Suis-nous

Fan expérience EN FRANCE

Fanstriker, le bilan après 1 an et 1700 fans

Fanstriker fêtait son premier anniversaire il y a quelques semaines. C’est l’occasion de partager avec vous un premier bilan de cette aventure enrichissante.

Publié

le

Fanstriker 1 an

Il y a quelques semaines, Fanstriker a fêté son anniversaire, sa première bougie. Retour sur cette première année d’actualités sur l’expérience fan et d’aventures pour toute l’équipe.

Dans cet article nous allons vous ouvrir les portes de Fanstriker (même si les portes sont toujours ouvertes chez nous). Alors vous êtes peut-être déjà un lecteur régulier, mais si vous êtes un tout nouveau lecteur, il est peut-être important de (re)présenter le concept. Fanstriker est un média regroupant plusieurs passionnés qui traite uniquement des sujets autour de l’expérience des fans de sports.  

Toutes les personnes qui ont participé à l'aventure Fanstriker en 2017

Toutes les personnes qui ont participé à l’aventure Fanstriker en 2017

L’origine du projet Fanstriker

C’était en janvier 2017, l’aventure Fanstriker démarrait sur fanstriker.com mais aussi sur Facebook, Twitter et Instagram (le compte Linkedin n’est arrivé qu’un peu plus tard). Le premier article présentait nos ambitions pour ce nouveau média. Avec notamment une ambition audacieuse, celle de devenir la source d’informations et d’inspirations de référence sur l’expérience fan dans le sport. 

“Pendant l’été 2016, je surfais sur le web à la recherche d’infos sur l’expérience spectateur dans le sport et je ne trouvais aucun média spécialisé sur la thématique de l’expérience fan. Alors je me suis dit pourquoi ne pas le créer ?! 6 mois plus tard, c’était lancé.”

Mathieu, fondateur de Fanstriker

Au départ, j’ai lancé le projet seul puis Johan est arrivé puis Alexis et ensuite Laure, Alexandre et Benjamin. Ensemble nous avons constitué une petite équipe à laquelle d’autres reporters sont venus se greffer ponctuellement. Au total, ce n’est pas moins de 11 personnes qui ont pu contribuer de près ou de loin à l’aventure Fanstriker.

Le bilan de cette première année en 2017

Le projet Fanstriker est avant tout un projet humain fait de rencontres entre des passionnés de sports. Ce premier bilan humain est relativement satisfaisant. Personnellement j’ai pu apprendre énormément comme ce que je partageais sur LinkedIn il y a quelques semaines. Avec toute l’équipe nous avons pu mettre en application des idées nouvelles et relever quelques défis.

Puisque les chiffres sont importants, voici un bilan chiffré de cette année 2017. Nous avons pu écrire pas moins de 150 articles sur l’expérience fan en France ou à l’étranger. 
Notre communauté social media est passée en une année de 0 à 1700 fans au total en regroupant tous nos réseaux sociaux. Tous les vendredis nous avons proposé près de 55 nouvelles idées via notre rendez-vous quotidien #FridayIdea sur Twitter et Facebook. 

Nous avons pu entrer dans les coulisses de 3 clubs professionnels, à Niort, à Rennes ou encore à Dunfermline en Ecosse lors de nos Inside Clubs Expérience au cours desquels nous analysons l’expérience fan dans le stade. 

Inside club au Stade RennaisINSIDE CLUB À RENNES Inside club à AFC DunfermlineINSIDE CLUB À DUNFERMLINE Inside club au Chamois NiortaisINSIDE CLUB À NIORT

 

Le site fanstriker.com totalise plus 20 000 sessions et a pu avoir une résonance intéressante sur les recherches web autour de l’expérience des fans avec 152k impressions pour 51k pages vues.
Dans l’ordre, Twitter, Facebook et LinkedIn nous apportent la plus grande part de visibilité. 

Le bilan statistiques de l'année 2017 pour Fanstriker

Le bilan statistiques de l’année 2017 pour Fanstriker

Les objectifs de 2018

L’année 2018 va représenter pour nous une vraie opportunité de grandir encore plus en structurant davantage le projet et en créant des partenariats avec des acteurs confirmés du sport, des médias, des clubs, des marques ou encore des agences. 
Nous serons présents sur davantage d’événements sportifs que cette année 2017 grâce au recrutement de nouveaux reporters locaux qui pourront vivre une expérience sportive dans leur ville, leur pays et en partager le retour sur Fanstriker.com. 

Les écoles du sport business sont pour nous un excellent moyen de se faire connaitre des futurs acteurs du sport (souvenez-vous de l’exemple Mc Donald et le Happy Meal réservé aux enfants que l’on utilise souvent sur Fanstriker) mais c’est aussi l’opportunité d’échanger et d’obtenir de nouvelles idées.

Notre souhait le plus fort est que de plus en plus de clubs comme le Stade Rennais, les Chamois Niortais, Dunfermline AFC, d’événements sportifs ou d’acteurs du sport comme le Groupe La Poste nous ouvrent leurs portes pour mettre en avant leurs actions auprès du grand public. 

Les objectifs pour 2018 pour Fanstriker

Les objectifs pour 2018 pour Fanstriker

Enfin, n’hésitez pas à soutenir le projet en nous suivant sur les réseaux sociaux de Facebook à Twitter en passant par Instagram et en continuant de nous partager les informations liées à l’expérience fan.
Vous pouvez aussi rejoindre l’équipe Fanstriker et/ou rédiger un article sur le site. Pour ça, n’hésitez pas à nous laisser un message sur tous les moyens de communication possibles. 

On compte sur vous pour nous partager vos retours qui nous permettrons d’apporter des améliorations à l’ensemble du projet Fanstriker. 

Passionné de foot, puis passionné des sports avec un S, je suis devenu petit à petit un fan des gens qui vont au stade tous les weekends avec écharpe et maillot sur les épaules. J'admire leur investissement et je pense vraiment que les clubs doivent encore leur donner tant. Pour finir cette présentation, on a ajouté des phrases motivantes parce que nous sommes des personnes motivées, voici la mienne : "Ceux qui essaient d'éviter l'échec, évitent le succès."

Continuer la lecture
Publicité
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Fan expérience EN FRANCE

Le HSBC Paris Sevens, le festival du rugby à 7

La fête du rugby se tenait au stade Jean Bouin à Paris le weekend dernier avec le HSBC Paris Sevens. Un événement que nous apprécions tout particulièrement.

Publié

le

Paris 7s 2018

Cela fait maintenant 3 ans que chaque fin de mois de mai ou début de mois de juin est rythmé par le HSBC Paris Sevens au stade Jean Bouin à Paris. 

Nous avions déjà été séduits par l’édition HSBC Paris Sevens 2017 c’est donc naturellement que nous sommes revenus cette année au stade Jean Bouin pour prendre la température de cet événement du rugby à 7.

Le HSBC Paris Sevens en quelques mots 

Vous n’êtes peut-être pas un fan de l’ovalie alors une petite présentation de l’événement s’impose pour bien saisir le contexte. 
Le HSBC Paris Sevens est une étape du World Rugby HSBC Sevens Series. Un championnat international annuel de rugby à 7 organisé en plusieurs étapes dans plusieurs pays sous forme de tournoi opposant 15 nations (16 pour les hommes). Les nations masculines et féminines jouent à Paris le même tournoi. 

Pour ceux qui n’ont jamais eu l’occasion de voir à quoi ressemble du rugby à 7, c’est beaucoup plus dynamique que le rugby à 15. Les règles sont sensiblement les mêmes ou presque, le match se joue en deux fois 7 minutes et le terrain est à l’identique. C’est donc 14 minutes pleines d’actions, de tentatives, d’essais, de spectacle. Le spectateur n’a pas le temps de s’ennuyer car cela va vite, très vite même. 
Ce tournoi permet de découvrir des nations peu présentes dans le rugby à 15 comme l’Espagne, la Russie ou encore le Kenya.

Un mixte entre festival et événement sportif 

Le HSBC Paris Sevens a tout simplement des airs de festival. Nous avions parfois l’impression d’assister à un remake du festival We Love Green (le dernier festival en date à Paris), ce qui est plutôt positif. 
Alors pourquoi cet événement est si particulier ? Bonne question à laquelle nous allons apporter notre avis.

Il y a tout d’abord le concept du tournoi qui séduit. Plusieurs matchs avec plusieurs équipes internationales regroupant des hommes mais aussi des femmes cette année sur 3 journées du vendredi au dimanche. Ce format attire puisque le spectacle ne s’arrête pas qu’à une seule rencontre.

Ensuite gros avantage que nous avons noté également : la possibilité d’entrer et de sortir du stade à sa guise, contrairement à un événement sportif traditionnel où toute sortie est définitive. Un “circuit” a été mis en place par l’organisation pour permettre au public d’entrer d’abord dans le stade pour ensuite revenir sur le parvis où se trouve le village d’animations. Des allers et retours sont donc autorisés entre ces deux lieux. 

L'espace détente installé au coeur de la fan zone du Paris 7sFanstriker

L’espace détente installé au coeur de la fan zone en direction de l’écran géant

Le village et ses animations représentent l’un des gros atouts du HSBC Paris Sevens. Plusieurs stands proposent des activités auxquelles tous les publics peuvent participer (mur digital pour remporter un maillot, atelier maquillage, exercice technique de précision avec ballon (Technidrop), cible géante). Des foodtrucks et des stands de vente de produits dérivés partenaires sont également à disposition du public. 
Le Stade Français Paris qui est résident du Stade Jean Bouin pendant la saison, tenait un stand pour promouvoir ses abonnements. La mascotte Rucky se prêtait au jeu des selfies sur le stand.  

Nouveauté cette année, la FFR avait installé un terrain d’échauffement au coeur de la fan zone. Ce qui laissait la possibilité aux fans de prendre un verre ou de se restaurer devant la préparation des équipes. Ce côté immersif dans la préparation des joueurs(ses) procure au spectateur une sensation d’exclusivité.

Des enfants devant le terrain d'échauffementFanstriker

Des enfants devant le terrain d’échauffement

Face au terrain, se trouvait une longue table haute avec chaisesFanstriker

Face au terrain, se trouvait une longue table haute avec chaises

Autre avantage, les fans eux-mêmes, ils sont de vrais acteurs du show, de l’ambiance. Ils supportent leur équipe fièrement et bien souvent de façon originale. Le Sevens c’est aussi l’occasion pour eux de rencontrer des fans du monde entier et de partager cet amour pour la fête, la rencontre ou le rugby. 

Les vraies stars : les fans, le public

C’est souvent vrai mais au HSBC Paris Sevens ça l’est encore plus. La vraie star est dans les tribunes. Ces tribunes qui sont composées en partie de fins connaisseurs mais en majorité de non fans de rugby à 7 à 13 ou à 15 qui sont principalement là pour l’atmosphère qui règne dans cet événement. 

https://twitter.com/Paris7s/status/1005797703564124160

La vraie force du Paris 7s est qu’il attire autant des fans de rugby que des personnes étrangères à ce sport. C’est un événement où l’on se rend entre amis, en famille parce que l’on sait que tous le monde passera un bon moment. Un bon moment qui passera par le spectacle sur le terrain bien-sûr mais également par les animations et autres originalités des fans autour du jeu. 

La danse, la musique et les déguisementsFanstriker

La danse, la musique et les déguisements

Chaque année un thème est donné aux spectateurs. En 2017, les fans pouvaient voter entre 3 thèmes proposés sur les réseaux sociaux. Le thème de l’édition 2018 était Crazy rugby. Un thème guidé par la nouvelle charte graphique du HSBC Paris Sevens. 

Les fans sont donc venus pour beaucoup avec leur plus beau déguisement, des charentaises à la tenue complète en passant par le simple drapeau. Nous avons même pu retrouver des fans des éditions précédentes avec encore et toujours le même déguisement. Magique. 

https://twitter.com/MawOra_/status/1005742258828824578

Un très bon événement sur le plan des animations mais des questions sur l’affluence

Le stade n’était pas plein lors de ces 3 journées de compétition. La première journée aurait rassemblé entre 100 et 800 personnes. Tandis que les jours suivants ont été suivis par près de 15 000 fans (capacité 20 000 places). 
Sur les réseaux sociaux et dans certains médias, la question de la localisation du tournoi se pose. Certains estimant que ce type d’événement aurait davantage sa place dans une ville de Provence où la passion de l’ovalie y est forte. 
D’autres estiment qu’il y a des incohérences entre l’esprit du Paris Sevens et le comportement des organisateurs, notamment en terme de sécurité. En effet, plusieurs fans déguisés se sont vus parfois interdire l’entrée car leur attirail n’était pas autorisé. Le fan des Blitzboks (le nom de l’équipe à 7 d’Afrique du Sud) qui apparait dans la vidéo plus haut n’a pas pu pénétrer dans l’enceinte avec l’ensemble de son déguisement le premier jour. Le fameux “mec en slip” qui participe pleinement à l’ambiance en tribune rencontre régulièrement des problèmes. C’est donc frustrant pour le fan qui fait l’effort de s’habiller (ou de se dévêtir pour certains) pour l’occasion et de se voir refuser l’accès.
C’est quelque peu contradictoire avec la volonté de remplir son stade et de proposer une ambiance intéressante. 

L’édition HSBC Paris Sevens 2018 confirme notre approche de la précédente édition qui fait de cet événement une référence en matière d’expérience fan. Il reste l’un de nos événements préférés.
Retrouvez notre album photo de la journée de dimanche ci-dessous. 

https://www.facebook.com/media/set/?set=a.2059552054367369.1073741835.1698983043757607&type=1&l=9a958be7c2

Vous y étiez ? Vous avez apprécié le tournoi ? 

Continuer la lecture

Nouveautés