Suis-nous
Fans new zealand Fans new zealand

Fan expérience dans le monde

Fanstriker s’exporte en Nouvelle-Zélande

Fanstriker s’internationalise et ouvre un bureau en Nouvelle-Zélande ! L’occasion de partager en exclusivité du contenu et des bonnes pratiques depuis le pays du Rugby et des All Blacks.

Publié

le

C’est officiel et complètement incroyable : Fanstriker s’internationalise et s’exporte dans un pays qui nous fait tous rêver : la Nouvelle-Zélande. C’est vrai qu’on ne pouvait pas choisir plus loin ! L’objectif : vous faire vivre comme si vous y étiez l’expérience d’un fan de sports au pays des All Blacks, des moutons et du Haka.

 

Pas de panique, nous ne quittons pas l’hexagone, la plupart d’entre nous restent toujours très actifs à Paris, Lyon ou dans d’autres villes françaises. Désormais, Fanstriker va pouvoir vous faire vivre en exclusivité les news et les bonnes pratiques en matière de fan expérience en direct de l’autre bout de la terre. Et il y a fort à penser que la Nouvelle-Zélande ainsi que toute la région de l’Océanie n’en a pas fini de vous surprendre.

Membre de l’aventure Fanstriker depuis ses débuts, Laure Gruffat va permettre au projet d’obtenir une résonance encore plus grande. Elle a pris la décision il y a quelques mois de quitter Paris et la France pour vivre le rêve Néo-zélandais. Un choix fort qui lui permettra de développer son réseau international dans le monde du sport business mais aussi de partager un benchmark intéressant à travers ses rencontres et expériences. 

Si vous connaissez peu la Nouvelle Zélande, voici un petit aperçu en attendant le 1er Inside Fanstriker qui arrivera très vite.

La meilleure équipe de Rugby du monde : les All Blacks

La meilleure équipe de Rugby du monde : les All Blacks

Le pays des kiwis, le pays du rugby

C’est une évidence pour tous, en Nouvelle-Zélande on mange, on respire rugby. Les victoires des All Blacks sont d’ailleurs garantes de l’humeur de la nation. Ce sport est si populaire qu’il rassemble les différentes ethnies, âges et catégories sociales. Trois fois championne du monde depuis 1987, cette équipe historique est respectée par le monde entier.
Saviez-vous que la couleur noire de leurs fameux maillots symbolise leur puissance ? Ils portent en effet le deuil de leurs adversaires. De quoi donner des frissons.

Les meilleurs joueurs du monde

La Nouvelle-Zélande a formé les plus grands rugbymen du monde.

Jonah Lomu : le plus célèbre des All blacks qui détient le record du nombre d’essais marqués en coupe du monde et qui est également le plus jeune joueur à avoir porté le maillot des Blacks (à 19 ans). Ses facultés physiques étaient si impressionnantes (1,96m pour 119kg) qu’elles lui ont valu le surnom de « l’autobus ». Il est également le premier rugbyman de l’histoire à intéresser les sponsors et s’est démarqué avec son combat contre la maladie tout en continuant la compétition. Il est décédé fin 2015 à l’âge de 40 ans.

Jonah Lomu lors d'un match contre la France

Jonah Lomu lors d’un match contre la France

Dan Carter : l’un des plus grands buteurs de l’histoire du rugby et désigné meilleur joueur du monde à 3 reprises par World Rugby (l’organisme international qui gère le rugby). Il détient le nombre record de buts marqués avec les All Blacks (1 598 points exactement). Depuis la fin de sa carrière de demi d’ouverture pour l’équipe nationale en 2015, nous avons eu la chance de le voir à l’œuvre en France, à la U Arena avec le Racing 92.

Nous pouvons encore citer Colin Meads, Richie McCaw, Michael Jones et tant d’autres, sans oublier les coachs et les arbitres. Sur 18 des meilleures équipes du monde de rugby, la moitié est entraînée par un coach kiwi. Et fait insolite : le premier arbitre au monde a avoir utilisé un sifflet pour arrêter le jeu était lors d’un match de rugby en Nouvelle-Zélande en 1884.

L’Eden Park

Aussi mythique que le Maracana du Brésil, l’Eden Park s’impose à Auckland – l’équipe nationale est invaincue sur ce terrain depuis 1994 (battue d’ailleurs par la France à l’époque). L’impressionnant écrin est construit en 1990 au pied d’un volcan endormi et peut accueillir 50 000 fans. C’est à l’Eden Park que s’est joué le 1er match de la toute première coupe du monde en 1987. La fameuse marque des rugbyman français au nœud papillon rose tient bien sûr son nom de ce stade de légende.

L'Eden Park, stade mythique de Nouvelle-Zélande

L’Eden Park, stade mythique de Nouvelle-Zélande

La puissance du Haka

On a tous déjà tremblé devant la télévision ou au stade face à l’impressionnant rituel du Haka des Blacks. Le Haka, une tradition Maorie qui a pour but d’accueillir, de célébrer des victoires ou de vanter la fierté d’un groupe. C’est un véritable défi lancé à l’adversaire, montrant l’unité du groupe et sa puissance. La version la plus connue du Haka est le « Ka Mate ». Le Haka est aussi pratiqué par les équipes d’autres sports. En revanche, son exploitation commerciale est aujourd’hui interdite.

Un moment très fort que ce Haka réalisé par l’équipe du Seven All Blacks suite à leur victoire contre les Anglais à Hong Kong en 2014. Si fort qu’il a fait tomber la pluie !

La fougère des Blacks

Savez-vous ce que représente la fameuse fougère présente sur le maillot des Blacks depuis 1893 ?

Maillot All Blacks

Symbole très important pour les habitants de l’île que l’on retrouve également sur la face de la pièce d’un dollar néo-zélandais. Ce symbole provient d’une ancienne légende maorie, cette fougère argentée et géante est supposée éclairer et guider les aventuriers dans le noir.

Un pays où il fait bon faire du sport tout simplement

Non, en Nouvelle-Zélande, il n’y a pas que le rugby. Le golf, (oui vous avez bien lu), est le sport n°1 ici avec 500 000 joueurs (pour 4,5 millions d’habitants) et 400 parcours. Le pays compte aussi ses stars comme Michael Campbell et Lydia Ko, la meilleure joueuse du monde actuellement.

La Nouvelle-Zélande est également le paradis des sports extrêmes : c’est ici que nait en 1970 le saut à l’élastique. Les paysages et les espaces naturels incroyables se prêtent également très bien à la pratique du parapente, parachute, surf, voile, ski, etc.

Nouvelle-Zélande
Le football : vous l’auriez cru ? Il est même plus pratiqué que le rugby (près de 200 000 pratiquants contre 150 000 pour l’ovalie), malgré tout, il reste tout de même moins populaire.

Il y a d’autres sports plus folkloriques que nous espérons avoir la chance de découvrir mais qui ne sont pas des moins sérieux pour les locaux : la tonte de mouton, un véritable sport national où le champion du monde réussi à tondre un mouton en 14 secondes et dont les pratiquants militent activement pour qu’il devienne un sport olympique (après le e-sport, préparons nos futurs bergers champions !). Ou encore le lancer de bottes en caoutchouc qui ressemble à s’y méprendre à notre lancer de disque habituel. Complètement fou !

Des fans qui aiment autant la bière que le sportReuters

Des fans qui aiment autant la bière que le sport

Et les fans dans tout ça ?

On a très hâte de les rencontrer et d’échanger avec eux. Pour l’instant, nous savons juste qu’ils sont de très fidèles et fervents supporters et de gros consommateurs de bière (2 fois plus que les français). L’ambiance promet d’être bonne.

Début d’une nouvelle aventure pour Fanstriker, à l’autre bout du monde. Laure est prête à découvrir et partager les milles facettes d’une fan expérience plutôt agitée.
Si vous êtes vous aussi en Nouvelle Zélande ou que vous connaissez des personnalités du sport sur place, n’hésitez pas à contacter Laure. 

Contact Laure NZ

 

Cet article était-il intéressant ?

Passionnée, supportrice et grande curieuse, j'ai à cœur de partager ma vision des événements. Convaincue du rôle central que les fans ont à jouer dans le développement du sport, je suis ravie de pouvoir mettre en lumière les bonnes pratiques qui peuvent servir d'exemple et d'inspiration à tous grâce à Fanstriker. Passionate, curious by nature, and a true fan, I like to share my vision about sport events. I am convinced that fans have a considerable part to play to develop the sport economy. Through Fanstriker I aim at bringing to light the best practices that can serve as an example or an inspiration.

Fan expérience dans le monde

Les Baltimore Orioles envoient des lettres aux fans après 108 défaites

Après une saison sportive chaotique, les joueurs ont envoyé des lettres manuscrites à des abonnés pour les remercier de leur soutien.

Publié

le

Être un fan ou un supporter implique de soutenir son équipe dans les bons comme dans les mauvais moments. Et bien c’est ce qu’ont essayer de faire les fans de la franchise américaine de MLB des Baltimore Orioles cette saison.

 

L’équipe de baseball des Baltimore Orioles a vécu une saison pénible sur le plan sportif. Pas moins de 108 défaites sur 162 matchs en MLB. Il a donc été difficile de convaincre les fans d’assister aux matchs en tribune. La franchise a comptabilisé l’une de ses pires saisons sur le plan de l’affluence dans son stade. Passant d’une moyenne de 30 000 spectateurs par rencontre à un peu moins de 16 000.

Des lettres manuscrites pour remercier les fans présents

Conscients de la difficulté de l’investissement des supporters pendant cette saison sportivement compliquée, le staff et les joueurs de Baltimore ont eu une idée pour marquer leur reconnaissance envers les fans ayant été au stade cette saison. 

C’est en réalité, Kristen Hudak, la directrice des relations publiques du club qui a eu cette idée dans le but de montrer à sa fan base que l’effectif avait apprécié leur support. Elle a ensuite proposé l’initiative aux joueurs qui ont rédigé plusieurs lettres à destination des fans abonnés de la franchise de baseball. 

“Je n’étais pas certaine de leur réaction, mais lorsque j’ai partagé l’idée aux joueurs, ils ont immédiatement soutenu l’initiative. J’en ai vu plusieurs s’assoir et commencer à écrire. Comme s’ils avaient quelque chose dans leur esprit qu’ils voulaient partager avec le public. Cela a été l’occasion pour eux de le faire avec le coeur. Quand j’ai commencé à récupérer les lettres, j’ai été vraiment touché par leur message et le temps qu’ils ont passé à écrire.”

Les joueurs n’ont donc pas seulement écrit un simple merci mais davantage un message personnalisé envoyé à des abonnés. Dont voici l’un d’entre eux. 

Les membres de l’équipe en charge des services liés aux fans ont sélectionné au hasard plusieurs abonnés qui ont donc reçu ces lettres rédigées des mains des joueurs.

“Avant de jouer au baseball en tant que professionnel, j’ai été un fan… et je détestais voir mon équipe perdre. Donc je comprends la situation des fans des Orioles aujourd’hui.”

Rio Ruiz, joueur des Baltimore Orioles

Gérer les situations sportives compliquées avec les fans, que faire ?  

Lorsque les résultats ne sont pas ou plus au rendez-vous, le contexte entre les fans, supporters, spectateurs et l’équipe peut s’avérer tendu. Alors que faire dans ces situations fréquentes où le résultat sportif ne permet pas d’obtenir le sourire des fans ? 

À l’image de cette idée imaginée par les Baltimore Orioles aux États-Unis, plusieurs initiatives existent. En fin de saison dernière nous vous avions partagé l’action du club anglais d’Huddersfield qui avait offert plus de 1 000 maillots à ses supporters en déplacement lors du dernier match de la saison en Premier League avant d’être rétrogradé en seconde division. Condamnés donc à la descente, le club a souhaité remercier l’investissement de ses fans à travers cette action.

John Early/Getty Images

Le club anglais d’Huddersfield avait offert plus de 1000 maillots à ses fans pour le dernier match

Les fans d’un club ont besoin d’une marque d’attention et c’est encore plus vrai lorsque la situation du club n’est pas très bonne. C’est un enjeu important car avant même la volonté de recruter de nouveaux fans, il faut penser à conserver ceux déjà acquis. Ceux qui viennent au stade malgré le mauvais temps, le pauvre spectacle sur le terrain, les résultats, etc.
Pour les conserver, les idées peuvent parfois manquer. Selon nous, l’important est d’être un vrai acteur et de ne pas rester silencieux auprès de son public.
On vous partage ici quelques idées qui nous viennent à l’esprit : 

  • Envoyer un SMS, un mail, une vidéo ou une lettre personnalisée aux spectateurs présents au match précédent pour les remercier ;
  • Diffuser sur les réseaux sociaux et au stade des vidéos des joueurs qui remercient les supporters qui se déplacent ;
  • Proposer une offre exceptionnelle pour l’acquisition d’un objet dérivé du club ; 
  • Créer une rencontre entre des joueurs et des supporters ;
  • Offrir une qualité d’expérience stade plus forte ;
  • Diffuser des messages de soutien des spectateurs en amont des rencontres sur les écrans du stade. 

La communication est un outil essentiel qui permet d’entretenir la flamme entre le public et le club, surtout dans les moments compliqués. Offrir une expérience stade enrichie peut permettre d’inciter les visiteurs à se rendre au stade pour autre chose que les résultats sportifs décevant, pour “simplement” passer un bon moment en famille ou entre amis. Mais pour cela, le club doit proposer quelque chose d’adapter à sa cible. La pire situation serait qu’un club stop toutes activations, animations et communications vers les fans en raison d’une période de résultats sportifs compliqués. 
N’oublions pas qu’une relation peut très bien se déchirer comme se renforcer dans les situations de crise. Tout dépend de la position que chacun prendra. 
La meilleure chose à faire sera cependant de ne pas promettre à son public de bons résultats sportifs mais plutôt une expérience intéressante et agréable lors des rencontres. 

Cet article était-il intéressant ?

Continuer la lecture

Nouveautés