Suis-nous

INTERVIEW

INTERVIEW : Bizon, le site de rencontre pour les fans de sports

Fanstriker a rencontré Achille Dulac, l’un des co-fondateurs de Bizon. Une toute jeune Start-Up française qui propose aux fans de sport un concept nouveau.

Publié

le

Temps de lecture environ 7 minutes

Nous sommes allés à la rencontre d’une Start-up française, qui a créé le premier « meetic » dédié aux fans de sport. L’un des 4 fondateurs, Achille Dulac nous a reçu pour nous parler de leur projet.

Retrouvez ci-dessous, l’interview vidéo d’Achille Dulac, l’un des co-fondateurs de Bizon.

                                

 

Les 4 fondateurs de BIZON

Emile Didier

Jacques Bizot

Achille Dulac

Elie Duteil

 

 

Parle nous de ta Start-up, combien êtes vous à participer au projet, d’où venez vous et qu’est ce qui vous a fait vous intéresser au sport ?

Je m’appelle Achille Dulac, j’ai 23 ans et je suis actuellement à l’école MBA ESG en management du sport. J’ai été passionné par le sport et le foot notamment depuis que je suis tout petit. j’ai joué plus de 10 ans en club et même si je joue moins maintenant, je suis ce sport encore énormément avec minimum 2 matchs par semaine. J’aime vraiment le sport et je me suis tourné vers des études sportives pour travailler dans ce monde là. L’année dernière, lors d’un projet autour de l’Euro 2016 on devait réfléchir sur plusieurs problématiques. Ce projet est née de là, pour trouver des solutions nouvelles et de nouvelles expériences pour les fans de foot, rugby, handball. Et d’autres sports à l’avenir sur notre site BIZONSPORTS. On est 4 fondateur: moi-même, mes 2 cousins Jacques Bizot et Emilie Didier, et un dernier fondateur qui s’appelle Elie Duteil, qui nous a rejoint en tant que développeur.

 

BIZON, qu’est ce que c’est exactement et pourquoi ce nom ?

BIZON, c’est un site qui facilite l’organisation de son salon avec ses amis ou pour rencontrer des fans autour d’un événement sportif. Exemple: je suis fan de l’AS Monaco, je vais pouvoir aller sur le site, ouvrir mon salon autour du match Monaco/Nantes ou Monaco/PSG, et j’invite des personnes à venir me rejoindre. Que ce soit mes amis où d’autres personnes comme des fans que je connais pas forcément. Moi je suis un grand fan de Chelsea et j’ai toujours eu du mal à trouver des amis pour regarder les matchs de cette équipe. J’habite en proche banlieue donc j’ai pas forcément beaucoup de bar autour de moi, et l’expérience bar c’est vraiment autre chose. L’idée vient donc de là. Pour ce qui est du nom, on a beaucoup cherché tous les 4 et on trouvais rien de très intéressant lié au sport. On s’est dit qu’on allait trouver quelque chose qui venait de notre enfance quand on passait nos vacances ensemble. On jouait énormément avec les pétards bison donc c’est venu de là, en plus on s’est rendu compte que le nom de famille qu’on avait en commun c’était Bizot, donc on a gardé ce nom qui est notre identité aujourd’hui.

 

Comment vous est venu l’idée de construire cette plateforme ?

Alors comme je l’ai dit, tout à commencé lors d’un groupe projet autour de l’Euro 2016, on s’est demandé « comment trouver une nouvelle expérience pour les fans, qu’ils se rencontrent et surtout qu’ils rencontrent le bon fan. Ne pas tomber dans un bar un peu neutre avec des gens pas vraiment fan, ou encore avec des gens qui sont là que pour boire ou manger. L’idée était aussi de trouver des fans absolu de certains clubs. A l’époque de l’Euro c’était pour des nations pas forcément connus où il n’y a pas forcément un groupe et ça arrive qu’on soit un peu seul à soutenir une équipe. On s’est aussi dit qu’il y aurait beaucoup d’étrangers et que ça serait une bonne occasion pour eux de vivre les matchs autrement, en allant chez l’habitant. Malheureusement avec les aléas de l’année dernière, on n’a pas pu être prêts pour l’Euro 2016 mais l’idée est restée. Le but étant de faire durer l’idée sur d’autres événements.

 

Est ce que tu n’as pas peur qu’il y ait une réticence de la part des utilisateurs à ouvrir leurs salons à des inconnus ?

Bien sûr c’est une de nos préoccupation, on cherche à avoir des profils très complets d’utilisateur pour rassurer au maximum chacun qui utiliserait la plateforme. Un hôte qui va ouvrir son salon a le choix d’accepter ou de refuser qui il veut, il peut supprimer son événement à tout moment, son adresse est également cachée. C’est à dire qu’on va montrer le quartier entouré sur une map mais tant que l’hôte n’a pas accepté l’invité, l’adresse n’est pas visible. On essaie de rassembler les échanges et d’avoir des profils connectés. En s’inscrivant par Facebook et Google ça renforce l’authenticité de leur identité. On a également d’autres possibilités pour renforcer cette sécurité à l’avenir avec des assurances salons et d’autres démarches de ce type, toujours pour offrir le maximum de sécurité sur notre site.

Bizon

Des utilisateurs, chez Victoria, qui a prêtée son salon pour le 1/4 de finale du mondial de Handball

 

Quels soutiens financiers avez vous reçus pour vous lancer dans ce projet ?

Aujourd’hui le projet est lancé depuis un petit mois et c’est simplement notre temps et un peu de notre argent qui a été investi. On a pas démarché d’investisseur ou de business angel. On souhaite faire à l’avenir des partenariats très ciblés, on veut éviter les bannières pubs et détruire l’expérience qu’on souhaite créer avec nos utilisateur. Simplement avoir un ajout de certains sponsors qui puissent être intelligent et qui renforcent l’expérience qu’on peut avoir sur le site. Ensuite essayer d’être autonome via notre business modèle qui arrivera par la suite.

 

Que penses-tu de l’expérience téléspectateur d’aujourd’hui pour un fan de sport ?

Aujourd’hui je trouve que l’expérience téléspectateur est bien sûr bien meilleure qu’avant avec la qualité d’image et les directs etc, mais l’offre de sport est totalement diluée sur plusieurs diffuseurs, ce qui la rend déjà un peu trouble à comprendre, il faut parfois passer par plusieurs site pour comprendre où le match va être diffusé, parce qu’il a été changé il est plus sur Bein il est passé sur canal… Ensuite ce phénomène crée des abonnements très chers, c’est très compliqué d’avoir tout l’offre de sport sur sa télé. Après au niveau de l’expérience, il y a aussi cette tendance à regarder des streamings illégaux qu’on cherche à combattre, pour nous c’est important de respecter la légitimité des droits et des compétitions. Aujourd’hui pour moi il y a 2 modèles: aller dans un bar et le vivre chez soi.

 

Comment vois-tu Bizon dans 3 ans ?

Dans 3 ans on espère que BIZON sera la première plateforme de rencontre autour du sport, et ensuite être disponible dans différents pays parce qu’on est convaincus que notre modèle et notre plateforme peuvent avoir un impact dans des pays qui ont un attrait énorme pour des sports très télévisuels.

 

En dehors du combo pizza + bière, as-tu d’autres idées pour dynamiser l’expérience du téléspectateur devant son match ?

Il faut savoir qu’aujourd’hui notre site est complet à 10%, le nombre de fonctionnalités a uptader est conséquent et on en a encore plein en magasin. Egalement une vrai mise à jour va être faite dans les prochains mois, à savoir la cagnotte. Exemple: je vais ouvrir mon salon pour un match et je vais décider du prix d’entrée, qui sera le frais de participation, pour 4 euros, en invitant 3 personnes, j’ai la possibilité de me faire payer 12 euros sur cette soirée. Je choisis ce prix en fonction de ce que j’offre à mes invités au niveau de l’hospitalité. Ensuite avec cette cagnotte, soit je la récupère sur mon compte en banque, soit je la débourse chez les (futurs) partenaires. Pour la petite histoire, la première soirée BIZON où je suis allé, c’était soirée raclette vin blanc. Comme quoi les gens peuvent vraiment être créatifs pour leur salon. Je suis sûr qu’avec cette cagnotte qui va les faire rentrer dans leur frais, il seront encore plus créatifs.

 

Pour conclure, s’il y avait un point de vue que tu souhaiterais connaitre sur le sujet de l’expérience fan ?

Etant donné le fait que nous avons crée un site à 4, je serais évidemment très intéressé d’avoir le point de vue des fondateurs et des dirigeants de MPG (Mon Petit Gazon) parce qu’ils ont crée une plateforme qui a mis du temps à avoir un vrai business modèle, 4 ans avant de déclencher des sponsoring, et certains leviers pour avoir un peu d’argent via leur site. Mais je suis très intéressé parce qu’ils ont crée un vrai jeu qui réside sur l’idée et non pas sur la rentabilité.

 

Le mot de la fin ?

Merci beaucoup à Fanstriker pour cette interview, j’espère encore en voir beaucoup sur ce site vraiment très innovant !

 

 

Merci Achille, on sent que vous êtes pleinement dédié aux fans et que vous innovez dans l’expérience proposée. On espère que vous nous réservez encore beaucoup de surprises sur la plateforme. On ne manquera pas de suivre vos mise à jour avec grand intérêt 😉

 

Pour retrouver Bizon c’est par ici :

 

Passionné de sponsoring sportif, je pense que les marques favorisent l’expérience des fans en réalisant des animations toujours plus originales avec les clubs.
Ma définition : Entre possible et impossible : 2 lettres et un état d’esprit.

Continuer la lecture
Publicité
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

INTERVIEW

INTERVIEW : Guillaume co-fondateur de Birdy Kids à l’origine du maillot collector OL x Hyundai

Un maillot dessiné par Birdy Kids, un collectif d’artistes lyonnais. Rencontre avec Guillaume Mathieu, co-fondateur de ce collectif.

Publié

le

Temps de lecture environ 4 minutes

À l’occasion de l’Olympico ce soir, le match entre l’Olympique Lyonnais et l’Olympique de Marseille, les supporters lyonnais ont pu découvrir un maillot collector pour célébrer les 6 années de collaboration entre l’OL et son partenaire Hyundai.

Pour célébrer leurs 6 années de collaboration, Hyundai et l’OL ont dessiné un maillot collector basé sur les maillots de 6 saisons différentes. Le résultat est super graphique. C’est le collectif lyonnais Birdy Kids qui a réalisé ce maillot unique.
En marge de cet évènement, nous avons pu échanger avec Guillaume MATHIEU, l’un des artistes à l’origine du design de ce maillot.

Bonjour Guillaume, tu es donc l’un des fondateurs de Birdy Kids, peux-tu nous en dire plus sur ce collectif d’artistes ?

Nous avons fondé Birdy Kids avec mon frère Gautier il y a maintenant près de 10 ans, suite à l’engouement des Lyonnais pour notre travail.
À l’origine nous étions plutôt portés sur le graffiti mais, très rapidement, notre collectif a pris une tournure beaucoup plus globale et nous prenons aujourd’hui beaucoup de plaisir à toucher à tout : sérigraphie, design, photo, vidéo, graphisme, sculpture, etc.

C’est donc une histoire de famille avant tout.
Avez-vous déjà eu l’occasion de travailler sur des projets liés au sport ou encore aux fans ?

Pour le coup c’est une première expérience dans le monde du sport et quoi de mieux que de pouvoir le faire en collaboration avec son club de coeur ?

Comment est née cette collaboration entre Birdy Kids, Hyundai et l’OL ?

Ces dernières années nous avions déjà eu des discussions avec l’OL sur des projets qui n’avaient pas forcément abouti. Du coup, j’imagine qu’il y avait chez eux (comme chez nous) l’envie d’enfin conclure un projet en commun. Done !

@ol

La conception du maillot collector de l’OL

Où est-ce que vous avez puisé votre inspiration pour la conception de ce maillot collector ?

Nous voulions quelque chose de très graphique avec une lecture simple et impactante, comme pour nos travaux. L’Olympique Lyonnais est un grand club tant au niveau national qu’européen et c’est pour cette raison que nous avons décliné ce maillot sous forme de « gloire » en y ajoutant une touche à la bombe, en référence à notre culture du graffiti.

Combien d’heures de travail ont été nécessaires pour imaginer ce maillot ?

Cela a été très rapide ! Parfois certains travaux se présentent comme une évidence. Celui-ci c’était le cas, donc je dirais 2 ou 3h.

@ol

Les différentes touches de couleurs du maillot collector de l’OL

Sur votre compte Instagram on peut lire “Chaque jour Birdy Kids change le monde!”. Alors comment Birdy Kids et le street art peuvent-ils aujourd’hui changer le monde ?

C’est évidement un petit clin d’œil ironique. Tout le monde sait qu’on ne change pas le monde avec des bombes de peinture, mais l’art en règle général reste l’un des moyens les plus forts pour connecter les gens (tout comme le sport d’ailleurs) ou encore à les pousser à se côtoyer, se parler et échanger. Changer le monde quoi.

Parlons sport, de quel sport es-tu fan ?

Le foot au dessus de tout ! On pourrait parler de notre amour du sport en général mais le foot reste roi.

“Lorsque Hyundai nous a proposé de créer un maillot de l’Olympique Lyonnais, nous ne pouvions que dire « oui » ! Lyonnais et fans de l’OL, nous avons pensé au patchwork qui réunit les maillots portés par les joueurs du club au cours des six dernières années marquées par le partenariat entre l’OL et Hyundai. Nous avons utilisé le symbole de la gloire qui s’adapte bien au maillot d’un club sportif et reste cohérent, c’est un maillot à la gloire de l’Olympique Lyonnais ! Grâce au choix du découpage des maillots, nous avons gardé les symboles qui caractérisent chacun d’entre eux. Nous retrouvons ainsi des rayures et des motifs, de sorte à ce que les fans puissent les identifier et retrouver la saison à laquelle ils correspondent. »

Guillaume Mathieu,
co-fondateur de Birdy Kids

L’année dernière le club de MLS d’Orlando aux États-Unis avait invité ses fans à taguer les murs du couloir menant à la pelouse pour encourager leurs joueurs. Penses-tu que le street art peut faire partie intégrante de l’expérience d’un fan ?

La force du street art c’est qu’il peut trouver sa place absolument partout. Y compris dans un stade ou une quelconque enceinte sportive. C’est un moyen fort de créer du lien entre une équipe et ses supporters.

Umbro a récemment présenté une collection  “maillot des supporters” avec les clubs dont il est l’équipementier. Chaque saison, des supporters se sentent lésés lorsqu’ils découvrent les nouveaux maillots de leur équipe. Ne penses-tu pas que les clubs devraient systématiquement penser à concevoir un maillot avec l’aide des supporters et artistes locaux ?

Avec les artistes locaux je ne sais pas en revanche avec les supporters ça me semble évident. Je suis peut-être un peu naïf mais j’étais sûre que c’était systématiquement le cas.

Enfin, que penses-tu de l’expérience que les clubs proposent dans le sport en général ?

On voit bien, depuis plusieurs années maintenant, que les clubs adoptent une vision beaucoup plus globale qu’auparavant avec, entre autre, des stades conçus comme des villes pouvant accueillir toute sorte d’événements culturels, des boutiques, des espaces restauration avec de grands noms, etc. Pour un supporter, les jours de match prennent une autre dimension.

@ol

Le maillot collector OL x Hyundai imaginé par Birdy Kids

Merci à toi Guillaume pour cette interview.
Vous pouvez suivre les réalisations du collectif Birdy Kids sur leur page Facebook.

Hyundai fait aujourd’hui figure d’exemple pour les marques qui souhaitent activer leur partenariat avec les clubs. Le constructeur automobile essaye constamment de créer des opérations inédites pour les fans dans le cadre de son partenariat avec l’OL. Des opérations toujours plus inédites notamment pour la deuxième partie de saison

Continuer la lecture

Nouveautés