Suis-nous

Fan expérience en France

Dossier spécial les fans et le sport : Et si les fans n’existaient pas ?

Que serait mon équipe favorite si elle n’avait pas de fans, pas de publics, pas de supporters, si je n’étais tout bonnement pas là, avec et derrière elle ? Et bien nous nous sommes lancé sur cette hypothèse pour le premier épisode de notre dossier « les fans et le sport professionnel ».

Publié

le

Que serait le sport professionnel sans ses fans, sans cet engouement interplanétaire pour les résultats de nos sportifs ou de nos clubs préférés ? Aurions-nous un autre loisir, d’autres sujets de discussion ? Le sport pourrait-il être aussi populaire même si personne ne s’y intéressait ?

 

Ne vous êtes-vous jamais posé cette question ? Que serait mon équipe favorite si elle n’avait pas de fans, pas de publics, pas de supporters, si je n’étais tout bonnement pas là, avec et derrière elle ?
Et bien nous nous sommes lancés sur cette hypothèse pour le premier épisode de notre dossier « les fans et le sport professionnel ».

La coupe du monde à Quimper Fanstriker

La coupe du monde à Quimper

Si le sport n’avait pas de fans, la coupe du monde de football pourrait se dérouler à Quimper (63 000 habitants) en Bretagne dans un stade sans tribunes ou presque et entouré par des champs à perte de vue.

Il ne serait sans doute pas professionnel

Première hypothèse, le sport ne serait pas professionnel. C’est presque logique, si un évènement n’intéresse personne, il est difficile de le faire exister. Sauf avec un combat continuel entre la volonté de faire des choses et les moyens pour les réaliser. Il faudrait sans cesse se battre pour trouver les fonds nécessaires pour faire vivre son sport, à l’image des associations caritatives qui sollicitent jusque dans les rues des grandes villes pour sensibiliser le grand public. Le sport, lui, n’a pas ce besoin aujourd’hui, mais sait-on jamais, un jour peut-être.

Nous avons employé le mot « presque » car il n’est pas impossible pour un club ou un sport de devenir professionnel sans une popularité importante. Si un riche émissaire s’intéresse à ce sport ou ce club, il pourra faire office de mécène pour que ses pratiquants ou ses membres puissent vivre de leur passion.
Alors un sport qui ne serait pas professionnel, à quoi cela pourrait ressembler ?

Pas d'argent, pas de sport business

Pas d’argent, pas de sport business

Pas d’économie du sport, de marketing, de revenus en match day et de droits TV

Et l’économie du sport alors ? Elle est aujourd’hui possible grâce à la popularité et l’engouement des nombreux fans qui sont prêts à consommer du sport en quantité, en s’abonnant à la chaîne TV spécialisée, en allant acheter les maillots et autres équipements ou encore en se rendant au stade pour le match. Ce sont eux qui font tourner le système financier sportif actuel.

Grâce à cet intérêt des fans, les marques, les publicitaires s’y intéressent et investissent. Mais si demain ils n’étaient plus là, il y aurait un déséquilibre, un manque à gagner. Impossible d’oser espérer vendre des maillots ou des produits dérivés du club si personne ne les achète, ou bien même faire payer les entrées des matchs si personne ne s’y rend.

Les droits TV qui sont aujourd’hui la source de revenu principale de nombreux clubs professionnels n’existeraient plus ou presque. Il y aurait sans doute une chaîne du câble ou de la TNT qui serait spécialiste comme il y a des chaînes de télévision pour tous les domaines d’activités existants.
Mais en termes de diffusion des matchs, il ne serait plus question que les clubs disposent d’une exposition médiatique aussi large qu’aujourd’hui car la demande n’existerait pas.

Les métiers du sport business n’existeraient pas

Vous, moi, nous n’aurions plus de travail. Du moins, ce travail.
Car plus un sport devient populaire et rencontre le succès sur la scène médiatique, plus il génère des emplois. Il essaye de construire sa pérennité en recrutant des salariés pour réaliser les tâches que les bénévoles réalisaient autrefois ou en professionnalisant ses activités.
La communication, les relations partenaires, le marketing, l’expérience fan, l’offre VIP, tant de métiers qui n’existeraient plus. L’ensemble des compétences seraient alors orientées vers l’essence même de la pratique, à savoir le coaching, l’entrainement et la formation.

Un match de Baseball sans spectateursMathieu GOERGEN | Fanstriker

Un match de Baseball sans spectateurs

Le spectacle ne serait pas au rendez-vous

S’il n’y a plus de fans, il n’y a plus d’argent, plus d’engouement populaire et donc moins de soutien de la part des autorités. Ce qui sera la cause d’équipements en mauvais état faute de moyens. Ou encore une pelouse ou un sol indélicat(e) qui ne favoriserait même pas le spectacle ou le plaisir de jouer s’il était encore question de cela.

Les stades seraient construits pour des événements plutôt que des pratiques sportives

Des stades comme celui de Lyon ou Bordeaux ou encore le stade de France seraient conçus en priorité pour faire venir la foule lors de concerts, de représentations ou d’espaces de jeux grandeur nature.
Le sport ne serait lui que secondaire et relayé au dernier rang des activités possibles. Ce qui rendrait sa pratique peu adaptée dans ces enceintes trop massives pour le poids qu’il représenterait.

Si demain le sport n’était pas aussi populaire, ses fans auraient certainement d’autres occupations

Aujourd’hui plus qu’autrefois, le sport qu’il soit pratiqué ou regardé est en concurrence avec des loisirs variés tels que le cinéma, la lecture, le chant, la musique, et tout un tas d’autres activités en tout genre. Le temps dont dispose la population pour ses loisirs s’est accru depuis de nombreuses année et le sport est devenu une activité parmi tant d’autres.
Donc s’il n’était pas celui que l’on connait aujourd’hui, son économie actuelle profiterait à un autre domaine. Les 3,5 milliards de fans de football et les 2,5 milliards fans de cricket s’orienteront vers un autre passe-temps. Reste à savoir lequel pourrait profiter de cette hypothèse. 

Un match de l'OM à huis clos, ce à quoi pourrait ressembler un matchOM

Un match de l’OM à huis clos, ce à quoi pourrait ressembler un match

Qui seraient les pratiquants d’activités sportives ?

Si un domaine ne vous intéresse pas, vous ne le pratiquez pas. Sauf par obligation. Alors nous pouvons penser que les pratiquants du sport “sans fans” pourraient être influencés par les avantages que représentent la pratique d’une activité physique régulière pour le corps et l’esprit. Ou encore par la volonté de se différencier des autres en ayant des loisirs différents et quelques peu originaux si ces derniers ne sont que très peu pratiqués.

 

Finalement, un sport sans fans n’est pas si imaginaire que ça, à l’image du nombre de pratiquants de course à pied qui ne sont pour autant pas des fans d’athlétisme. Alors imaginez si demain, le football, le rugby, le basket n’intéressaient plus au dépend des échecs, de la lecture ou du dessin ? Que deviendront nous ?

Vous avez des hypothèses si les fans disparaissaient du sport ? Partagez-les avec nous sur twitter 

Cet article était-il intéressant ?

Au stade, je passe plus de temps à observer les animations, le comportement des fans et les actions du club que le match en lui même. J'aime le sport mais j'aime encore plus l'expérientiel. Qu'il soit dans le monde du commerce ou celui du sport business. | "Ceux qui essaient d'éviter l'échec, évitent le succès."

Fan expérience en France

Le FC Lorient fait voter ses fans pour décider du lieu de la photo officielle 2019/2020

Les supporters du club breton FC Lorient ont quelques jours pour voter pour le lieu de la prochaine photo officielle de l’équipe version 2019/2020.

Publié

le

FC Lorient Fans

Choisir le lieu où sera prise la prochaine photo officielle de l’équipe 2019/2020, c’est l’opportunité offerte à ses supporters par le FC Lorient.  

 

La photo officielle est un moment important, c’est une photo qui va être diffusée largement toute la saison. Le choix du lieu de cette photo est donc tout aussi essentiel. Le club breton du FC Lorient (Domino’s Ligue 2) a choisi de laisser ce choix à ses fans. 

Un sondage Facebook pour choisir le lieu 

Ce vendredi matin, le club Lorientais a publié un sondage sur sa page Facebook. Un sondage qui invite les supporters du club à voter pour le lieu de la prochaine photo officielle de l’équipe 2019/2020. Une photo qui sera prise le 11 septembre prochain.

Pour la première fois, les Merlus offrent à leurs fans la possibilité de choisir le décor de cette photo. Ainsi, les internautes fans du club peuvent voter pour l’une des 5 localisations emblématiques de la ville qui sont proposées :

  • Le port de pêche
  • Le port de plaisance
  • La base 
  • Le parc Jules Ferry
  • Le stade du Moustoir

Pour voter, les participants doivent commenter avec la localisation de leur choix avant le 26 août à 12h00. 
Deux heures seulement après la publication sur le réseau social Facebook, ce sont déjà plus de 160 commentaires et participations qui ont été générées. 

De spectateur à décideur 

Pour les clubs, intégrer les fans dans la prise de décision s’avère être un pari gagnant. Des exemples et initiatives ont déjà montré qu’inviter les fans dans les choix entrepris permet plusieurs avantages. 
L’un des premiers avantages est qu’en intégrant les supporters, ces derniers deviennent de vrais acteurs sur le sujet en question. Pour l’exemple de la création d’un nouveau maillot, celui-ci sera certainement moins critiqué si des membres supporters ont œuvré dans sa conception.

En mai dernier, à l’occasion de son centenaire le SCO Angers invitait ses supporters à écrire un hymne officiel. En juin, le club de hockey sur glace des Boxers de Bordeaux a fait appel à ses fans pour imaginer le maillot d’entrainement. En Angleterre, dans le club de Brentford FC, l’idée a été de susciter des vocations avec son jeune public en proposant à des enfants de sa communauté de remplir un rôle important au stade en jour de match. Le club de Basketball de l’Elan Chalon réalise depuis 2018 les rêves de ses fans en lien avec le club. Une autre façon d’intégrer les supporters dans une démarche de collaboration gagnant-gagnant.

Au-delà de cet aspect, le fan est en droit de demander un pouvoir de décision ou de consultation sur des actions liées à son club. Il peut être légitime pour certaines décisions qui ne traitent pas du domaine sportif. De son côté, le club peut y trouver un intérêt avec notamment de nouvelles idées ou de nouvelles compétences. 

Cet article était-il intéressant ?

Continuer la lecture

Nouveautés