Suis-nous
Analyse de l'étude sur les enceintes connectées Analyse de l'étude sur les enceintes connectées

Fan expérience en France

Étude : Quels liens entre enceintes connectées et fan expérience ?

Une lecture orientée Fan expérience de la récente étude sur la connectivité des enceintes sportives du Ministère des Sports.

Publié

le

Au mois de Novembre, le Ministère des Sports sort une étude très complète sur la problématique de connectivité des salles et stades en France. Nous avons synthétisé quelques idées à retenir concernant la fan expérience : comment la connectivité peut-elle contribuer à l’amélioration de l’expérience spectateur ?

 

L’étude commandée par le Ministère des Sports, la FFF, l’Association nationale des sports professionnels et les ligues professionnelles de basket, football, handball et rugby offre un panorama complet de la question de la connectivité dans le secteur sportif. 

Une étude menée auprès de 108 clubs professionnels (dont 27 de basket-ball, 23 de football, 13 de handball, 29 de rugby et 16 de volley-ball) qui révèle de nombreuses statistiques dont celle-ci : les clubs français ne génèrent que 15% de leur budget grâce aux revenus jour de match contre une moyenne de 25% en Europe.
Pour lire l’intégralité des 3 volets de l’étude, c’est par ici.

Etudes sur la connectivité des enceintes sportives

Connectivité, de quoi parle-t-on ?

La première partie de l’étude fait un réel état des lieux de la connectivité et définit ses concepts de base.
La connectivité d’une enceinte sportive peut être définie par :

  • un aspect technique évident, nécessaire pour optimiser et pour permettre un fonctionnement efficace de l’enceinte.
  • la notion de création de liens entre différentes parties prenantes, ici les spectateurs, les joueurs, mais aussi le club au sens plus large, l’exploitant, et même la ville dans son ensemble.

En France, le sujet de la connectivité est récent, technique et complexe. Les clubs manquent souvent de ressources (humaines ou financières), compétences et savoir-faire sur le sujet. Les différents modèles de structurations des organisations sportives, ainsi que leurs différents niveaux de maturité économiques et sportives rendent les situations très hétérogènes face à cette problématique.

“L’enceinte connectée répond d’abord à un objectif majeur : augmenter le taux de remplissage des stades et salles grâce à une plus grande satisfaction des spectateurs et une capacité à attirer de nouveaux publics.”

ESC, Ministère des Sports

enceinte-connectée-panasonic@Panasonic

Le stade connecté selon Panasonic au salon CES 2018

Personnaliser l’offre

Les enceintes connectées pourraient permettre d’aider les clubs à offrir une bonne expérience, à la bonne personne, au bon moment et au bon endroit. Cela nous rappelle bien-sûr la data analytics et le CRM souvent bien utiles à la fan expérience !

Selon l’étude, le digital devrait être une opportunité pour créer des services différents, personnalisés et surtout pour ne pas homogénéiser davantage l’offre. Rappelez vous, toutes ces petites attentions personnalisées qui rendent l’expérience sportive unique !

Répondre à la demande des fans

L’étude prouve le taux de connexion des français : nous passons en moyenne 7,7 heures par jour sur Internet, dont 2,8 heures sur smartphone ! Pas étonnant donc que le stade souhaite répondre à ce nouveau mode de vie. En revanche, avoir la possibilité de se connecter au Wifi ou à d’autres services digitaux du stade ne fait pas partie des attentes prioritaires des spectateurs (enquêtes LFP 2014 et 2016), contrairement à l’atmosphère et la possibilité de vivre de bons moments.

Une bonne connectivité permettra tout de même aux fans d’avoir accès aux informations fondamentales : infos pratiques en amont de l’événement, parking, accès dans l’enceinte, restauration…
Mais à l’inverse, une bonne connectivité et une mauvaise expérience proposée au fan sera d’autant plus dangereux car les moyens de partager cette mauvaise expérience seront immédiats et encore plus importants.

Amplifier la dimension sportive pour tous

Bien-sûr, les outils digitaux et analyses de données permettent aux fans d’avoir des données plus détaillées et précises sur le match, le jeu en soi. Et ce, que les fans soient présents dans l’enceinte ou chez eux.

Favoriser l’immersion

Grâce à de nombreuses technologies (réalité augmentée, réalité virtuelle, sonorisation), le fan vivra une expérience immersive et sera le propre acteur de sa fan expérience.

Illustration du stade du futur par le cabinet d’architecture Populous et le National Geographic

Développer concrètement la connectivité dans son stade

Le second volet de l’étude met en avant des exemples concrets et applicables par les clubs dans les domaines tels que la billetterie, l’accès au stade, la sécurité, les animations, etc.

Nous avons retenu quelques idées ayant un impact direct sur la fan expérience :

  • Signalétique intelligente en écrans LED pour orienter les fans, indiquer les temps d’attente ou de marche (applicable dans de nombreux autres lieux que les stades).
  • Digicodes sur le mobilier du stade, scannés par le smartphone qui délivreront secrets, anecdotes, histoire du stade (on peut facilement imaginer une chasse au trésor).
  • Disparition du billet physique par contrôle d’accès biométrique (sera testé en 2020 à Tokyo pour les Jeux Olympiques).
  • Le cashless comme moyen de paiement généralisé.
  • Éclairage extérieur du stade qui varie en fonction de l’ambiance de celui-ci.
  • Écrans en tout genre et à tous les endroits : pour informer, animer, diffuser le jeu, etc.
  • Écrans sur le dos des sièges comme dans les avions pour les tribunes VIP : services de commande à la place, statistiques, etc.
  • Écrans tactiles pour l’orientation (comme dans certains centres commerciaux), proposer des jeux interactifs, etc.

Signalétique intelligente modifiable en temps réel

Un plan d’action pas à pas

La dernière partie de l’étude offre un véritable guide aux clubs pour mettre en place leur révolution digitale, adaptée à leurs ressources et cas particuliers. L’étude fait aussi référence à de nombreuses start-up françaises (essentiellement issues du Tremplin telles que Vogo Sport, bFAN, Digifood, Tech4Team) qui proposent des solutions de connectivités aux clubs.

Au delà du digital

Ce n’est pas nouveau, le digital est une des clés principales pour le développement des enceintes sportives et l’amélioration de l’expérience spectateur. En revanche, nous avons particulièrement apprécié le fait que l’étude rappelle l’importance de créer des relations humaines entre le fan et le club.

“Au-delà du digital, l’enjeu demeurera toujours de parvenir à créer des relations interpersonnelles et un sentiment d’appartenance fort à une communauté, un lieu, amenant les spectateurs et partenaires à se sentir bien, avoir envie de rester et de revenir.”

ESC, Ministère des Sports 

La France est, à cet égard, assez en retard, mais tend à prendre exemple sur des programmes RH proposés aux Etats-Unis, tels que la politique du sourire à Atlanta. Les clubs doivent également prendre en compte le droit à la déconnexion et ne pas imposer la connectivité de façon intrusive.

Une étude donc très intéressante qui place bien le digital comme un outil fort de l’évolution de l’expérience d’un fan, mais qui n’oublie pas l’importance de la relation humaine dans cette expérience.
Nous avons hâte de voir comment ces conseils seront reçus par les clubs et ainsi venir tester ces innovations digitales !

Passionnée, supportrice et grande curieuse, j'ai à cœur de partager ma vision des événements. Convaincue du rôle central que les fans ont à jouer dans le développement du sport, je suis ravie de pouvoir mettre en lumière les bonnes pratiques qui peuvent servir d'exemple et d'inspiration à tous grâce à Fanstriker. Passionate, curious by nature, and a true fan, I like to share my vision about sport events. I am convinced that fans have a considerable part to play to develop the sport economy. Through Fanstriker I aim at bringing to light the best practices that can serve as an example or an inspiration.

Fan expérience en France

Immersion au sein du Paris Basketball

Nouveau club de basket dans la capitale, immersion au Paris Basketball. Un club qui s’est créé en quelques semaines pour rejoindre le niveau professionnel en Pro B.

Publié

le

Immersion au sein du Paris Basketball

 

Devenir le club de basket de la capitale, c’est l’ambition du Paris Basketball qui évolue en Pro B cette saison et qui est parti de pratiquement zéro il y a quelques semaines. Un grand chantier se met actuellement en place en interne pour répondre à cet objectif. Immersion au sein de ce tout nouveau club parisien.

 

Vendredi 23 novembre nous étions à la Halle Georges Carpentier dans le 13e arrondissement de Paris à l’occasion du match entre le Paris Basketball et Gries-Oberhoffen (7e journée du championnat). Cette petite salle (2 400 places) a été aménagée pour répondre aux exigences du championnat professionnel et à la volonté d’offrir une expérience agréable au public.

La création d’un club professionnel en quelques semaines

Anciennement connu sous le nom de Paris Basket Avenir la saison dernière en National 3, le Paris Basketball est officiellement créé en juillet 2018. Une création qui s’est faite dans le cadre d’un projet d’envergure : avoir un club de basket de haut niveau à Paris.

À l’origine de ce projet ambitieux, ce sont deux investisseurs américains. Le premier, David Kahn, ancien Président des Minnesota Timberwolves et ancien Directeur des Indiana Pacers en NBA. Le second, Eric Schwartz, ancien actionnaire minoritaire des Atlanta Hawks.

En rachetant le Paris Basket Avenir (N2 en 17/18), David Kahn avait pour principale ambition de faire vivre le basket à Paris et de monter les échelons petit à petit jusqu’à l’élite française et Européenne. C’était une anomalie pour lui de ne pas avoir de club de basket pour représenter la capitale en France et en Europe.
Mais l’opportunité de racheter les droits sportifs du Hyères Toulon Var Basket (alors en relégation de Jeep Elite) n’a été que trop belle pour accélérer le projet. En effet, dans le basketball, les droits sportifs peuvent être vendus à un autre club en cas de faillite ce qui implique de reprendre la structure et la dette du club initial. C’est donc ceci qui permet aujourd’hui au Paris Basketball d’évoluer directement en Pro B.
Le rachat des droits sportifs est une pratique qui peut ne pas faire l’unanimité dans le monde du basketball et du sport français en général. Mais c’est une pratique qui est autorisée et qui a pu être exploitée par les investisseurs américains.

Romuald Coustre, un DG innovant

Pour mener à bien ce projet, les repreneurs américains ont choisi Romuald Coustre. Un Français de 44 ans dont vous avez certainement entendu parler si vous êtes un amateur de basket et du réseau Twitter.

Il est le fondateur de l’agence de design What if ? (Et si ? en français). Une agence qui redesign les maillots de clubs professionnels de basketball et d’autres sports. Des maillots au style unique qui visent à rendre l’image des clubs plus attrayantes. Le fameux “maillot carnaval 2017” du BCM Gravelines-Dunkerque en est le parfait exemple. “Ce maillot carnaval conçu par Kipsta et porté une fois dans la saison, se vendait 2 à 3 fois plus que le maillot de la saison” rapportait Romuald il y a plusieurs mois dans une interview pour SportBuzzBusiness. 

Plus récemment, l’agence s’est également lancée dans la customisation de terrains de basket. Un concept innovant qui modernise les salles.
Romuald Coustre est aussi habitué des coulisses du basketball français. Il a en effet été le manager général du BCM Gravelines-Dunkerque entre 2004 et 2013 où il a fortement contribué au développement du club.

Le club parisien a récemment ajouté un petit détail sur son parquet de la Halle Carpentier avec l’inscription “Paris”.

https://twitter.com/Paris_Basket/status/1065650877736919050

Une interview de Romuald Coustre sera prochainement à découvrir sur le site.

Interview de Romuald Coustre à venir

Interview de Romuald Coustre à venir

Une expérience fan avec les moyens du bord

Voir un match de basket professionnel en plein Paris est quelque chose d’abordable. À 12 euros le billet (8 euros en tarif jeunes et étudiants), le club propose des prix plutôt attractifs. Et au-delà du match, le Paris Basketball ne vise pas à offrir uniquement du sport à ses spectateurs mais une véritable expérience que nous allons retranscrire dans les lignes suivantes.

L'une des deux bâches avec le logo du Paris Basketball

L’une des deux bâches avec le logo du Paris Basketball

Avec seulement quelques mois de travail, il n’est pas facile de proposer une expérience enrichie à son public. Surtout lorsque nous ne disposons pas d’un espace adapté. Cependant, le Paris Basketball s’en sort plutôt bien malgré le timing serré.
Tout d’abord, à notre arrivée dans la salle, nous avons pu observer que les couleurs du club étaient bien visibles. De grandes bâches floquées du logo du club sont disposées sur les deux tribunes derrière les paniers ainsi qu’au centre du parquet.
L’usage de bâches, permet de réduire la capacité de la salle sans d’importants moyens mais surtout d’éviter une ambiance qui serait totalement différente avec plusieurs tribunes vides. Un habillage qui est accompagné de deux écrans de grande taille où le logo est là aussi présent. Cette théâtralisation de l’espace marque tout de suite l’identité de la salle et donne un caractère plus professionnel au lieu.

Le public VIP assiste au match au bord du terrain

Le public VIP assiste au match au bord du terrain

Du côté des tribunes et des spectateurs, des places en court-side (en bord de terrain) sont disponibles. À l’américaine, inspirées des enceintes de NBA, le public VIP est positionné au plus près des joueurs et de l’action. Un public qui est d’ailleurs accueilli par des membres bénévoles du club pour garantir une offre hospitalité plus complète. Concernant les tribunes grand public, c’est un placement libre qui est proposé. Ce qui donne un aspect plus convivial.

Reconnue comme une best practice dans de nombreux stades et salles, l’expérience canapé au bord du terrain est aussi proposée par le Paris Basketball. En amont du match face à Gries-Oberhoffen, le club a organisé un concours sur ses médias sociaux pour permettre à des fans de vivre l’événement sur un canapé placé dans un angle juste à côté du banc parisien.

https://twitter.com/Paris_Basket/status/1064571675335950336

Voici la vue que pouvaient avoir les chanceux gagnants du jeu concours “canapé en bord de terrain”. Pas mal non ?!

Le club propose aussi quelques services à ses supporters.
Un stand de restauration avec pizzas, boissons et snacks qui est situé dans un des angles de la salle qui offre un fort passage et accès facile. Toujours dans l’objectif de se rapprocher du modèle américain, un vendeur ambulant (avec son panier rempli de snacks) permet au public de consommer directement depuis les tribunes.
Le club envisage d’accueillir un food truck sous son toit pour rendre l’offre de restauration plus conviviale et moderne.
À quelques mètres de cet espace restauration, un coin merchandising est également présent avec divers produits signés du logo du club. À noter que le maillot n’est pas encore commercialisé.

Tshirt, pull, survêtement, plusieurs produits textiles sont proposés à l'achat

Tshirt, pull, survêtement, plusieurs produits textiles sont proposés à l’achat

Dans la Halle, quelques produits dérivés du club sont à vendre

Dans la Halle, quelques produits dérivés du club sont à vendre

Pour l’animation musicale dans la salle, un DJ placé au bord du parquet donne le rythme en collaboration avec le speaker du club. Un speaker qui avant chaque match donne la parole à un joueur qui remercie les supporters présents. Ce qui créé de suite un lien avec le public et rend l’équipe accessible. De cette manière, le club parisien veut mettre l’accent sur la proximité entre les joueurs et les fans.

Pendant la mi-temps, c’est une opposition de basket junior féminin qui est proposée aux spectateurs. Une animation qui est aujourd’hui proposée par beaucoup (peut-être trop ?) de clubs dans le monde du sport. C’est le moyen qu’à trouvé le club pour occuper le public pendant cette pause.

En fin de match, nous avons découvert l’espace VIP de la Halle Carpentier. Encore une fois, le club américanise sa vision du sport. C’est dans une salle dédiée à côté de la Halle qui a été aménagée avec tables de Tennis de table, mini-golf, séance de tirs, musique, apéritif dînatoire… que le Paris Basketball accueille les spectateurs VIP après la rencontre. Ceci dans une atmosphère fraiche et détendue où les joueurs se mélangent avec les visiteurs.

Paris Basketball x AMOS : un partenariat pertinent

Nous le savons, dans le sport, les bénévoles sont importants. Et il est de plus en plus complexe de trouver des personnes motivées pour s’investir au sein des clubs. Mais heureusement, il existe des solutions.

Au Paris Basketball, le staff peut compter sur une dizaine de bénévoles pour les jours de match. Des bénévoles qui sont pour la majorité des étudiants d’AMOS Paris, une école du sport business qui se développe de plus en plus sur le territoire. Une collaboration a été construite entre les deux organisations. Un partenariat gagnant – gagnant qui permet au club de garantir un accueil toujours plus qualitatif pour son public et d’élargir son offre de services. Pour les étudiants, c’est l’occasion de se confronter à la réalité du terrain au sein d’un club de sport professionnel.

Chaque bénévole participe activement à l’organisation et au déroulement du match avec un chacun un rôle précis (placeur, vendeur, animateur, etc.). Le partenariat avec une école du sport est une solution vraiment logique qui répond aux besoins de chacun de ses acteurs : le club qui est constamment en recherche de forces vives pour l’organisation de ses rencontres et les étudiants qui cherchent eux à compléter leur CV dans l’optique de gagner en expérience et d’entrer plus facilement dans la vie active au termes de leurs études.

Le canapé en bord de terrain

Le canapé en bord de terrain

Comment améliorer une expérience fan avec peu de moyens ?

En 2022 le Paris Basketball rejoindra l’Arena 2. Une salle flambant neuve de 7 500 places qui verra le jour Porte de la Chapelle à l’occasion des Jeux Olympiques de Paris 2024. En attentant, le club restera à la Halle Carpentier pour les prochaines saisons.

Avant de passer cette étape majeure, comment le Paris Basketball peut-il continuer à améliorer son expérience fan ? Voici quelques idées que la rédaction propose au club ainsi qu’à d’autres acteurs similaires.

Très actif et créatif sur les médias sociaux, le club parisien peut accentuer le lien entre le digital et le terrain. Pendant un match, un concours photo sur Instagram peut par exemple être organisé via un hashtag dédié. Une activation qui permet à la fois d’engager les fans sur le réseau et de récupérer de beaux clichés pour de prochaines communications. Ce qui valorise la créativité des fans et les encourage à republier du contenu. Dans le même le esprit, les fans présents peuvent également pronostiquer sur Twitter le score du prochain quart-temps et tenter de remporter un prix en cas de bon résultat.

Populaire aux Etats-Unis, le quiz depuis les tribunes s’apprête également à un club comme le Paris Basketball. Pendant un temps mort ou un quart-temps, un fan peut avoir la chance de répondre à une question sur le club pour espérer repartir avec un cadeau. Souvent animé d’une manière ludique, ce quiz est un moment convivial pour l’ensemble de la salle qui joue le jeu.

Toujours dans la volonté de renforcer la relation entre les fans et les joueurs, une immersion unique au sein de l’équipe peut aussi être proposée. Comme c’est le cas à l’OGC Nice qui offre une expérience exceptionnelle à un fan dans les vestiaires du club. En matière d’immersion, d’autres possibilités existent comme une place à côté du banc des joueurs ou bien une présence sur le terrain pendant l’échauffement.

Dans un style plus classique mais toujours efficace, une initiation au freestyle sur le terrain est un autre très bon moyen d’améliorer l’expérience d’un fan. C’est en effet l’opportunité de faire apprendre quelque chose au public et de positionner un fan dans le rôle d’acteur.

Pour l’animation des tribunes, il peut également être intéressant de voir le speaker ou un animateur dédié au plus près des spectateurs. C’est en effet l’occasion de donner la parole aux fans et de créer une autre forme d’encouragement pour les joueurs.

Il est intéressant de constater que le Paris Basketball positionne l’expérience de son public comme point de développement majeur de sa structuration. C’est d’autant plus intéressant qu’il est au début de son histoire avec ce public. Partant de zéro ou presque, les possibilités sont donc nombreuses.
Merci au Paris Basketball, à Romuald Coustre et Romain Villachon pour leur invitation.

Continuer la lecture

Social media

Follow us sur Twitter

Nouveautés