Suis-nous

Fan expérience dans LE MONDE

Les Glasgow Rangers améliorent l’expérience des fans atteints de troubles sensoriels

Publié

le

Le club de football écossais vient d’équiper son stade d’une pièce dédiée aux personnes souffrant de déficiences sensorielles : le Broxi’s Den. Une pratique encore rare mais qui commence à faire son chemin en Grande-Bretagne.

Après trois saisons passées dans les divisions inférieures du football écossais, les Rangers ont retrouvé l’élite cette saison. Un soulagement pour ses supporters qui n’ont cessé de les soutenir : 45 111 spectateurs de moyenne à l’Ibrox Stadium en 4ème division ! A titre d’exemple, ce nombre était de 42 671 lors de la saison 2010-2011, celle de leur dernier titre de champion d’Écosse. Malheureusement, une partie de ces fans ne peuvent apprécier le spectacle du à cause de l’agitation ambiante. Il s’agit des supporters atteints de difficultés sensorielles et de troubles du développement, tel que l’autisme.

Alors, pour permettre à ce public de vivre la meilleure expérience possible, les Gers ont inauguré le Broxi’s Den. A l’intérieur de l’Ibrox Stadium, cette pièce insonorisée avec vue sur la pelouse permet aux enfants atteints de ces troubles de bénéficier d’un endroit calme depuis lequel suivre la rencontre. Mise en place pour la première fois le 1er avril dernier lors de la réception de Motherwell (1-1), elle accueillera les enfants en priorité lors des matchs se déroulant l’après-midi. Quant aux jeunes adultes, ils seront prioritaires pour ceux disputés en soirée. Enfin, elle présente l’avantage de pouvoir accueillir jusqu’à 8 personnes.

Un concept qui se répand

L’expérience stade des supporters souffrant de handicap est un domaine à prendre en compte pour améliorer l’expérience fan. En France, et toujours dans le football, Lille (Ligue 1) est le premier à avoir mis en place un système d’audiodescription destiné aux fans déficients visuel. Si nous n’avons pas (encore ?) de salle comme le Broxi’s Den, les fans anglais et écossais ont vu ce concept fleurir dans une poignée de clubs grâce à une famille anglaise, les Shippey.

Peter et Kate Shippey ont trois garçons, tous atteints d’autisme et tous fans de foot. Le plus âgé, Nathan, ne voit que par le Sunderland FC (Premier League anglaise). Mais ses différentes expériences au Stadium of Light furent un échec à cause du bruit et des mouvements autour de lui. Ses parents eurent alors l’idée d’une Sensory Room, une pièce permettant à Nathan de suivre le match dans le calme. La première fut inaugurée à Sunderland lors de la saison 2015-2016 et porte le nom de Nathan Shippey. Grâce à la détermination de cette famille, le concept a rapidement été dupliqué dans d’autres stades :

  • Septembre 2016 : Notts County (4ème division anglaise) 
  • Décembre 2016 : Watford FC (Premier League anglaise)
  • Février 2017 : Aidrienonians (3ème division écossaise)
  • Mars 2017 : Middlesbrough FC (Premier League anglaise)
  • Avril 2017 : Glasgow Rangers
Vue depuis le Broxi's DenGlasgow Rangers

Vue depuis le Broxi’s Den

Et le Broxi’s Den en France, c’est pour quand ? Des clubs français semblent intéressés par le concept et ont contacté les Shippey. Il n’est donc pas exclu de voir ces Sensory Rooms arriver dans nos stades et arénas. 

Chez Fanstriker, nous avons hâte de voir un tel concept traverser la Manche. Vivre sa passion dans l’enceinte d’un stade est l’une des plus belles expériences qui soit et il est grand temps que tout le monde puisse en profiter.

Jeune manager du sport, je suis convaincu que le salut économique des clubs professionnels passe par le fan. "Je ne perds jamais. Soit je gagne, soit j'apprends."

Continuer la lecture
Publicité
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Fan expérience dans LE MONDE

À la découverte du Netball, ce sport pas comme les autres

Sport très peu connu en Europe, le netball est pourtant sport féminin n°1 en Nouvelle-Zélande. Nous étions très curieux de s’intéresser à ce sport collectif populaire à l’univers girly très particulier.

Publié

le

Netball Silver Fern England Roses

Ce weekend l’équipe nationale Néo-zélandaise de Netball, les Silver Ferns affrontaient les England Roses. C’est donc avec grande excitation que nous avons assisté à la rencontre, impatients de découvrir un tout nouveau sport. Nous n’étions pas au bout de nos surprises !

 

Le netball, c’est quoi ce sport ?

Vous avez peut-être déjà entendu vaguement parler de ce sport, mais de là à le décrire précisément… Le netball pourrait s’apparenter au basketball. C’est un sport collectif de salle, où deux équipes de 7 joueuses s’affrontent avec l’objectif de marquer des paniers. À la différence des paniers au basket, au netball, les “net” sont à 3 mètres de haut et n’ont pas de planche. La technique de lancer est donc complètement différente.

Une partie se déroule en 4 quart temps de 15 minutes. Une fois la balle en main, une joueuse ne peut plus se déplacer, ni dribbler.

Le netball n’est pas un sport olympique, en revanche c’est un sport très populaire aux Jeux du Commonwealth et à la télévision. Ce sport compte environ 20 millions de pratiquants dans 10 pays. En comparaison, la FIBA considère que 450 millions de personnes jouent au basketball dans le monde.

Match des Silver Ferns contre England Roses

Un “sport de filles” ?

On parle de “joueuses” et “d’équipe féminine”, parce que le netball est majoritairement populaire et pratiqué par les femmes. C’est le sport le plus pratiqué par les filles en Nouvelle-Zélande mais également le sport le plus répandu à l’école. Si l’on observe la base de fans, les proportions sont frappantes : 81% des fans de netball sont des femmes, et 46% ont moins de 25 ans.

Mais le netball est populaire et regardé par une plus large partie de la population : 3e communauté sur les réseaux sociaux après le rugby et le football et 2,6 millions d’audiences TV cumulées l’an dernier chez les Kiwis. Difficile d’imaginer un tel sport collectif dominé par les filles en France!

Une rencontre surprenante

Le match se déroulait à la Spark Arena, où nous avions déjà assisté à une rencontre de basketball des Tall Blacks. Les lieux nous étaient donc familiers. Mais c’est dans une toute autre ambiance que s’est déroulé ce match de netball.

La différence est frappante, dès les portes d’entrée du stade. Le public présent n’est ABSOLUMENT PAS le public type auquel on peut être habitué en France, même pour un match d’une équipe féminine comme un match de Handball d’équipe de France par exemple.

C’est la première fois que nous avons vu autant de femmes, filles, de toutes générations en tribunes, à danser, chanter, déguisées pour soutenir leur équipe. Le DJ et les animations sont quant à elles plutôt en phase avec le public ce qui accentue l’effet très (parfois un peu trop pour nous) « girly » et familial du match.

Netball fans at Auckland game @Silverferns

Les fans de Netball ne sont pas des fans comme les autres!

En revanche, on ne peut pas dire que les filles n’aiment pas le sport et ne soient pas de « vraies fans » et qu’une enceinte ne peut pas être remplie et dégager des revenus grâce aux fans féminins – une problématique qui intéresse beaucoup l’équipe Fanstriker.

La vidéo ci-dessous montre l’ambiance “girly” qui règne dans ce sport. Une ambiance qui peut donner l’impression d’assister à un concert de Nicky Minaj, ou à une fête d’anniversaire. Mais ceci est bien un match de netball. (Mettez le son, le DJ s’est fait plaisir!).

Fans de Netball à Auckland

Plutôt intéressant de voir qu’un match de netball peut devenir une véritable sortie entre amies, entre copines ou en famille.

Côté fan expérience

Nous avons apprécié l’ambiance, même si les moyens utilisés pour animer le public étaient répétitifs et pas très originaux. Le recours abusif et exclusif de fans cam pour animer les tribunes nous a paru presque gênant – et c’est avec étonnement qu’on a vu le public danser pendant 5 longues minutes sur la même musique sans se lasser !

Quelques fans cams amusantes :

  • La Bongo Cam : le public doit taper sur des tams tams
  • La Floss cam : le public doit réaliser la « floss dance » populaire auprès des ados
  • La Dance cam : classique
  • Who’s in the driver’s seat (Qui est-ce qui conduit ?) : cam originale qui permet au sponsor automobile de l’équipe de proposer une animation aux fans, simulant deux conducteurs au volant d’une voiture de la marque.

À l’extérieur de l’arène, de nombreux stands maquillage et dessins étaient également adaptés à un public jeune. Originalité, le même sponsor automobile propose à l’entrée une voiture blanche que tous les fans peuvent dédicacer.

@Fanstriker

Activation originale d’un sponsor lors du match contre les England Roses

Un dernier petit clin d’œil inédit et propre à la Nouvelle-Zélande : malgré l’atmosphère très familiale, les fans peuvent consommer aux buvettes… de la vodka, en plein milieu d’après midi, pour regarder le match en toute tranquillité !

Ce qui est certain, c’est que la découverte du netball restera un souvenir fort et qui remet en question beaucoup de perceptions du sport et des fans. C’est peut-être un marché intéressant à étudier pour tous les clubs qui se demandent comment attirer plus d’enfants (notamment des filles), des femmes et de familles au stade…

Continuer la lecture

Nouveautés