Suis-nous

Fan expérience aux Etats-Unis

Des prédictions en temps réel pour les fans des Pelicans en NBA

En NBA, les fans des Pelicans ont pu tester pour la première fois une nouvelle application pour prédire les actions du match en temps réel : HotStreak.

Publié

le

À l’occasion du match de saison régulière en NBA entre la Nouvelle Orléans et Milwaukee la semaine dernière, les fans des Pelicans ont pu découvrir HotStreak. Une application qui permet de prédire les actions pendant le match.

 

Le 12 mars dernier, la franchise des Pelicans a proposé avec HotStreak une nouvelle expérience digitale à ses fans. Développée en collaboration avec Unblockable, une société spécialisée dans le développement de jeux sportifs, cette application de prédictions en temps réel (disponible sur iOS) était lancée pour la première fois aux États-Unis.

Une nouvelle manière d’engager les fans

Pour le match face aux Bucks, l’application HotStreak a été utilisée sous la forme d’un challenge grandeur nature dans le Smoothie King Center (17 791 places). Ainsi, les fans des Pelicans étaient tous en compétition sur leur smartphone pour obtenir le plus grand nombre de bonnes prédictions.

Le nombre de points, de rebonds, de contres ou bien d’interceptions par joueur, plusieurs statistiques pouvaient être prédites lors de chaque quart-temps. Les spectateurs les plus précis pouvaient remporter différentes récompenses comme des ballons, des produits dérivés et même la chance de tenter le tir du milieu du terrain à 25 000 dollars.

L’application HotStreak permet de prédire les actions du match

Pour la franchise de NBA et la société Unblockable, l’objectif était de créer le premier jeu de prédiction en temps réel. Un jeu basé sur une série de questions mises à jour en fonction de ce qu’il se passe sur le parquet.

“Sur l’ensemble de la rencontre, plus de 10 000 prédictions ont été faites. Nous avons même constaté une hausse de ces dernières au fil du match avec une augmentation de 20% de l’engagement entre le premier et quatrième quart-temps. Nous sommes déjà impatients de retravailler avec Unbrockable Inc. dans un futur proche pour améliorer notre niveau de divertissement en jour de match”.

Dennis Lauscha, Président des Pelicans

La mission semble accomplie pour le staff des Pelicans dont le président Dennis Lauscha s’est montré satisfait de ce premier test. Il a en effet souligné la réaction positive des fans et le taux d’utilisation élevé pendant le match : “Sur l’ensemble de la rencontre, plus de 10 000 prédictions ont été faites. Nous avons même constaté une hausse de ces dernières au fil du match avec une augmentation de 20% de l’engagement entre le premier et quatrième quart-temps. Nous sommes déjà impatients de retravailler avec Unbrockable Inc. dans un futur proche pour améliorer notre niveau de divertissement en jour de match” explique-t-il.

Un jeu virtuel au dépend du jeu réel ?

Les idées d’applications mobiles pour enrichir l’expérience stade ou hors stade sont nombreuses. Une application pour noter les arbitres, obtenir des ralentis en tribune, supporter les joueurs en leur envoyant des messages d’encouragement, etc… tous ces “outils” présentent plusieurs objectifs.

Comme nous pouvons le voir sur cette vidéo, l’application HotStreak veut offrir aux fans un véritable supplément à leur expérience. Le but est de leur permettre d’avoir un nouveau rôle, plus en lien avec les faits de jeu.

Le principe ressemble beaucoup à l’usage du “second screen”. Une pratique que nous pouvons constater lorsque nous regardons un programme à la télévision (ou suivons un événement) et que nous le commentons sur Twitter en direct live par exemple.

@HotStreak

Les fans utilisent leur application HotStreak dans les tribunes

Cependant, malgré le fait que HotStreak souhaite offrir un divertissement original et continuel, nous pouvons nous demander si cette gamification ne nuit pas à l’expérience live. En effet, en incitant les fans à utiliser leur mobile, leur regard n’est probablement plus porté à 100% sur le terrain. Ce qui a forcément un impact sur leurs encouragements et leur niveau d’attention. Ou au contraire, peut-être que cela peut démultiplier leurs encouragements pour aider l’équipe à confirmer leur prédiction.

Ces prédictions peuvent aussi avoir un effet négatif sur les fans qui seraient alors poussés par leur prédiction plutôt que par leurs émotions et leur passion pour l’équipe. Ainsi, si un joueur score et pas un autre, ou si un joueur inscrit 25 points au lieu des 22 points prédits, un fan peut accorder plus d’importance à sa prédiction qu’à l’intérêt de l’équipe qu’il supporte. Un comportement que l’on retrouve plus ou moins dans les paris sportifs.

Néanmoins, avec des prédictions faites en temps réel et en direct de la salle, nous pouvons dire que les fans jouent ici à un jeu virtuel proche du réel. Ils peuvent se sentir davantage concernés par ce qu’ils prédisent plutôt que par ce qu’ils voient.

Les résultats des gagnants sont affichés sur l’écran géant

Malgré tout, HotStreak offre une expérience innovante et engageante que l’on va certainement retrouver dans d’autres salles et stades. Ludique, cette application est idéale pour divertir les fans et créer une nouvelle forme d’engagement que sont les prédictions. Elle a parfaitement sa place dans les lieux sportifs déjà très animés en matière d’expérience fan comme c’est souvent le cas aux Etats-Unis. Il sera cependant nécessaire de veiller à ce que son utilisation ne nuise pas au sportif et au rôle de supporter des fans.

Cet article était-il intéressant ?
Votre retour est le meilleur moyen d'améliorer nos contenus.
Oui, c'était intéressant0
Non, pas vraiment intéressant0

Chargé de SEO & SEA dans une agence de voyage sportif, je suis un passionné du Sport Digital et de la Fan Experience. Chez Franstriker, j'ai pour objectif de faire grandir le projet et d'écrire de temps en temps sur les activations digitales des uns et des autres dans le monde du sport.

Fan expérience aux Etats-Unis

Une course de bébés à la mi-temps d’un match de basketball

Une course de bébés à quatre pattes à la mi-temps d’un match de basketball, une animation simple qui n’est pas inédite aux États-Unis.

Publié

le

Organiser une “baby race” à la mi-temps d’un match de basketball, c’est l’animation hilarante que nous avons pu voir sur les parquets de basket aux États-Unis. Ce n’est pourtant pas inédit dans ce pays.  

 

Engager les plus petits c’est l’assurance d’engager également les parents. C’est ce qu’a proposé un club de basketball américain en ACC (la conférence universitaire de la côté Ouest des États-Unis).

Des bébés et une animation hilarante

Le vendredi 15 mars dernier, le championnat universitaire de basketball ACC aux États-Unis a proposé sa première “baby race” pendant la mi-temps du match entre Pittsburgh et Boston College.
Au total, ce sont 6 parents qui ont positionnés leur bébé sur une ligne de départ sur le parquet. Chaque parent était placé de chaque côté de ligne, un présent au départ pour “lancer” la course et un second à l’arrivée pour encourager et accueillir leur enfant.
La distance à parcourir par les jeunes pousses représentait la moitié de l’ensemble du parquet de basketball.

L’effort est peut-être encore plus important pour les parents que pour leur enfant. Ils doivent “pousser” leur athlète pour finir en tête.
Le public joue lui aussi un rôle important en encourageant les bébés. L’arrivée est d’ailleurs très encouragée par les spectateurs.

Pour réduire le risque lié à une durée trop importante, les enfants avaient 3 minutes maximum pour rejoindre la ligne d’arrivée. Ce type d’activité peut en effet durer assez longtemps selon le niveau de compréhension des participants.

Le principe des “baby races” est assez fréquent dans le sport américain. Fin 2018, les Pacers (NBA) organisaient déjà une course sur leur parquet pendant la mi-temps. C’était cette fois-ci 8 bébés qui concouraient avec le même principe. Chaque bébé avait un numéro allant de 1 à 8 et portait un maillot de la franchise américaine.

Dans certaines franchises de NBA, l’animation est mieux préparée que pour d’autres. Chez les Bulls de Chicago, chaque enfant a la chance d’être présenté avec ses parents comme un joueur de l’équipe. Sa photo, son numéro et son nom sont diffusés sur l’écran géant.

Récemment le même concept a été organisé par les Green Bay Gamblers (championnat USHL) dans le Wisconsin… sur la glace d’un match de Hockey sur glace. Une protection avait été installée pour que cela puisse être possible. Et ici encore, les enfants portaient tous un tee-shirt aux couleurs du club avec le logo.

Hormis celle de Pittsburg qui est présentée par l’assureur New York life (il nous a fallu chercher durement pour trouver qui était sponsor), ces animations ne semblent pas sponsorisées. Pourtant nous pourrions imaginer qu’une marque concernée par l’univers des bébés du type Pampers puissent créer ou sponsoriser cette animation. D’autant plus que les couches pour bébé qui représentent un certain coût pour une famille pourraient être le gain pour la famille qui l’emporte. Cela serait une opportunité d’attirer un nouveau public, plus familial.

Des animations à coût zéro ou presque

Cette animation fait partie des actions pouvant être réalisées en ne représentant presque aucune dépense.
Dans un environnement qui s’oriente vers l’ultra digitalisation du sport et de la façon dont nous le consommons, il faut parfois des choses simples et de petites idées pour réaliser une animation qui touche les fans.

L’animateur est aussi l’un des acteurs principaux de la réussite d’une animation. Dans l’exemple des baby race, le speaker donne autant d’énergie qu’il pourrait le faire pour commenter une action de jeu. De plus, ces actions avec les enfants laisserons de beaux souvenirs partagés en vidéo, que l’enfant pourra revoir une fois adulte. Cela scellera un lien plus fort avec la franchise ou le club concerné.

Il y a quelques jours, nous partagions sur les réseaux sociaux une vidéo d’une course similaire à Sacramento en NBA à quatre pattes entre des papas et la mascotte avec leur enfant sur le dos.

Le risque de ces animations est finalement assez faible pour le club ou l’organisateur. Le seul risque majeur est peut-être celui de se ridiculiser sur les réseaux sociaux si ce n’est pas à la hauteur. Cependant, les dépenses engendrées restent très faibles par rapport à une animation sponsorisée et développée par une agence de communication ou d’événementiel. Le jeu en vaut la chandelle.

S’il n’y a donc qu’une chose à retenir de cet article : pensez aux choses simples et tentez le.

 

Cet article était-il intéressant ?
Votre retour est le meilleur moyen d'améliorer nos contenus.
Oui, c'était intéressant0
Non, pas vraiment intéressant0
Continuer la lecture

Nouveautés