Suis-nous

Fan expérience AUX ETATS-UNIS

Dossier spécial fans et sport : Les Screaming Eagles, une équipe 100% gérée par ses fans

Découvrez le concept totalement fou de FANchise de Salt Lake Screaming Eagles, le premier club professionnel au monde entièrement géré par ses fans.

Publié

le

Temps de lecture environ 7 minutes

Deuxième volet de notre dossier sur les fans et le sport professionnel, aujourd’hui nous vous partageons une vraie expérience comme vous n’en avez encore jamais vu. Une équipe entièrement gérée par ses fans, rien que ça. 

 

Imaginez un instant que vous ayez la possibilité d’agir directement sur le match de votre équipe favorite en déterminant la tactique à adopter ou en effectuant un remplacement. Imaginez un club où vous serez le fan mais aussi le décideur. Imaginez que vous pouvez choisir le nouveau maillot de votre équipe ou encore recruter les joueurs et le coach. Complètement fou me diriez vous hein ? 
Et bien oui ça l’est, et ça se passe aux Etats-Unis. 

Les Screaming Eagles, le seul club professionnel au monde entièrement géré par ses fans.

Screaming Eagles est une nouvelle équipe professionnelle de football américain lancée en 2016 à Salt Lake City dans l’Utah. Elle évolue en Indoor Football League, le championnat de football américain en salle (populaire aux Etats-Unis). C’est le même principe que le Foot US avec principalement les mêmes règles mais adaptées à la pratique en intérieur. Sauf que l’indoor lui se joue à 8.
Au-delà de l’équipe et du sport qu’elle pratique, c’est surtout un nouveau concept révolutionnaire qu’ont imaginé Sohrob Farudi, Grant Cohen, Ray Austin (ci-dessous en photo) et les autres co-fondateurs du projet.

AND THIS JUST HAPPENED!!! Touchdown Uncle Cy! #fanchise #fanchiseboyz #talonsup #ateam #power2thefans

A post shared by Ray Austin (@rayaustin36) on


Donner le pouvoir aux fans

Le concept est de donner totalement le pouvoir aux fans. Ils ont donc un pouvoir de décision sans limite. Un projet humain 100% digitalisé et sans frontières.
Hugo Boutin, un supporter français du projet de crowdfunding et associate depuis le lancement du concept Screaming Eagles que nous avons rencontré, nous explique que : 

« La légitimité des fans est grandement liée à la passion. Raison première de leur investissement. Ils ont une vue 360° sur tous les aspects du club. Chacun a un profil différent qui profite complètement aux décisions du club et au projet. Leur passion fait qu’ils ont tous une volonté commune qui profite au club. »

Concrètement, tout se fait via une application mobile que chacun peut télécharger sur son téléphone. Aucun niveau, d’expérience ou encore de connaissance du football US n’est requis. Sur cette appli, il existe deux niveaux :

  • Un premier niveau gratuit en téléchargeant l’application qui permet de voter et de choisir les stratégies et tactiques en live pendant le match.
  • Un second niveau qui lui est payant et permet de devenir un membre à part entière du staff et d’avoir un accès privilégié aux coulisses de l’équipe. 3 offres payantes proposent différents privilèges :

1 | Virtual Scout (recruteur) qui observe et suggère des joueurs directement au coach (plusieurs joueurs ont été recrutés par ce moyen. (9,99$/mois soit 120$ la saison)

2 | Virtual coach qui lui permet de de participer à l’analyse vidéo des matchs et l’élaboration de la stratégie de jeu. (24,99$/ mois soit 300$ la saison)

3 | Virtual General Manager qui est plus lié à l’organisation générale du club. (39,99$/ mois soit 480$ la saison)

Toutes ces offres sont sans abonnement, le fan peut s’il le souhaite, ne pas renouveler son offre mensuelle.

Les fans des Screaming Eagles utilisent l'appli mobile pendant le matchScreaming Eagles

Les fans des Screaming Eagles utilisent l’appli mobile pendant le match

Pendant le match, les fans (présents ou non dans l’enceinte) votent pour chaque action via l’application pour la stratégie de leur choix. Celle qui regroupe le plus de voix est transmise au coach qui transmet ensuite au quaterback via une oreillette comme en NFL. Tout ça se fait assez rapidement, bien que le Football permette de longs temps morts.

Un fan peut avoir un grand nombre de possibilités d’échanger avec le staff à condition d’être membre du staff en ayant souscrit à l’une des offres payantes. Un forum est disponible 24/24h sur lequel tous les membres et les fondateurs peuvent communiquer.

Comme nous le disions en titre, les fans décident de tout, ils sont au cœur du projet. Ce sont eux les décideurs.
Depuis le début de l’aventure, ils ont pu choisir la localisation de l’équipe (le choix était restreint entre deux villes des Etats-Unis), le nom de l’équipe ou encore designer le logo (celui-ci a d’ailleurs été réalisé par l’un d’eux). Mais ce n’est pas tout, le recrutement du coach a aussi été décidé avec les fans. Les interviews des candidats présélectionnés étaient diffusées en live sur internet, plus de 37 000 votes ont été recueillis, un fan a même été sélectionné et pouvait poser directement ses questions.

 

Lire cet article

A LIRE ÉGALEMENT : DOSSIER SPÉCIAL LES FANS ET LE SPORT : ET SI LES FANS N’EXISTAIENT PAS ?

 

En bref, tout est décidé par les membres, les cheerleaders, la mascotte, les joueurs, les maillots, les couleurs, le design des tenues, des casques, de la balle.
Et encore plus hilarant, le club propose aussi aux fans de voter pour la nourriture du coach le soir.

Les membres peuvent également suggérer une nouvelle opération marketing, des actions à réaliser pour la promotion du club, ou encore des produits dérivés à développer. Un vrai moyen de se sentir intégré complètement à son club.

De franchise à FANchise

A l’origine de cette idée aux côtés de Ray, il y a une startup américaine du sport nommée Project FANchise avec plusieurs investisseurs dont d’anciens joueurs NFL qui ont acheté les droits de création d’une nouvelle franchise.
Le concept de franchise, très présent aux Etats Unis, signifie le club. Nous utilisons davantage le terme club en Europe. Mais récemment nous avons vu naitre le concept de FANchise. Un club géré entièrement par ses fans. Entre Fantasy League, football manager et Alex Hunter mais dans la vie réelle.

Des fans des Screaming EaglesScreaming Eagles

Des fans des Screaming Eagles

Fans, vous pouvez même envahir le terrain

La FANchise Screaming Eagles joue l’expérience fan à fond. Moyennant 500 $, vous pouviez acheter lors du crowdfunding une carte appelée « Get out of jail free card » (sortie de prison). Cette carte permet à son acquéreur de pénétrer sur la pelouse pendant le match, et de traverser le terrain, cela sans conséquences, hormis le fait d’arrêter le jeu quelques instants.
Et devinez quoi ? Une offre épuisée très rapidement. Ça promet pour les futurs matchs.

Mais financièrement, comment un tel projet est-il possible pour un club ?

Le business model du concept est assez classique et proche de celui d’une équipe normale. C’est à dire que l’équipe a des dépenses comme les salaires des joueurs, des déplacements par exemple, mais aussi des revenus types d’une équipe sportive (billetterie, sponsoring, merchandising, boutique en ligne, etc.).
La différence entre les Screaming eagles et une équipe classique est que la source de revenue additionnelle digitale dépend des inscriptions des membres mais aussi de la publicité sur le digital.
Par exemple, avant même que l’équipe ait un nom, un logo, ou un joueur dans son effectif, la campagne de Crowdfunding avait générée plus de 60 000$. Dingue non ?

Le ticket pour assister à un match varie de 5$ à 85$.

Au-delà de l’aspect financier, le fait d’ouvrir les accès au fonctionnement du club à un collectif composé de fans permet d’avoir un staff beaucoup plus étoffé qu’une équipe lambda. Et donc un brainstorming plus large avec des idées beaucoup plus variées et des ressources plus nombreuses.

La communauté de fans des Screaming Eagles ne cesse de grimperScreaming Eagles

La communauté de fans des Screaming Eagles ne cesse de grimper

Un joli projet qui présente également quelques risques

Nous avons posé la question à Hugo Boutin dans une interview que vous retrouverez en fin de semaine sur Fanstriker.com, sur les risques d’un tel concept.

« Bien entendu ce concept n’est pas vierge de tous risques. Le risque principal souvent mis en avant par les détracteurs de ce fonctionnement est que les fans adverses peuvent voter pour les stratégies de l’équipe et donc ainsi désorienter l’équipe. (Pas besoin de payer pour voter). Aussi toutes les stratégies sont en ligne et accessible à tous les fans sur l’application. Mais pour contrer les inscriptions sauvages dans un but négatif, les fondateurs ont pensé à un fonctionnement qui récompense l’investissement des fans. Le Fan IQ, qui donne un plus large pouvoir décisionnaire aux fans les plus impliqués. »

Il existe également d’autres risques, comme la désertion des fans. Si ce projet est étroitement lié à l’investissement de ses fans, quid si demain ils disparaissaient ? Le club doit garder une communauté active le plus longtemps, c’est le big deal.

Comme dans tous les sports, le résultat importe aux fans, investisseurs, joueurs, coachs, etc. Le développement d’un tel modèle est très lié aux résultats. Il faut que les résultats sportifs soient à la hauteur pour garder tous ces acteurs motivés.  

Le premier match en février, un moment historique

Le jeudi 16 février dernier a eu lieu le premier match de l’histoire des Salt Lake Screaming Eagles mais aussi le premier match entièrement coaché par les fans eux-mêmes. Une vraie révolution.

Ce premier match a offert de très bons retours : 150 000 vues en live (diffusion sur la chaine YouTube de la League et sur le live de Sport Illustrated qui pour l’occasion réalisait un live Facebook que vous pouvez visionner ci-dessous).
Le match a été visionné dans 99 pays. Les fans du monde entier ont pu participer au coaching en direct du match : 33 000 tactiques ont été proposées via l’application. Malheureusement les Screaming Eagles n’ont pas remporté leur première rencontre (défaite 78 à 47).
Dans la salle, plus de 8 000 personnes ont assistées à la rencontre dans une ambiance chaude à l’américaine.

Des investisseurs ambitieux et visionnaires

Les investisseurs américains sont connus pour leur abnégation. Pour preuve, l’un des objectifs de Ray et de ses associés, est de doubler ou tripler d’ici 3 ans les revenus classiques de la FANchise et d’ajouter une nouvelle source de revenu via le digital.
L’aventure est loin de s’arrêter puisque la startup FANchise vient tout juste d’acheter une nouvelle franchise de Football indoor, en l’occurrence Colorado Crush mais vient également de finaliser un partenariat avec la ligue pour à terme, la transformer en Interactive Football League. Pour étendre le concept à l’ensemble des clubs du championnat.
Une affaire à suivre de près.

Un concept aussi proche des fans pourrait-il être appliqué en France ou en Europe ? Nous vous donnerons des éléments d’analyse dans notre 3ème article de notre dossier spécial les fans et le sport professionnel dès demain.

 

En attendant, réagissez au concept de FANchise des Screaming Eagles avec nous sur twitter 

Passionné de foot, puis passionné des sports avec un S, je suis devenu petit à petit un fan des gens qui vont au stade tous les weekends avec écharpe et maillot sur les épaules. J’admire leur investissement et je pense vraiment que les clubs doivent encore leur donner tant.

Pour finir cette présentation, on a ajouté des phrases motivantes parce que nous sommes des personnes motivées, voici la mienne :
« Ceux qui essaient d’éviter l’échec, évitent le succès. »

Continuer la lecture
Publicité
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Fan expérience AUX ETATS-UNIS

Etude : L’impact des sponsors sur les fans

Au delà des résultats sportifs, la vie des sponsors est le sujet d’actu n°2 dans les médias spécialisés du secteur sportif. Quel impact peuvent avoir ces sponsors sur l’expérience fan ? Retour sur une étude américaine qui traite la question.

Publié

le

Temps de lecture environ 3 minutes

Au delà des résultats sportifs, la vie des sponsors est le sujet d’actu n°2 dans les médias spécialisés du secteur sportif. L’explication est simple, la part qu’apporte ces marques dans l’économie du sport est devenue aujourd’hui vitale et la source de revenus n°2 après les droits TV.

Mais pour le fan, quelle importance ? Quel rôle jouent ces marques dans l’expérience spectateur ? Quelle différence pour le supporter de se rendre au Stade des Lumières ou au Groupama Stadium ? Quel impact sur l’expérience fan que de voir affiché sur les panneaux LED des messages de Volkswagen à la place de ceux de Nissan ?

Au coeur des préoccupations de ces marques, de nombreuses études marketing essaient de valoriser ces courses au naming, à l’appellation “sponsor titre” ou “équipementier officiel” mais très peu (voire aucune) placent le fan au milieu des préoccupations en se demandant l’impact que les marques pourraient avoir sur son expérience de l’événement sportif.

Cela vaut le coup donc de vous partager une étude qui vient de sortir aux USA : DECODING 2.0 by MKTG  et qui s’intéresse de prêt à l’impact des sponsors sur la vie des fans de sport.

Les enjeux de l’étude

Mesurer la réceptivité des fans aux messages des sponsors. Quoi de mieux pour les marques que de comprendre quel profil de fan est le plus réceptif aux messages des marques lors des événements sportifs. En effet, pour ne pas se noyer dans la masse des messages et se différencier de leurs concurrents, les marques du sport doivent faire un gros effort pour comprendre les habitudes des consommateurs et adresser les bons messages aux bonnes personnes.

Des résultats surprenants

Seuls 23% des fans sont très facilement réceptifs aux messages des sponsors (les « victimes parfaites »). Les fans de sport sont d’ailleurs les fans les moins faciles à convaincre pour les marques par rapport aux fans de e-sport ou de musique par exemple.

Etude MKTG Decoding 2.0

Etude MKTG Decoding 2.0

Ces fans réceptifs sont pour la plupart des jeunes, des “Millenials” (génération des jeunes ultra-connectés) qui consomment le sport sur 2 écrans à la fois et sont férus d’infos sportives présentes sur les réseaux sociaux.

Les femmes sont également plus attentives aux messages des marques. On avait d’ailleurs évoqué dans un précédent article la tendance des marques à essayer de s’adresser de manière plus personnalisée à travers une fan expérience au féminin. Voilà de quoi conforter cette stratégie !

29% des fans de sport sont totalement hermétiques aux messages des sponsors.

En revanche, de plus en plus de fans de sport (29%) sont totalement hermétiques aux messages des sponsors. Un enseignement marketing dont les marques doivent se saisir pour adresser leurs efforts auprès des bonnes cibles !

Une évolution des comportements des fans de sport

L’étude démontre que les fans sont de moins en moins dédiés à leur équipe préférée et font moins de sacrifices pour celle-ci. Depuis 2012, le nombre de fans éprouvant de la fierté en cas de victoire de leur équipe est en baisse et atteint les 53%. Le sport devient également plus individualiste : 20% des fans préfèrent regarder du sport seuls. Est-on en train de devenir « moins fans » ?

Et l’impact des marques sur les fans alors ?

Les fans les plus réceptifs déclarent apprécier ce que les sponsors proposent en matière de fan expérience. Ils sont également plus loyaux envers les marques qui sponsorisent leur équipe et préféreront acheter leurs produits plutôt que ceux d’un concurrent puisqu’ils estiment partager les mêmes valeurs et se sentent proches de la marque.

Différence entre un fan réceptif et un fan peu sensible aux messages des marques

Différence entre un fan réceptif et un fan peu sensible aux messages des marques

Les marques ont vraiment leur rôle à jouer dans l’expérience fan !

De nombreuses marques ont saisi l’importance d’exister auprès des fans et de leurs offrir des expériences uniques. Certaines marques ont à cœur de réellement améliorer l’expérience du fan sans penser uniquement aux recettes potentielles et au marketing.

On avait par exemple relayés les actions d’Audi et Airbnb qui faisaient dormir les fans au stade, les maintenant classiques canapés bord de stade PMU ou Conforama, et l’on se souvient de la très réussie animation d’Emirates Airlines lors d’un match du Benfica.

Cette réflexion sur le réel impact des marques à travers ces activations ne fait que s’amorcer (en France du moins) et s’adressent encore trop souvent à quelques privilégiés ou sont simplement un moyen de publicité déguisée (ou pas).

Un petit point de vigilance sur l’étude

L’étude MKTG porte sur le marché des États-Unis et donc sur des fans de sports américains, aux comportements et à la culture sportive très particulière, souvent bien différente des habitudes des fans made in France ! Il n’est donc pas forcément automatique d’appliquer ces enseignements à notre propre territoire.

À quand une étude sur l’impact des sponsors sur les fans de sport en France ? Agences, la balle est maintenant dans votre camp !

Dans les 6 prochains mois, de nouveaux éléments de cette étude seront révélés sur le site ! Nous restons à l’affût. 

Continuer la lecture

Nouveautés