Suis-nous
Finale fffa à Lille Finale fffa à Lille

Fan expérience en France

Rodéo, voitures, ambiance US lors de la finale élite de football américain

Le stadium de Villeneuve d’Ascq était en mode ambiance à l’américaine pour la finale élite de football américain fin juin.

Publié

le

C’est au Stadium de Villeneuve d’Ascq, l’ancienne résidence du LOSC avant le stade Pierre Mauroy, que nous nous sommes rendus ce samedi 29 juin pour assister à la Finale Élite du Championnat de France de Football Américain. Une finale qui opposait les Black Panthers de Thonon-les-Bains aux Cougars de Saint-Ouen-l’Aumône pour le XXVème Casque de Diamant.

Le samedi 29 juin, nous étions sous le soleil du nord, proche de Lille pour suivre la finale Élite du championnat de France de Football Américain. Un sport majeur aux États-Unis qui offre une forte expérience aux spectateurs outre Atlantique. En hexagone, le public est sans doute moins nombreux mais les efforts fournis par les organisateurs sont prometteurs.

Flyers de la Finale distribués aux spectateurs

Le football américain en France, des codes à l’américaine

Si le spectacle de cet événement est loin d’atteindre l’euphorie que génère le football américain outre Atlantique, il faut quand même mettre en avant le travail réalisé par les organisateurs et par la Fédération Française de Football Américain pour faire de cet finale un véritable rassemblement pour les Français fans de sport américain.

Nous avions déjà évoqué le football américain et la FFFA l’année dernière lors de la venue des Wolverines, l’équipe de football de l’Université du Michigan à l’INSEP en Ile de France. Une bel événement, unique, offert à quelques passionnés de la culture US et de ce sport.

Des voitures et motos américaines, du rodéo, des tatoos, du basket et du baseball…

Pour cette finale du Casque de Diamant 2019, la FFFA a pu profiter des très belles installations du Stadium de Villeneuve d’Ascq et de ses grands et très larges parvis afin de mettre en place le “Tailgate Party” (une fête des supporters). Un événement social très connu aux États-Unis qui fait référence à la fête du hayon organisée sur les parkings du stade autour d’un véhicule (le hayon étant la partie arrière du véhicule) où les gens consomment de l’alcool et font cuire leurs aliments. Au Stadium, le Tailgate Party signifiait le parc d’animations et d’expositions accessibles à tous les spectateurs de 10h à 17h30.

Une exposition de voitures et de motos américaines attirait l’oeil des plus grands pendant que les plus petits s’empressaient de rejoindre les rodéos et les structures gonflables.
Plusieurs stands ont étaient disposés le long des parvis. Parmi eux, des stands de beauté et de tatouages, des stands de découverte du baseball, du basketball, de l’ultimate, du skate-roller ou encore du breakdance. Mais également des stands souvenirs où il était possible, pour les supporters et supportrices de l’ESBVA (le club de basket féminin de Villeneuve d’Ascq) de faire une photo avec une réplique du vestiaire des basketteuses.

Nous avons pu observer également de nombreux points de ventes où les fans pouvaient acheter des produits dérivés des équipes de NFL, le championnat américain (casquettes, goodies, maillots…).
La Métropole Européenne de Lille, était présente sur cet événement sportif comme à son habitude, avec un appareil photo polaroïd afin de permettre aux fans de garder un petit souvenir de leur journée.

Une animation rodéo gonflable autour du stade

Une animation rodéo gonflable autour du stade

La touche musicale a été orchestrée par le groupe DUST qui s’est donné en concert sur une scène installée devant la tribune principale à deux heures du coup d’envoi de la rencontre.

Concert du groupe DUST avant le match

En ce qui concerne l’offre de restauration, nous avons pu observer plusieurs food trucks, chacun proposant ses propres spécialités : un fast food américain, une offre type mexicain et un stand de restauration française. Une offre diversifiée qui laissait le choix aux fans de tenter l’expérience culinaire du continent américain ou de la gastronomie locale. Un service de restauration ambulant dans les tribunes proposait une offre burger & frites pour 10€. Un service qui influence et facilite le processus de décision et d’achat du spectateur et ainsi qui augmente les revenus matchday.

L’animateur, le promoteur du spectacle et des animations

Autre point à préciser, la présence d’un animateur tout au long de la journée et du match. Si vous nous lisez régulièrement, vous savez à quel point nous pensons que ce rôle est important dans l’expérience positive du spectateur.

Tout au long de la journée, son rôle a été de promouvoir l’activité de chacun des intervenants en guidant les fans vers les stands à ne pas louper. Véritable intermédiaire du spectacle, il a animé l’avant match, et a commenté tout au long de la partie les faits de jeu afin d’expliquer les règles aux amateurs de football américain assis en tribunes. Un rôle nécessaire qui participe à l’accomplissement d’une expérience fan accomplie lorsque l’on a conscience de la complexité du règlement de ce sport qu’est le football américain pour tous les amateurs.
Ce sport doit aussi former ses futurs passionnés, en étant pédagogue de cette manière, ainsi le public sera plus averti.

Quinze minutes avant le début des festivités, les spectateurs installés en tribunes ont pu apprécier la fanfare d’un orchestre, ainsi que le spectacle proposé par les Cheerleaders. Un esprit et des animations que l’on retrouve quotidiennement dans les stades aux États-Unis.

Les joueurs de cette finale ont également proposé aux fans un beau spectacle lors de leur entrée sur le terrain : rap américain, cris de guerre, pyrotechnie et drapeaux étaient aux rendez-vous pour les accompagner. Un protocole typique du football américain, que l’on retrouve très rarement sous cette forme dans les stades en France. À noter que le couloir d’entrée des joueurs avait la forme d’un casque de porté par les joueurs de football américain, original. 
Quelques minutes avant le démarrage de la partie, les deux équipes se sont placées au centre du terrain, accompagnées par les cheerleaders pour écouter l’hymne national français.

L'entrée des Cougars sur la pelouse du Stadium

Une différence culturelle mais une volonté de s’installer

Ce sport né aux États-Unis tente par l’initiative de la Fédération Française de Football Américain, de se faire une place en France. L’aspect tactique, la difficulté de compréhension des règles, et l’identité du sport (un sport avec beaucoup d’arrêts de jeu et très peu d’action en continu) sont trois facteurs qui sont forcément des freins à la démocratisation de ce sport en France. Preuve en est si l’on compare l’affluence lors de cette finale qui était de plus de 7 000 spectateurs, et l’affluence moyenne des rencontres dans les stades américains qui atteint quasiment la barre des 70 000 spectateurs. Ou encore si l’on compare le nombre d’animations pour une finale en France, ici en l’occurrence une dizaine et pour le Super Bowl 2017 à Houston aux USA, qui en comptait plus de 80. Le reflet d’un fossé culturel entre nos deux pays.

Autre constat, les spectateurs arrivent tardivement au stade. Les fans en France n’ont pas encore cette habitude d’arriver 2 à 3 heures avant le début du match pour profiter des animations et de l’expérience proposée autour de l’événement. D’autant plus que pour eux, la contrainte de stationnement n’existait pas, les parkings autour du Stadium de Villeneuve d’Ascq étant bien assez nombreux pour accueillir l’ensemble des spectateurs présents. Aucune véritable raison d’arriver en avance donc.

Cependant, nous tenions à mettre en valeur l’ensemble du travail réalisé par la FFFA qui a su par ces nombreuses activations faire régner un esprit festif en proposant un show à l’américaine, comme nous en avions déjà fait l’expérience dans un autre événement au parfum américain lors du Grand Prix d’Amérique de Vincennes. Le travail d’une fédération qui fait de la France la meilleure nation en Europe et une nation reconnue de l’autre côté de l’Atlantique !

Le football américain, un moteur pour faire avancer l’expérience fan ?

Le football américain a l’avantage ou l’inconvénient d’être très marqué par ce que nous pouvons observer aux États-Unis. Le spectacle, le show, les animations, l’ambiance font pleinement partie des codes de ce sport. Le développement de cette pratique en France peut clairement pousser les acteurs du monde de l’entertainment sportif à s’inspirer des pratiques réalisées par les clubs et la Fédération Française de Football Américain en France qui puisent leur inspiration de l’autre côté de l’Atlantique.

Nous sommes convaincus que ce sport qui possède des codes et des habitudes liés au spectacle peut être un moteur pour l’amélioration de l’expérience des spectateurs. Les autres événements, qu’ils soient le football, le rugby et autres peuvent s’inspirer de certaines actions.
Une équipe qui entre sur le terrain avec en fond sonore sa propre musique choisie en amont par les supporters, ou par le club lui-même, un show pyrotechnique, un drapeau XXL de l’équipe à l’entrée des joueurs, des animations originales en lien avec le match du jour… les idées sont larges.

Cet article était-il intéressant ?

Fan inconditionnel du sport spectacle et de l’événementiel, je suis convaincu que le sport détient cette capacité à rassembler en un même lieu et que son spectacle procure des émotions uniques. Avec Fan Striker, mon objectif est de vous faire vivre, par le biais de nos articles, ce que nous aurons vécu au préalable dans les stades.

Fan expérience en France

The Third Shirt, un tatouage comme 3e maillot pour les fans du Red Star FC

The Third Shirt, un tatouage éphémère pour les vrais fans au prix que chacun voudra lui donner en guise de 3e maillot pour le Red Star FC.

Publié

le

The third shirt par le Red Star FC

Le club du 93 a sorti une nouvelle campagne intitulée The Third Shirt. Une communication originale du Red Star FC pour faire la promotion d’un maillot Third qui n’est en réalité pas un maillot.

 

C’est aujourd’hui une pratique totalement dans l’air du temps pour les clubs sportifs que de dévoiler une nouvelle tenue avec style et originalité. Le Red Star FC s’est inspiré de cette pratique pour dévoiler non pas un maillot mais… un tatouage du logo du club. Le tout avec une communication bien menée. 

Un Third qui n’est pas un maillot

The Third Shirt, c’est le nom de cette campagne réalisée par le Red Star FC et imaginée par l’agence BETC, l’agence avec qui le club avait déjà réalisé le lancement de ses maillots domicile et extérieur, en les dévoilant sur Google Street View. 
Le maillot Third est le 3ème du club, ce maillot est très régulièrement considéré par les supporters comme le “maillot marketing” car il casse régulièrement les codes historiques du club de par son style ou ses couleurs. Les gros clubs de football en Europe qui sont équipés par Nike bénéficient cette saison d’un maillot vintage, qui plait aux fans, mais ce n’est pas toujours le cas. 

Cette fois-ci, le club de Saint-Ouen se positionne comme un fervent supporter de ses propres supporters, en mettant en avant le fait que dans le football, ce maillot Third ne répond généralement à aucune nécessité sportive, mais plutôt une tentation commerciale. Une philosophie qui ne correspond pas à celle du Red Star FC et à ses valeurs de club populaire.

“Nous voulions envoyer un message fort à nos supporters et au monde du foot en général. Oui, nous sommes un club professionnel. Oui, nous évoluons, nous transformons le club. Mais nous n’oublions pas pour autant les valeurs fondatrices qui sont les nôtres. C’est ça que raconte le Third Shirt. Comment être un club de football en 2019, sans se couper de sa culture populaire.”

Patrice Haddad, le président du Red Star FC.

C’est dans une belle vidéo de moins de 50 secondes que le club rend hommage à ses fans les plus fervents. Dans cette vidéo, c’est d’ailleurs la voix rauque de Dani, fan historique du club qui narre le storytelling.
Un dispositif complet accompagnera le lancement du Third Shirt. Avec notamment une campagne d’affichage avec les supporters placardée dans les environs du stade.

Un tatouage éphémère qui n’a pas de prix

The Third Shirt est donc une campagne qui ne propose pas un 3e maillot mais un tatouage éphémère. Un tattoo disponible à la vente sur le site et au stade Bauer lors des matchs à domicile. 
Ce tatouage, vendu comme “le maillot du 12e homme” est à apposer sur le cœur, faisant écho à la devise du club : Notre Cœur Notre Force.

Mais la particularité est que The Third Shirt n’a pas de prix. Il a le prix que chacun voudra lui donner. Sur le site internet du club, le tatouage peut être acheté en échange d’une somme d’argent allant de à,50€ à 2€. 

Le tatouage est disponible au stade et sur le site@REDSTARFC

Le tatouage est disponible au stade et sur le site

Une campagne qui oublie cependant les femmes, les spectateurs et les autres 

Le moins que l’on puisse dire sur cette campagne de communication est qu’elle vise à toucher les fans, les ultras, “les plus fervents supporters, les vrais fans qui ne portent rien au stade, torse nu, été comme hiver”. Mais à l’heure où la segmentation du public dans les stades est de plus en plus importante pour répondre aux besoins et exigences de chacun, une partie de ce public semble avoir été oublié dans cette campagne. 

En effet, les femmes sont les premières oubliées, ne figurant pas dans cette campagne et ne pouvant pas arborer le tatouage sur le torse au stade comme les hommes de cette vidéo. Le grand public, les enfants et les adultes, qui ne chantent peut-être pas, ou ne regardent pas le match debout, et encore moins torse nu semblent eux aussi exclus de cette communication. 

 

Ceci est probablement un choix du Red Star FC que de ne cibler que ses plus grands fans à juste titre ou non, mais n’oublions pas que le club de Saint Ouen est un des clubs les plus populaires de notre territoire. Une organisation qui souhaite apporter bien plus que du football à sa communauté à travers des actions engagées dans l’ADN du club.

Cet article était-il intéressant ?

Continuer la lecture

Nouveautés