Suis-nous

FAN STORY

FAN STORY : Laetitia, fan inconditionnelle des Chamois Niortais

Suite et fin de notre trilogie consacrée à l’expérience fan chez les Chamois Niortais avec l’interview de Laetitia, supportrice des Chamois.

Publié

le

Laetitia Thomas, fan des Chamois Niortais

Suite et fin de notre trilogie consacrée à l’expérience fan chez les Chamois Niortais avec l’interview de Laetitia, gagnante de notre concours et fan des Chamois.

Bonjour Laetitia, peux-tu te présenter à nos lecteurs ?

Bonjour ! Je m’appelle Laetitia, j’ai 39 ans. Je suis née à Reims mais je vis à Niort depuis août 1996.

Es-tu juste une fan de football ou une fan de sport en général ?

J’aime le sport en général. Je suis la Moto GP et j’aime également regarder des matchs de rugby ou de tennis. Mais je suis plus particulièrement fan de football bien sûr et surtout des Chamois Niortais. J’ai eu un énorme coup de cœur pour cette équipe, ce club !

Laetitia avec le maillot des Chamois
Laetitia habillée tout en Chamois

En tant que fan de sport, as-tu un souvenir fabuleux à partager avec nous ?

La victoire de l’Équipe de France lors de la Coupe du Monde 1998, mes premières larmes footballistiques…

Quel genre de supportrice es-tu ? Plutôt ultra, abonnée, régulière mais pas abonnée ou occasionnelle ?

Régulière mais pas abonnée. Je gagne régulièrement des places car je fais absolument tous les concours que je trouve. Mais je me rends aux entraînements au moins une fois par semaine et je suis les Chamois sur les réseaux sociaux.

Justement, les réseaux sociaux permettent de mettre en place des actions en dehors du jour du match. Est-ce qu’il t’arrive de participer à celles-ci ?

Je participe aux jeux-concours mais, pour l’instant, c’est tout.

[#Jeu] Il fait beau, on est de bonne humeur, du coup, on vous fait gagner un cadeau cet après-midi ! Vous préférez quoi ?
🎁🔵⚪️⚽️

— Chamois Niortais FC (@CNFC_Officiel) 27 avril 2017

Qu’est-ce qui te pousse à aller voir un match dans le stade au lieu de le vivre depuis chez toi ou dans un bar avec des amis ?

L’ambiance est différente dans un stade, plus intense, plus vraie… Et c’est important pour moi d’être présente pour soutenir les joueurs. Par exemple, j’aime les attendre à la sortie des vestiaires pour échanger quelques mots.

A quelle fréquence vas-tu au stade René Gaillard ?

En général, depuis 5 saisons, j’assiste à quasiment tous les matchs à domicile et un déplacement en coupe. J’aimerais beaucoup faire plus de déplacements mais mon emploi du temps et l’aspect financier m’en empêche.

Est-ce que des facteurs tels que le jour et l’horaire de la rencontre ont un impact sur ta volonté de venir au stade ?

Non, la plupart du temps les matchs sont le vendredi à 20h et ce n’est pas un soucis pour moi car je réside vraiment tout près du stade.

 

Partage ta Fan story sur Fanstriker

 

Comment fais-tu pour te rendre au stade ? Est-il facile d’accès ?

En général, je viens en voiture mais il m’arrive assez souvent de venir à pieds. Le stade est facile d’accès, oui.

Est-ce que tu te sens en sécurité dans le stade ?

Pour le moment, je n’ai jamais ressenti un sentiment d’insécurité mais c’est un endroit dans lequel je viens depuis plus de 20 ans, donc il est difficile d’en être autrement. Je n’ai pas le souvenir d’un incident majeur dans le stade.

As-tu l’habitude de faire des achats une fois entrée dans le stade ?

On mange régulièrement au stade et, de temps en temps, j’achète une écharpe ou deux. Les tarifs sont plutôt corrects.

Que penses-tu des animations proposées avant, pendant ou après le match ?

René Gaillard est, malheureusement, un peu pauvre en animations.

Au-delà de ces animations, quel est ton avis sur l’ambiance au stade ?

Elle pourrait être bien meilleure mais la majorité des gens présents sont plus spectateurs que supporters. Ils ont beaucoup de mal à encourager et à pousser les joueurs. Nous sommes nombreux à le déplorer.

Les fans des Chamois en action !
Les fans des Chamois en action !

Et que penses-tu du stade René Gaillard en lui-même ?

La piste d’athlétisme est un réel problème à René Gaillard, tout comme le grillage autour qui est très haut. Cela empêche d’avoir une plus grande proximité avec les joueurs. Depuis certains endroits dans le stade, il y a également un soucis de visibilité… De plus, les structures sont inconfortables, vieillissantes et, en cas de pluie, peu de gens restent au sec.

Au vu de ton amour pour le club, tu dois être au courant du projet de nouveau stade. As-tu un avis sur le sujet ?

La construction d’un nouveau stade est indispensable à la survie du club et en particulier de son statut professionnel. De mon point de vue, ça ne peut être qu’une bonne idée.

Est-ce qu’il y a des choses qui t’ont marquées dans tes différentes expériences de supportrice au stade René Gaillard ?

Le dernier excellent souvenir en date c’est la victoire des Chamois contre Bourg-en-Bresse (3-2). Alors que nous étions encore menés 2 à 0 à la 75ème minute, nous avons inscris 3 buts en 15 minutes !

Chez Fanstriker, nous avons découvert leur dispositif appelé “la Terrasse”. As-tu eu l’occasion d’assister à un match depuis cet espace ?

Je n’ai pas eu le plaisir d’assister à un match “en Terrasse” mais le concept me plait bien du fait que les gens se trouvent vraiment au bord du terrain, au plus près des joueurs.

Pour conclure, si tu étais en charge de l’expérience fan chez les Chamois Niortais, quelles idées pourrais-tu apporter ?

Déjà, je laisserai plus de liberté à la mascotte, Chami, pour mettre l’ambiance. Je demanderai aussi au speaker de venir plus souvent chercher le public pour encourager et porter les joueurs. Pour que les supporters soient VRAIMENT le 12ème Homme !

Merci à Laetitia pour son retour sur l’expérience fan chez les Chamois Niortais. Bonne fin de saison à ton club de cœur !
Vous pouvez commenter ou partager l’article sur les réseaux sociaux. N’hésitez pas à passer nous voir aussi sur twitter Follow @fanstriker

Jeune manager du sport, je suis convaincu que le salut économique des clubs professionnels passe par le fan. "Je ne perds jamais. Soit je gagne, soit j'apprends."

Continuer la lecture
Publicité
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

FAN STORY

Le jour où une Tenniswoman s’est fait poignarder par un fan de son adversaire

La folie d’un fan qui pensait aider sa joueuse préférée en allant poignarder sa concurrente au classement.

Publié

le

Être fan, c’est comme être amoureux, nous n’avons plus une vision 100% neutre, notre coeur balance. Et c’est de cette façon que parfois nous sommes prêt au meilleur comme au pire pour faire vivre la flamme qui nous anime. 

Nous sommes en 1993 en Allemagne, il y a 25 ans, la jeune tenniswoman yougoslave naturalisée américaine Monica Seles réalise de belles performances sur les courts. Elle est en concurrence avec Steffi Graff pour la première place ATP. 

Le 30 avril 1993, avec un statut de numéro 1 mondiale, elle dispute un quart de finale au tournoi de Hambourg face à Magdalena Maleeva. Le match se déroule jusqu’alors comme n’importe quelle rencontre de Tennis. Les deux joueuses rejoignent leur banc lorsqu’un spectateur entre sur le court muni d’un couteau qu’il s’en va planter dans l’épaule droite de la joueuse américaine. 

L’homme au couteau, Günter Parche, était un fan de Steffi Graff, le concurrente au classement de Monica. Il a expliqué plus tard qu’il ne supportait pas la domination de la joueuse contre celle pour qui il était fan. Son plan était donc de la poignarder pour que sa protégée allemande puisse reprendre sa place de numéro 1 mondiale dans les semaines qui suivaient à Roland Garros. Malgré avoir “éprouvé de sincères remords” devant le juge, il écopera de 2 ans de prison avec sursis et d’une obligation de suivre des soins psychiatriques. Sa championne reprendra le titre à l’issue du tournoi de Roland Garros un mois plus tard. 

Heureusement, Monica Seles n’aura pas de grosses séquelles physiques, mais cet évènement aura marqué à jamais la vie de la championne qui a indiqué que cet homme avait “gâché sa vie”. Très marquée psychologiquement et touchée par une dépression, la joueuse américaine reprendra la compétition quelques semaines plus tard mais sans jamais pouvoir retrouver le niveau qui était le sien avant ce fait. 

Un fan donc qui aura changé la vie d’une athlète promue à une grande carrière pour “sauver” son idole. Une histoire qui peut faire peur et qui montre surtout qu’un fan peut faire n’importe quoi pour sa passion, même le pire… 

Continuer la lecture

Nouveautés