match pour quelques livres sterling. Il a également de nombreuses personnes avec un sceaux qui demandent aux visiteurs de contribuer à la fondation du club en donnant quelques pièces.

Entrons dans le stade

Nous assistons au match dans la “Celtic family stand”, la tribune famille du stade. Celle-ci propose plusieurs activités en coursive, dont un espace avec des consoles Xbox pour les enfants, une table avec la possibilité de réaliser des dessins, ou encore des affichages sur les murs pour se mesurer à la mascotte. Il y a notamment une affiche sur laquelle il est écrit “Please mind your language”, qui invite les visiteurs à conserver un langage décent dans le stade. L’éducation de son public.

Le Celtic dispose d'une tribune Famille@Fanstriker

Le Celtic dispose d’une tribune Famille

Des consoles sont à disposition dans les coursives du stade@Fanstriker

Des consoles sont à disposition dans les coursives du stade

Les enfants peuvent se mesurer sur le Hoopy's height chart@Fanstriker

Les enfants peuvent se mesurer sur le Hoopy’s height chart

L’offre de restauration est assez large, plusieurs stands sont accessibles dans les coursives et l’attente n’est pas si importante. Nous avons pu en profiter pour goûter la scotch pie, une tourte locale croustillante garnie de viande hachée et de sauce. 

Côté tribune, le stade affiche complet, plus de 60 000 personnes sont présentes. Le public chante en masse. Le moment fort de ce début de match est certainement le chant #You’ll never walk alone”, l’hymne du Celtic Football Club (voir vidéo ci-dessous) repris par tout le stade.

La tribune famille est située à côté de la tribune réservée aux visiteurs. Les fans de Hearts, le club adverse sont environ une centaine. Parmi eux, un jeu fan amuse toute la tribune dans laquelle nous sommes. Il “chauffe” volontairement des supporters du Celtic avec de grands gestes et des mots tout en restant drôle. À son départ, le jeune fan visiteur se fait applaudir par le public, même si des bras d’honneur sont échangés, il n’y a pas d’objectif de violence dans ces échanges. Cela fait partie du spectacle.

Autre scène que nous observons, un policier vient au contact d’un fan du Celtic turbulent en posant ses mains sur ses épaules et semble lui échanger quelques mots pour l’inviter à passer le reste du match plus tranquille afin d’éviter qu’il ne le termine en dehors des murs du stade. Un rapport qui ressemble davantage à une relation entre un père et un fils qu’entre un fonctionnaire de l’ordre et un individu qui cause des problèmes. Là encore, une part d’éducation. 

Dans le Celtic Park, nous retrouvons les tribunes debout. Ces tribunes de supporters qui permettent de regarder le match tout en reste debout face à une une barrière de protection (voir photo). 

Le match se termine par une victoire des locaux par 2 buts à 1. En tribune, les supporters sont généreux dans les efforts. Pour supporter, chanter, etc.
Le stade fête la victoire des verts pour la 8e année consécutive, le trophée est soulevé sur le podium, feu d’artifice, musique, chants, l’ambiance est belle. Les joueurs font un tour de pelouse avec le trophée entre les mains.

Les tribunes debout du Celtic Park@Fanstriker

Les tribunes debout du Celtic Park

La célébration du titre après le match@Fanstriker

La célébration du titre pour la 6e fois consécutive après le match

Une belle expérience simple mais remplie d’histoire

Notre expérience à Glasgow s’achève après ce match. Nous sommes assez satisfaits de ce que nous avons pu découvrir. Cela nous a permis de constater qu’il existe tout de même des différences entre le public français et écossais. Malgré tout, la passion que nous avons pu voir au Celtic nous rappelle celle que nous pouvons croiser à Lens, à Saint-Étienne ou encore à Strasbourg.

Nous n’avons pas trouvé que l’expérience des fans est très clairement développée. Des “basiques” ne sont pas respectés, la fan zone n’est pas concrètement signalisée, les différents espaces non plus. Il y a donc des bonnes pratiques que nous appliquons en France dans certains stades et qui ne sont pas encore appliquées outre-manche. Mais est-ce vraiment nécessaire dans ce type de cas ? Peut-être pas. La question mérite une réflexion plus profonde. Un club chargé d’histoire n’a peut-être pas autant d’efforts à fournir qu’un jeune club, qui lui ne peut s’appuyer sur son passé. Il doit donc séduire, convaincre, animer et fidéliser à travers d’autres leviers. L’expérience client ou l’expérience fan en est probablement un. 

Cet article était-il intéressant ?
Votre retour est le meilleur moyen d'améliorer nos contenus.
Oui, c'était intéressant1
Non, pas vraiment intéressant0
Continuer la lecture

Social media

Follow us sur Twitter

Nouveautés