Suis-nous

Fan expérience dans le monde

Les Glasgow Rangers améliorent l’expérience des fans atteints de troubles sensoriels

Publié

le

Le club de football écossais vient d’équiper son stade d’une pièce dédiée aux personnes souffrant de déficiences sensorielles : le Broxi’s Den. Une pratique encore rare mais qui commence à faire son chemin en Grande-Bretagne.

Après trois saisons passées dans les divisions inférieures du football écossais, les Rangers ont retrouvé l’élite cette saison. Un soulagement pour ses supporters qui n’ont cessé de les soutenir : 45 111 spectateurs de moyenne à l’Ibrox Stadium en 4ème division ! A titre d’exemple, ce nombre était de 42 671 lors de la saison 2010-2011, celle de leur dernier titre de champion d’Écosse. Malheureusement, une partie de ces fans ne peuvent apprécier le spectacle du à cause de l’agitation ambiante. Il s’agit des supporters atteints de difficultés sensorielles et de troubles du développement, tel que l’autisme.

Alors, pour permettre à ce public de vivre la meilleure expérience possible, les Gers ont inauguré le Broxi’s Den. A l’intérieur de l’Ibrox Stadium, cette pièce insonorisée avec vue sur la pelouse permet aux enfants atteints de ces troubles de bénéficier d’un endroit calme depuis lequel suivre la rencontre. Mise en place pour la première fois le 1er avril dernier lors de la réception de Motherwell (1-1), elle accueillera les enfants en priorité lors des matchs se déroulant l’après-midi. Quant aux jeunes adultes, ils seront prioritaires pour ceux disputés en soirée. Enfin, elle présente l’avantage de pouvoir accueillir jusqu’à 8 personnes.

Un concept qui se répand

L’expérience stade des supporters souffrant de handicap est un domaine à prendre en compte pour améliorer l’expérience fan. En France, et toujours dans le football, Lille (Ligue 1) est le premier à avoir mis en place un système d’audiodescription destiné aux fans déficients visuel. Si nous n’avons pas (encore ?) de salle comme le Broxi’s Den, les fans anglais et écossais ont vu ce concept fleurir dans une poignée de clubs grâce à une famille anglaise, les Shippey.

Peter et Kate Shippey ont trois garçons, tous atteints d’autisme et tous fans de foot. Le plus âgé, Nathan, ne voit que par le Sunderland FC (Premier League anglaise). Mais ses différentes expériences au Stadium of Light furent un échec à cause du bruit et des mouvements autour de lui. Ses parents eurent alors l’idée d’une Sensory Room, une pièce permettant à Nathan de suivre le match dans le calme. La première fut inaugurée à Sunderland lors de la saison 2015-2016 et porte le nom de Nathan Shippey. Grâce à la détermination de cette famille, le concept a rapidement été dupliqué dans d’autres stades :

  • Septembre 2016 : Notts County (4ème division anglaise) 
  • Décembre 2016 : Watford FC (Premier League anglaise)
  • Février 2017 : Aidrienonians (3ème division écossaise)
  • Mars 2017 : Middlesbrough FC (Premier League anglaise)
  • Avril 2017 : Glasgow Rangers
Vue depuis le Broxi's DenGlasgow Rangers

Vue depuis le Broxi’s Den

Et le Broxi’s Den en France, c’est pour quand ? Des clubs français semblent intéressés par le concept et ont contacté les Shippey. Il n’est donc pas exclu de voir ces Sensory Rooms arriver dans nos stades et arénas. 

Chez Fanstriker, nous avons hâte de voir un tel concept traverser la Manche. Vivre sa passion dans l’enceinte d’un stade est l’une des plus belles expériences qui soit et il est grand temps que tout le monde puisse en profiter.

Jeune manager du sport, je suis convaincu que le salut économique des clubs professionnels passe par le fan. "Je ne perds jamais. Soit je gagne, soit j'apprends."

Continuer la lecture
Publicité
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Fan expérience dans le monde

Changer de maillot, une stratégie assumée ?

Ce club de NRL propose chaque année des maillots de couleur complètement différente à ses fans, et cette stratégie marche ! Découvrez pourquoi…

Publié

le

Sortie du nouveau maillot des Warriors

Les Warriors, équipe néo-zélandaise de NRL, viennent de sortir leur nouveau maillot pour la saison 2019. Habitués à l’univers Rouge et Noir de ces guerriers, changement de décor total pour un maillot blanc à rayures bleues, vertes et rouges ! Mais apparemment, il n’y a que nous que cela surprend…

 

Ce club de Rugby à 13 (Rugby League dans l’hémishpère sud) dont nous sommes maintenant habitués, est à la pointe de l’innovation en matière de fan expérience. Les Warriors proposaient il y a peu aux fans de payer le prix qu’ils souhaitaient pour aller au stade !

Campagne de lancement du maillot 2019 des Warriors@warriorsnz

Campagne de lancement du maillot 2019 des Warriors

Cette semaine, c’est la sortie d’un nouveau maillot qui fait le buzz, complètement rétro et très différent de l’édition 2018. Mais lorsque l’on regarde l’historique de ce club, on comprend mieux pourquoi les fans sont habitués au changement.

En 25 ans d’histoire, depuis la création du club, plus de 45 maillots différents ont été produits par le club. Un fans s’est même amusé à collectionner tous les maillots de son équipe préférée : un joyeux carnaval de couleurs !

Echantillon de la collection de maillots des Warriors d'Auckland@fanstriker

Echantillon de la collection de maillots des Warriors d’Auckland

 

A 100€ le prix du nouveau maillot, ce fan qui en possède 45 a donc dépensé 4 500€ seulement en achat de maillots … Qui dit mieux ?

Une stratégie qui paye

Le club casse donc tous les codes du management de marque, et de l’identité graphique aux couleurs historiques que les fans devraient pouvoir s’approprier. Les seuls points communs à ces maillots sont le logo du club et le sponsor titre Vodafone.

Mais la stratégie de sortie de nouveaux maillots est tout à fait assumée par le club, et permet aux Warriors de booster chaque année les ventes textiles et merchandising, surfant sur l’effet de nouveauté. Les fans s’arrachent chaque nouveau maillot.

Les Warriors vendraient en effet chaque année des chiffres assez démentiels de maillots à leurs fans. En 2011, année de la coupe du monde de Rugby en Nouvelle-Zélande, les Warriors ont vendu plus de maillots que les All Blacks, équipe nationale de rugby à XV pourtant sacrée championne du monde à domicile.

Maillot des All Blacks de 1991@GettyImages

Maillot des All Blacks de 1991

La même semaine que les Warriors, les All Blacks ont d’ailleurs également sorti un nouveau maillot pour 2019. Avec une touche rétro, le nouveau maillot All Blacks fait réapparaître le col blanc. Subtile nouveauté, finalement pas forcément suffisante pour déclencher l’envie d’achat du fan. Personnellement, je me contenterai de mon maillot 2018 !

Le maillot des All Blacks est donc resté plutôt similaire au cours de l’histoire, depuis la toute première apparition de la fougère blanche sur fond noir que l’on avait pu admirer au musée du rugby en Nouvelle-Zélande. Un changement qui n’a pas incité les fans à actualiser leur achat chaque saison tant le modèle reste très (trop ?) proche.

Un maillot renversant

Chaque saison, une grande partie des équipes sportives propose 2 voire 3 maillots selon leur usage (domicile, extérieur, third). C’est une règle dans beaucoup de sports mais également une opportunité marketing pour ces organisations qui se donnent le droit de vendre plus de maillots en créant davantage d’offre pour leurs fans selon les goûts et les couleurs.

 

De notre côté de l’Atlantique, le club de Newtown AFC prend le contrepied absolu de la stratégie « lucrative » des Warriors en proposant un maillot réversible qui offre aux fans pour seulement 40€ à la fois le maillot domicile et extérieur ! Ingénieux et parfait pour le fan, à voir si le club arrive à booster ses ventes de maillot avec ce produit qu’on adore !

Le revers du maillot et de ses couleurs

Le seul inconvénient à la stratégie adoptée par le club néo-zélandais, pourrait être le manque d’unité en tribune avec ces 45 maillots de couleurs différentes. Il n’est pas rare dans les tribunes de voir les couleurs officielles de l’équipe noyées dans le flux de personnes vêtues d’un maillot d’une saison précédente. Dans les tribunes du Parc des Princes à Paris, le jaune (maillot 17/18) se mélange au noir (maillot 18/19 third) et aux traditionnelles couleurs du club : le bleu, le blanc et le rouge.

Nous nous rappelons bien lors du match de la France face à l’Australie pendant la Coupe du Monde 2018, de l’important flux de maillots jaunes des supporters australiens. Les fans français étaient eux vêtus de blanc ou de bleu. Face aux 7 000 Australiens, le patchwork français n’a pas vraiment aidé les fans à créer un bloc uni.

Maillots France Australie Coupe du Monde 2018@baroud4sports

Tribunes pour le match France Australie de la Coupe du Monde 2018

La preuve en image avec ces photos des tribunes partagées par Olivier, ce fan ‘Baroudeur du sport’ dont nous avions fait l’interview avant sa grande aventure en Russie pendant l’été.

Ce n’est pas un problème que semblent rencontrer les fans des Warriors à domicile, mais le phénomène sera peut-être à observer lors des déplacements de fans en Australie !

Continuer la lecture

Social media

Follow us sur Twitter

Nouveautés