Suis-nous
Interview Ryan Murrant Brentford FC Interview Ryan Murrant Brentford FC

Interviews

INTERVIEW : Ryan Murrant (Brentford FC) “donner l’occasion au fan de parler”

Acteur majeur de l’expérience fan au sein du Brentford FC en Angleterre, Ryan Murrant partage avec nous sa philosophie au cours d’un long entretien.

Publié

le

Ryan Murrant est Fan Engagement Manager dans le club anglais de Brentford FC évoluant en Championship (D2). Il a accepté de nous partager sa vision de l’expérience fan et ses actions pour l’améliorer dans son club. 

 

Bonjour Ryan, pouvez-vous vous présenter à notre communauté française afin de mieux comprendre ce que vous faites pour le club ?

Je travaille dans le football depuis 7-8 ans et mon rôle au sein du club de Brentford FC est Fan Engagement Manager. Pour faire court, mon rôle est principalement d’interagir et d’ajouter de la valeur aux supporters une fois qu’ils viennent à un match. Une partie de ce que je fais concerne l’acquisition, c’est pourquoi nous avons créé un site web sur mesure pour les familles : family.brentfordfc.com. Ce site explique à quoi cela ressemble ici pour les familles, à quoi s’attendre, ce qu’elles peuvent faire ici et comment profiter au mieux de leur journée au stade.

J’accorde beaucoup d’importance à nos familles mais aussi à notre déménagement dans notre nouveau stade pour m’assurer que nos supporters aient une expérience à laquelle ils adhèrent. Nous avons environ 10 groupes de réflexions couvrant différents sujets qui se rencontrent pour façonner la nouvelle expérience dans notre nouvelle enceinte.

Le nouveau stade de Brentford aura 17 250 sièges et sera accessible dès 2020

En tant que Fan Engagement Manager à Brentford FC, comment décrivez-vous Fan Engagement et Fan Experience ? Sont-ils similaires, complémentaires ou différents ?

Je pense que le terme « Fan Engagement » est utilisé dans tous les sens de nos jours. Beaucoup d’entreprises arrivent avec de nouveaux outils et applications de Fan Engagement qui selon moi ne participent pas à l’engagement des fans. C’est plus du marketing et de la communication. Pareil avec les « solutions » de Block Chain, pour moi, ce n’est pas du Fan Engagement.
Je crois que le Fan Engagement est de bien traiter les fans, être sympathique, créer des opportunités uniques, ajouter de la valeur à l’expérience du supporter sachant que les transactions peuvent suivre. Bien traiter vos supporters et ils vous en seront reconnaissants. Je crois que pour bien comprendre, vous devez avoir passé du temps vous-même en tant que fan de football. Les fans ont un attachement émotionnel à leur club et c’est au club d’y adhérer et d’améliorer cet attachement. Ce sont eux qui seront là pour toujours.

Quelles sont les forces humaines dont Brentford FC dispose pour travailler sur l’expérience fan de son public ?

Nous avons une culture qui exige que nous soyons les meilleurs dans tout ce que nous entreprenons. Pas de manière dictatoriale, mais pour que nos supporters soient fiers de ce que nous faisons sur le terrain et en dehors. Notre propriétaire est passionné d’un football attrayant et abordable. Notre PDG veut que nous ayons la meilleure fan experience du pays, et surtout que nous visons à être le club le plus diversifié et le plus inclusif d’Angleterre. Voila donc le point de départ. Cela est notre culture et nous sommes tous ici parce que nous partageons cette vision. Nous sommes tous solidaire.

En jour de match, nous avons une équipe mobile « Here to Help » (Ici pour aider) qui est en place autour du stade, à environ un kilomètre pour répondre à toutes les demandes et orienter les visiteurs. Quand vous vous approchez du stade il y en a davantage pour aider. Dans les tribunes nous avons de sympathiques stewards qui sont formés pour promouvoir et mettre en œuvre les messages du club.

Dans mon équipe en jour de matchs, j’ai 3 personnes, Jenn, Amber et Zelda qui aident à faire de notre famille ce qu’elle est.
Actuellement, nous sommes 2ème  au classement sur 71 équipes de l’EFL mais nous avons également la meilleure expérience familiale à Londres. Il faut savoir que notre stade est construit entre des maisons. Si vous sautez par-dessus un mur, vous finiriez dans le jardin de quelqu’un. C’est vraiment petit.

Il y a quelques semaines, nous avons partagé sur nos réseaux sociaux, deux courriels que vous aviez envoyé à vos fans. Le premier avait pour but d’annoncer en exclusivité le renouvellement du contrat d’un joueur à vos abonnés. Et le second était de demander aux fans absents pourquoi ils n’étaient pas présents aux précédents matchs.
Pouvez-vous nous en dire plus sur ces deux bonnes idées ?

En tant que fan de la plupart des clubs, votre interaction est réduite aux messages postés sur les réseaux sociaux, etc. Avec cette histoire de nouveau contrat, nous voulions donner à nos abonnés et à nos membres des infos exclusives et ainsi ajouter de la valeur à leur engagement envers le club.
Cela a bien fonctionné car le taux d’ouverture du mail était le plus élevé de tous ceux que nous avons envoyé. Si nous continuons à faire cela et à bien le faire, alors nous nous donnerons une possibilité de réaliser des deal commerciaux de sponsoring par exemple. C’est gagnant-gagnant pour toutes les parties et l’engagement des fans dans sa forme la plus véritable.

“Avec cette histoire de nouveau contrat, nous voulions donner à nos abonnés et à nos membres des infos exclusives et ainsi ajouter de la valeur à leur engagement envers le club.”

Concernant le mail envoyé aux abonnés qui ont manqué nos deux premiers matchs de championnat à domicile, c’est finalement l’action la plus simple et peut-être la moins onéreuse. Nous ne savons pas pourquoi les gens ne viennent pas, à moins que nous ne leur posions la question. Cependant c’est très facile de ne pas s’en soucier puis dans 9 mois en fin de saison leur demander de renouveler leur abonnement à 500 £. Sans action, nous pourrions déjà les avoir perdus à ce moment-là. Si nous pouvons connaitre la raison de leur absence le plus tôt possible, la probabilité qu’ils soient heureux et qu’ils viennent aux autres matchs fréquemment sera plus grande.
À partir de ce mail, nous avons réalisé de vraies actions ! Nous avons déplacé des gens parce que la personne assise à côté était désagréable, ou encore parce que la place n’était pas parfaite et que le toit dégoulinait ou parce qu’un abonné a subi une blessure qui nécessitait plus d’espace pour ses jambes. Certains étaient juste en vacances ou ont changé leurs rythmes de travail. Le fait est que si nous ne demandons pas, nous ne saurons pas, ce qui n’est pas cohérent avec notre stratégie envisagée, nous ne pourrons pas être les meilleurs dans ce cas. À mon avis, chaque club devrait avoir ce niveau de dialogue avec ses supporters, car cela signifie que le club écoute et valorise ses supporters. Si les fans ne veulent pas nous répondre ou nous parler, ils peuvent le faire, mais nous devons leur en donner l’occasion. C’est un basique qui est souvent oublié.

“À mon avis, chaque club devrait avoir ce niveau de dialogue avec ses supporters, car cela signifie que le club écoute et valorise ses supporters.”

Nous avons pu observer que vous réalisez de nombreuses actions avec les enfants et les jeunes à Brentford. Pourquoi cibler spécifiquement ce type de public ? 

Vous pouvez probablement vous souvenir de votre premier match au stade non ? La première fois que vous avez rencontré un joueur ou une mascotte ? Et bien les choses n’ont pas changé dans l’expérience émotionnelle du supporter. Aujourd’hui, nous avons juste davantage de moyens et d’activations pour faire du jour de match un moment magique. Les enfants ne se souviennent pas du score final quand ils ont 5 ou 6 ans mais se souviennent de leurs rencontres avec un coach, un joueur ou encore la mascotte. 
J’ai la conviction qu’il est de notre devoir de concevoir les belles histoires du lundi matin. Offrir aux enfants des souvenirs qu’ils pourront partager avec leurs copains à l’école et pareil pour les adultes avec quelques chose qu’ils pourront raconter au bureau. Ces histoires sont bien meilleures que n’importe quelle campagne de ticketing. 
Les supporters sont nos meilleurs ambassadeurs, ils vivent et respirent pour le club. Nous devons les rendre heureux, si c’est le cas, cela veut dire que nous travaillons bien. 

“Les enfants ne se souviennent pas du score final quand ils ont 5 ou 6 ans mais se souviennent de leurs rencontres avec un coach, un joueur ou encore la mascotte. 
J’ai la conviction qu’il est de notre devoir de concevoir les belles histoires du lundi matin.”

Les enfants sont la future génération de nos abonnés, de nos supporters, de nos fans occasionnels et peut-être nous avons parmi eux le prochain sponsor ou mieux encore, le prochain Matthew Benham (le propriétaire du Brentford FC) ! Nous devons adopter les meilleures pratiques, mettre en oeuvre les meilleures idées et faire de ce lieu un endroit où les familles souhaitent passer du temps comme elles le font dans d’autres loisirs. 

Nous sommes dans une localisation où nous avons des clubs comme Chelsea, QPR ou encore Fulham à proximité. C’est une concurrence forte pour convaincre les visiteurs de venir chez nous. Ces clubs ont tous une expérience et une histoire importante avec la Premier League et ce n’est pas notre cas. Nous ne pouvons pas rivaliser avec notre histoire mais en ayant la meilleure expérience au stade pour les supporters dans la capitale, nous pouvons nous démarquer. Il n’est pas possible de garantir une victoire par 1 à 0 toutes les semaines donc il faut un plan. Le nôtre commence avec une première visite des fans dans notre stade et la volonté d’être les meilleurs. 

En février, nous avions écrit un article à propos de l’action que vous aviez mené avec des enfants en jour de match. Plusieurs enfants participaient à l’organisation d’une rencontre à domicile. Du côté de l’expérience stade mais aussi du sportif. 
Quelle est la genèse de cette idée ? 

Je pense que le club d’Everton a été le premier club à faire ceci avec leurs Junior Blues et cela a été dupliqué un peu partout dans le pays. 
Nous l’avons fait lorsque j’étais à Doncaster Rover FC entre 2014 et 2016 avec les enfants d’une école locale. Cela avait vraiment bien marché. Ils le font encore aujourd’hui d’ailleurs. Depuis cette première expérience, nous avons perçu le besoin de faire évoluer cette idée. Alors nous avons travaillé avec notre communauté BFC Community Sports Trust pour concevoir cette animation engageant ou immersive auprès des enfants. Aucun club n’avait adopté cette approche. Nous avons invité des enfants avec des handicapes, des jeunes footballeuses, des jeunes travailleurs, etc. en leur donnant la chance de suivre une journée de match au club.
Les réactions des personnes impliquées étaient excellentes. Les médias nous ont énormément aidés et nous avons pub célébrer l’excellent travail que nous accomplissons tous.

J’en reviens aux histoires du lundi matin et à l’évolution des perceptions. Il n’y a pas meilleur moyen que l’immersion pour opérer ce changement. 
Je suis en contact régulier avec Morten au sein de notre club partenaire le FC Midtjylland, qui est sur le point de lancer le leur. 

Quelle est l’action fan engagement & experience dont vous êtes le plus fier avec Brentford FC ?

Je ne sais pas si je pourrais faire un choix. Chaque jour, semaine et match apporte de nouvelles opportunités et c’est ce qui en fait le meilleur travail que je puisse souhaiter.
Les gens disent en plaisantant que mon travail est «rose et moelleux», «tout sourire et Disney» et vous savez quoi ? C’est probablement ça parfois, mais c’est la raison d’être du divertissement. Si quelqu’un vient ici pour la 1ère ou la 1 000e fois et qu’il repart avec un sourire grâce à quelque chose que nous avons fait, c’est inestimable pour nous.

Comment le sujet du fan engagement & experience est-il devenu votre travail ? D’ailleurs, pouvez-vous décrire vos missions avec précision ?

Je n’en ai aucune idée, vraiment. Je pense que c’était un job normal au début mais finalement c’est devenu ma vie. Je suis obsédé par ça aujourd’hui. Je suis frustré et déçu de voir des contenus de mauvaise qualité, des clubs qui ne souhaitent pas engager leurs fans… Vous devenez perfectionniste and juge en fonction des standards de votre club. 

La plupart des bonnes pratiques ici viennent des clubs ayant un petit budget mais qui se soucient de leurs fans. Je crois fermement que pour faire ce type de travail il faut être un fan soi-même. Je ne veux pas dire un fan du club pour lequel vous travaillez mais vous devez comprendre que nous travaillons avec un produit qui peut amener les fans à rentrer chez eux ravis ou déçus. Je dis souvent que vous ne pouvez pas comprendre un fan (de football) avant d’avoir payé pour regarder votre équipe perdre 3 à 0 à l’extérieur par un temps froid et pluvieux puis recommencer encore et encore pendant des années.
Cela n’a aucun sens logique de laisser un ensemble de circonstances indépendantes de notre volonté déterminer notre humeur, mais en tant que fan de football, nous le faisons souvent deux fois par semaine lorsque notre équipe joue. 

“La plupart des bonnes pratiques ici viennent des clubs ayant un petit budget mais qui se soucient de leurs fans.”

C’est vraiment important pour les clubs de comprendre leur ADN en l’assument. Les fans sont ceux qui connaissent le mieux le club, alors parlez-leur, écoutez-les, comprenez-les et façonnez votre contenu en fonction d’un ton de voix avec lequel ils peuvent jouer. Nous ne sommes pas la BBC, pas un média alors pourquoi parler aux fans de cette manière ? En Angleterre, nous avons tendance à l’oublier.

Qu’est-ce qui vous motive dans ce que vous faites ?

Je dirais que je suis motivé pour être le meilleur ou avoir le dynamisme et l’environnement qui y aspirent.
Je fais cela depuis 7 ou 8 ans et j’ai déjà travaillé pour un PDG qui n’aimait le concept d’annonce des équipes par les enfants avant le coup d’envoi, car selon lui «vous n’agissez que sur une seule personne». Il était plus enclin à envoyer des mails en masses pour vendre des billets. Vous pouvez faire les deux mais vous avez besoin de la bonne culture.
Ce que j’aime chez les Bees de Brentford FC, c’est que nous avons la culture, d’excellents collègues et le soutien, la confiance nécessaire pour prendre des risques. Un environnement sain dans lequel je peux appeler Thomas Frank (manager du Brentford FC) et lui suggérer une nouvelle idée. C’est tellement unique dans le football. Le fait de travailler en totale confiance vous permet de le faire facilement. Jon, notre PDG, nous aime pour faire la fête et faire ce que nous aimons, vous ne pouvez pas en demander plus.

Nous savons que l’expérience en famille avec le Brentford FC est connue comme la seconde meilleure expérience fan dans le championnat de EFL. Pouvez-vous nous en dire plus sur ce classement ? 

Et le premier dans la capitale ! 
C’est un classement géré par l’EFL. De vraies familles nous rendent visite deux fois par saison et nous jugent sur différents points de l’expérience de fan. L’EFL obtient ainsi diverses données et informations et les communique à tous les clubs en fin de saison. C’est une sorte de visite mystère. Mais nous ne formons pas notre staff pour l’unique visite de ces familles mystères. Car ce n’est pas la bonne façon de faire. Nous travaillons ensemble pour faire en sorte que chaque membre de l’organisation participe à l’amélioration de l’expérience tout au long de l’événement. 

https://twitter.com/BrentfordFC/status/1162337711409078275?s=20

D’où viennent toutes ces idées ? Y-a t’il une inspiration particulière derrière tout ça ? 

Certaines sont des idées recyclées, comme les enfants qui annonces les équipes avant le coup d’envoi. Nous l’avons fait à Southend en 2013. Six ans plus tard nous la réalisons ici et d’autres clubs l’utilisent à présent. J’aime ça, que chaque club puisse faire ces choses, elles sont gratuites et grâce à cela vous changez des vies.
Notre nouvelle initiative de jeunes fans qui partagent des messages dans le vestiaire des joueurs est unique. Les clubs de cricket permettent aux fans d’écrire des messages, mais ici nous voulions que ce soit très Brentford. Nous nous sommes assis et avons réfléchi à la manière dont pouvions ajouter un peu de magie, comment nos messages pouvaient devenir meilleurs que ceux de quiconque ? Et comme nous entretenons de si bonnes relations avec Thomas Frank, le manager, je l’ai appelé. Je lui ai partagé le concept, il a adoré et m’a dit d’amener les enfants dans les vestiaires à 14h45 ! Soit quinze minutes avant le coup d’envoi, c’est incroyable.
Alors d’où viennent les idées ? Dans ce cas, la culture du club a conduit celle-ci. C’est magnifique.

Les autres idées peuvent venir de n’importe qui ou de n’importe où, à n’importe quel moment. Je me suis réveillé en pleine nuit avec un concept que j’ai noté dans un mail que je me suis auto envoyé puis j’en ai discuté le lendemain. 
Cela peut se produire de cette manière, mais comme je l’ai mentionné plus tôt, une culture club appropriée fera ressortir le meilleur de chacun des membres. Pas d’égo, “no dickheads” dirait Thomas. Mais aussi, vous pouvez tous exceller, ensemble en tant qu’un. 

Quelles sont les KPIs que vous utilisez pour obtenir des résultats de vos actions ? Vous arrivez à distinguer le bénéfice de vos efforts ?

On analyse différentes data. Les visites sur le site internet du club, les communautés sur les réseaux sociaux, les mails reçus et nous évoluons en conséquence. En ce qui concerne les actions en jour de match, il est très difficile de les évaluer. Je blague avec nos collègues de la data en leur disant de compter les sourires. Mais ce n’est pas facile en effet. 
Si une idée fonctionne nous continuons et nous l’améliorons. Si cela ne fonctionne pas, nous l’améliorons et nous continuons. 

“En ce qui concerne les actions en jour de match, il est très difficile de les évaluer. Je blague avec nos collègues de la data en leur disant de compter les sourires.”

En general, est-ce que vous pensez que les clubs sont assez créatifs pour faire de l’expérience des fans quelques chose de plus fort ?

Non. Le jeu est encombré d’efforts symboliques et d’un manque de volonté d’impliquer les fans dans tout ce qui ne concerne pas les transactions financières. l’EFL et Mark Bradley de The Fan Experience Company ont réalisé un travail remarquable pour aider les clubs à prendre conscience de l’importance de l’expérience des supporters. C’est aux clubs de fournir les efforts et d’avoir le personnel et la culture désireux de briller.

“Le jeu est encombré d’efforts symboliques et d’un manque de volonté d’impliquer les fans dans tout ce qui ne concerne pas les transactions financières.”

Personnellement, je n’adhère pas à l’excuse du “manque d’argent” car les meilleures idées sont souvent gratuites. C’est l’égo de comprendre les supporters et reconnaitre la nécessité de s’identifier à chaque groupe de supporters car leurs besoins sont tous différents.
Nous ne pouvons pas faire beaucoup plus avec un espace restreint ou avec les familles, mais nous avons probablement un écart avec le «fan du carnaval» et les supporters les plus jeunes, où nous devons améliorer les choses. Ils forment un groupe important, souvent qualifié d’«ultras» ou de fauteurs de troubles, car ils souhaitent vivre une expérience de match différente que celle souhaitée par une famille. Nous devons tous faire plus d’efforts avec ces groupes car ce sont eux qui feront du bruit et créeront l’atmosphère du stade. C’est là que les clubs devraient travailler avec la FSA (Football Supporters Association) pour apprendre les meilleures pratiques des autres clubs britanniques ou ceux de l’étranger qui travaillent bien sur ce sujet.

Selon vous, la fan expérience est culturelle ? Par cette question, nous voulons vous demander si vous pensez que l’expérience est différente selon le sport ou le pays, ou si finalement c’est un concept global partagé par tous les fans de sports. 
D’ailleurs les fans anglais sont-ils différents des autres ? 

Oui, c’est vraiment culturel.
En Écosse, vous avez le Motherwell FC et son groupe d’ultras les «Well Bois». C’est un grand club avec un grand nombre de ses supporters qui se sentent souvent frustrés par les lois en vigueur et l’absence d’alcool dans les stade. À cause d’événements historiques, les lois sont devenues strictes et il n’y a aucune considération réelle pour le fan honnête qui veut juste chanter et s’amuser. C’est assez similaire ici mais pas aussi strict.
Nous ne pouvons pas boire en vue du terrain en Angleterre, mais vous allez en Allemagne ou au Danemark et vous pouvez regarder un match avec quelques bières et devinez quoi ? Vous apprécier le jeu et vous ne devenez pas automatiquement un voyou ! Ce n’est pas seulement de la bière, c’est encore ce mot “culturel”.

Au début de l’année, j’ai passé quelque temps au Danemark pour visiter quelques clubs, le FC Copenhague, le Bronby IF et le FC Nordsjaelland, et cela en valait vraiment la peine. Le FC Copenhague est une bête commerciale et le travail qu’il accomplit avec ses fans en matière de billetterie est révolutionnaire. Vous avez Brondy qui a une énorme section ultra, c’est assez intimidant, mais avec les bonnes personnes, vous vous sentez les bienvenus. Les ultras y ont même décoré l’espace familial. Ensuite, vous voyez le FC Nordsjaelland, qui compte 82% de l’effectif étant des diplômés de l’académie et 98% des fans constituent un public familial. Trois clubs complètement différents dans la même ligue avec trois cultures très différentes.

“Je pense que tous les clubs et tous les pays peuvent apprendre les uns des autres si nous y mettons tous un bon esprit.”

https://twitter.com/ryanmurrant/status/1130158141923123205?s=20

 

Est-ce que les fans d’Angleterre voudraient tous une batterie, un capo pour tout orchestrer et des fumigènes pour accueillir les équipes ? Probablement pas mais là-bas en Allemagne ou au Danemark, ça marche tellement bien.
Je pense que tous les clubs et tous les pays peuvent apprendre les uns des autres si nous y mettons un bon esprit.

En France, de nombreux spécialistes du sport business pensent que le modèle américain basé sur l’entertainment et le show, ne peut pas être dupliqué dans notre pays ou ailleurs dans le monde. À cause de notre culture et de la façon dont les gens consomment le sport ici. 
Quelle est votre opinion à propos de ce sujet ? Est-ce similaire en UK malgré les matchs de NFL et NBA délocalisés dans le pays ? C’est un modèle que vous admirez pour le Brentford FC ?

Nous avons le même processus de pensée ici et pour être honnête avant de travailler dans le football, je pensais la même chose. J’étais probablement le plus grand anti-moi qui soit !
Nous devons tous évoluer et pourquoi ne pas copier ce que font les Américains ? Ils sont des leaders mondiaux dans les services aux supporters. Si nous n’évoluons pas et ne devenons pas plus américains, nous risquons de perdre de nouveaux supporters qui ne sont peut-être pas aussi investis que les puristes du football. Les clubs (de football) ne doivent jamais oublier leur histoire, mais nous ne pouvons pas toujours garder les traditionalistes heureux, une fois qu’ils meurent ou cessent de venir, alors quoi ?

Ne vous méprenez pas, j’ai eu un jour un patron qui n’avait tout simplement pas la passion du football et il était difficile à gérer car il voulait toutes sortes de choses que les fans de football n’aurais jamais souhaitées. Il faut trouver un bon équilibre, mais si vous prenez le temps d’écouter les fans et de comprendre ce qu’ils veulent, vous êtes sur la bonne voie.
Si vous voulez voir la meilleure culture que j’ai rencontrée, adressez-vous au FC Nordsjaelland au Danemark et dites-moi qu’encourager les enfants et la mentalité américaine ne sont pas la bonne chose à faire. Ils ont des sponsors mondiaux en raison de leur culture, à votre avis, comment font-ils ?!

Tout le monde parle de transformation digitale dans le sport, avec des stades toujours plus connectés, des applications mobile, des technologies diverses comme la réalité virtuelle, etc. Que pensez-vous des opportunités et des risques, ou plus largement de l’impact que cela peut avoir pour l’experience des fans ?

Je pense que l’esport est une énorme menace pour les matchdays traditionnels. Car les gens ont appris à consommer et à participer à ce type d’activités.
C’est énorme et nous allons tous perdre des fans. Je pense que le passage au numérique a eu lieu au cours des deux dernières années, mais je pense aussi que la balance est revenue à des engagements analogiques. Les clubs ont davantage besoin de cette façon de penser américaine pour adopter le numérique, mais cela va prendre du temps et beaucoup d’investissements financiers. Nous devons faire attention à ce que, si jamais nous lançons des équipes esports, des applications, des outils de réalité virtuelle, etc., à ce que ce soit la meilleure qualité possible, sinon nous pourrions perdre ce “nouveau” public.
Je pense que les meilleures équipes le feront bien car elles peuvent presque se permettre d’échouer là où de nombreux clubs EFL ne peuvent pas prendre ce risque malgré les bonnes intentions.

Il y a peu, nous avions écrit un sujet sur le rôle des sponsors et marques dans l’expérience fan. Peuvent-ils contribuer à cet objectif d’enrichissement de l’expérience des spectateurs ?  

Les sponsors peuvent massivement aider les clubs dans cet objectif. Encore une fois, je regarde le FC Nordsjaelland, ils ont une grande culture du club, ils connaissent leur public et chaque sponsor est une marque mondiale. Ils ne sont pas nombreux, mais l’audience est tellement pertinente. Les sponsors et les clubs peuvent également se tromper s’ils ne comprennent pas la culture et l’authenticité de l’expérience ou des motivations des supporters. Trop de sponsors ou un turnover trop fréquent ne fonctionnera pas pour les fans et à l’inverse, pas assez de sponsors ne fonctionnera pas pour le club. Il doit y avoir un équilibre.

Un exemple avec Brentford FC et notre équipementier Umbro. Nous avons utilisé de vrais fans et des joueurs pour créer l’Umbro double diamant sur le terrain, et ainsi permettre aux fans de diffuser leurs messages à partir de leurs propres comptes sur les réseaux sociaux.

Question plus personnelle, quelle est la meilleure experience que vous avez pu vivre en tant que fan ?

Quand j’étais plus jeune, à l’école, nous avions demandé à participer à la réunion des supporters pour aider à choisir les nouveaux maillots et les offres abonnements à Leicester City (mon équipe favorite). Mon père et moi avions été invités, nous pensions alors que nous étions un nombre important. Finalement, nous étions que 6 au total !
Ce jour-là, j’ai porté le nouveau maillot du club et une semaine plus tard, j’ai reçu une lettre du club me disant que j’étais le premier supporter à porter ce nouveau kit. J’ai toujours la lettre et je vous en parle maintenant, c’est aussi puissant que cela. C’est un souvenir unique.

Dans la plupart des emplois que j’ai occupé dans le football, nous avons également réalisé ce type d’idée avec des fans qui portent le nouveau maillot en avant première et devinez quoi ? Je me suis assuré que chacun reçoive une lettre lui disant qu’il était le premier à le porter. Je sais que c’est positif et le sentiment que cela procure puisque je l’ai vécu !

Pour finir, quelles sont vos futures ambitions ? Vos projets dans 3, 5 ou 8 ans ?     

Mes ambitions les plus proches sont de remporter le trophée Family Club 2020 par l’EFL ou au moins d’être le meilleur club du championnat. Je souhaite également faire tout ce qui est en mon pouvoir pour faciliter la transition entre ce stade et notre nouveau stade à venir, de manière transparente et inclusive pour nos groupes de supporters.

Plus loin dans le temps ? J’aimerais être dans le bain de la Premier League d’ici deux ans et, avec un peu de chance, avec les bonnes personnes avec qui je travaille ici à Brentford.

 

Merci à Ryan pour ce long entretien passionnant. Nous vous invitions à partager largement cette interview et à suivre Ryan et le Brentford FC sur les réseaux sociaux. 

 

Cet article était-il intéressant ?

Sportif et fan de sport, l'ambiance dans les stades m'a toujours passionné. Voir comment un bon match peut devenir une expérience inoubliable grâce à l'ambiance et à l'expérience vécue dans les gradins me donne des frissons. C'est pour vous partager ces émotions que je vous écris.

In english

INTERVIEW: Ryan Murrant (Brentford FC) “We are all about togetherness”

Ryan is very active about fan experience and engagement with his club Brentford FC. He is dedicated to provide the best experience to the fans.

Publié

le

Interview Ryan Murrant Brentford FC

Ryan Murrant, Fan Engagement Manager at Brentford FC in England has accepted to answer our questions about the amazing work he is doing and that we are sharing on our social media. He explains to us what motivates him, what inspires him, its work…

 

Ryan, what can you say more to present yourself to our french community and help us understand better what you do for your club Brentford FC?

I’ve worked in football for 7-8 years and my role here is Fan Engagement Manager. In short, my role is mostly to interact and to add value to supporters once they are coming to a game. Some of what I do is about acquisition which is why we have built a bespoke website for families: family.brentfordfc.com. That site explains what it is like here for families, what to expect, what they can do here and how to get the most out of their day.

I have a large focus on our families but also on the move to the new stadium and ensuring our supporters have an experience there that they buy into. We have about 10 focus groups covering different topics who meet to shape the new experience. 

Brentford new stadium of 17 250 seats which will open in 2020

Your title is Fan Engagement manager at Brentford, how do you describe Fan Engagement and Fan Experience. Are they similar, complementary or different?

I think the term “Fan Engagement” is thrown around too much these days. A lot of businesses come up with new Fan engagement tools and apps which in my opinion isn’t fan engagement, it’s marketing and communications. The same with block chain “solutions”, it’s not fan engagement. To me, I believe that fan engagement is treating fans well, being nice, creating unique opportunities, adding value to the supporter experience knowing that transactions may follow. Treat your supporters well and they will appreciate it. It’s really easy to get right and so easy to get it wrong and to alienate fans. It’s a science and I believe to do it well you have to have served time as a football fan knowing that your club will mostly let you down. Fans have an emotional attachment to their club and it’s down to us to embrace that and to enhance their journey. They are they ones that will be here forever. 

“Treat your supporters well and they will appreciate it. It’s really easy to get right and so easy to get it wrong and to alienate fans.”

How is the Brentford FC staffed around the fan experience (dedicated staff/part of their role/ transversal issue for all the staff)? 

We have a culture from above that demands we are the best at everything we do. Not in a dictatorship manner, but in a way to ensure our fans are proud of what we do on and off the pitch. Our owner is passionate about attractive, affordable football, our CEO wants us to have the best supporter/ fan experience in the country, and above all that we aim to be the most diverse and inclusive club in England. So that is the starting point. That breeds a culture and we are all only here as we share that vision. We are all about togetherness. 

On a matchday we have a “here to help” team that are in place around about a kilometer of the stadium footprint to help with any directions or enquiries. When you get the ground there are more of them and then in the stands we have friendly stewards who are trained to promote and implement the club messages.

In my team on matchdays I have Jenn, Amber and Zelda who help make our family offering what it is. Currently 2nd out of 71 teams in the EFL and the best family experience in London. You also have to remember that our stadium is built in between houses. If you jumped over a wall you’d end up in someone’s garden. It really is that small.

Few days ago, we shared two email you have sent to your fans. The first one was to announce a renew contract from a player. And the second one was to ask fans why you didn’t see them at the previous games. Can you tell us more about those ideas? 

As a fan of most clubs your interaction with them is being sold to, being told to read something, watch something etc. As I said before fans are mostly broadcast to which is fine but that doesn’t add value. With the new contract story we wanted to give our Season Ticket holders and members some exclusive news and add value to their commitment to the club. It worked well as the open rate on the email was the highest of any we have ever sent. If we keep doing that and getting it right then that gives us a commercial sponsorship opportunity so it is completely win/win for all parties and actual fan engagement in its truest form.

“With the new contract story we wanted to give our Season Ticket holders and members some exclusive news and add value to their commitment to the club. It worked well as the open rate on the email was the highest of any we have ever sent.”

With the email to the season ticket holders that have missed our first two league games, that is the simplest of things and costs very little. We don’t know why people aren’t coming unless we ask them.However it’s very easy not to care and then in 9 months ask them for £500 again, by that time we could’ve already lost them. If we can put right a reason for them missing games sooner then the likelihood of them being happy and coming to more games becomes greater. From that email alone we have moved people because the person next to them is annoying, the roof was dripping or because they have had an injury that requires more leg room. Some were just on holiday or have changed work patterns. The fact is if we don’t ask we won’t know and then coming back to the strategy we can’t be the best. In my opinion every club should have that level of dialogue with their fans because it means the club are listening and valuing their fans. If fans don’t want to reply or talk to us they don’t have to but we need to give them the opportunity. It’s a basic that is often forgotten. 

“In my opinion every club should have that level of dialogue with their fans because it means the club are listening and valuing their fans.”

We observed that you are making many activations for kids and young people. Is that correct? Why acting mostly towards this type of public? Is it your main target for ticketing?

You can probably remember your first ever game? The first time you met a player or a mascot? Well things haven’t changed emotionally in the supporter journey, we just have access to more mechanics and activations to make matchdays magical these days. Kids don’t remember results and scorers when they are 5 or 6 but they will remember meeting the manager or high 5-ing the mascot. I have a belief that it is our job to engineer Monday morning stories. Give the kids something to tell their classmates, give the adults something to shout about at work. Those stories are better than any ticket campaign. Supporters are our greatest ambassadors, they live and breathe the club. Make them happy and you’re doing it right.

“Kids don’t remember results and scorers when they are 5 or 6 but they will remember meeting the manager or high 5-ing the mascot. […] Give the kids something to tell their classmates, give the adults something to shout about at work. Those stories are better than any ticket campaign.”

Kids are our next generation of season ticket holders, casual fans and maybe in there we have the next sponsor or better still the next Matthew Benham (Brentford FC owner)! We don’t know so we must assume best practice, implement the best ideas and make this a place families want to come and be amongst other similar types. 

We are in a location where we have Chelsea, QPR and Fulham only down the road so we have direct competition for the public’s money. They all have Premier League experience and we can’t compete with that yet, but by having the best supporter experience in the capital we can stand out. Until we can guarantee a 1-0 win every week you have to have a plan. Our starts with a fans first visit and our drive to be the best. 

In february, we wrote an article about kids helping during a matchday. With the coach, the team in the stadium, the organization, etc. How did you think about that what is that for? 

I think Everton were the first ever club do this with their Junior Blues and it’s been duplicated across the country. We did it at Doncaster with local school children and it flew, they still do it now. With the kids takeover here we felt we needed to evolve it and make it more about the vision of the club so we worked with our brilliant BFC Community Sports Trust to make it exclusive for the children that they engage with. No Club has ever taken this approach and we invited children with disabilities, aspiring girl footballers, young carers etc and gave them the chance to work a matchday. 

The feedback we got back from those involved was great, the media helped massively and we got to celebrate the great work that we all do. I go back to Monday morning stories and changing perceptions, there is no better way of doing it than this. 

As a result I am in regular contact with Morten at our sister Club FC Midtjylland as they are set to launch their own. 

What is the fan engagement & experience action you are the most proud of with Brentford FC?

I don’t know if I could choose one thing. Every day, week and matchday brings with it new opportunities and that’s what makes it the best job I could wish for. People joke here that my job is “pink and fluffy”, “it’s all smiles and Disney” and you know what? It probably is at times but then that is what entertainment is about. If someone comes here for the 1st or the 1000th time and they walk away with a smile because of something we have done then you can’t put a price on that at all.

Is the fan experience a hobby, a passion or has it become your job? Can you describe us more precisely your job (daily tasks, main project, etc.)? And what is in your opinion the link between the fan experience & engagement and the rest of the processus (ticketing, social media, communication, marketing, etc.)? 

I’ve got no idea, literally. I think it was a job but it’s become my life, i’m pretty obsessed. It makes me frustrated seeing poor content, dismissive clubs and clubs that have no desire to engage at all. You become a perfectionist and judge everyone by your own clubs high standards. Most of the good stuff out there comes from clubs with very little money but who care for their fans. I strongly believe that to do this type of job you have to be a football fan. I don’t mean a fan of the club you work for, but you have to understand that we work with a product that can lead to fans going home either elated or disappointed. I regularly say that you can’t understand a football fan until you have paid to watch your side lose 3-0 away from home on a cold Wednesday night in the rain …and have then done it again…..for years! It makes no logical sense to let a set of circumstances beyond our control determine our moods but as football fans we do it, often twice a week!

“Most of the good stuff out there comes from clubs with very little money but who care for their fans.”

It is so important for clubs to understand the DNA of the club and not to assume. The fans are the ones that know best so talk to them, listen, understand and shape your content around a tone of voice they can level with. We aren’t the BBC so why talk to fans in that manner? We tend to forget that in England.

What motivates you in what you do? Why are you so interested by the fan experience and fan engagement in sport? And when did you start this journey?

I’d say I’m motivated by being the best or by having the drive and environment that aspires for that. I’ve done this for 7-8 years and I once worked for a CEO that didn’t like kids reading the teams out before kick-off as “you are only affecting one life”. He was more keen on sending emails to the masses to sell. You can do both but you need the right culture. The thing I love at the Bees is that we have the culture, great colleagues and we have the backing, the trust to take a risk, the environment where I can call Thomas Frank (Brentford FC manager) and suggest a new idea. That is so unique in football. Being trusted and allowed to do your job makes coming to work very easy. Jon our CEO loves us just to crack on and do what we love, you can’t ask for more.

We know that the Brentford FC family experience is known by the 2nd best experience in the EFL. Can you explain about this ranking and how is it determined? 

And the best in the capital of course! That is done through the EFL. Real families visit us twice a season and judge us on various touch points on the supporter journey. The EFL have various assessments of that data and they feedback to all clubs at the end of season. We don’t train our staff to prepare for the EFL visits as that is the wrong way to do it, but we do work together to ensure every team across the matchday is evolving and making their area as family/ fan focussed as possible throughout the season. 

https://twitter.com/BrentfordFC/status/1162337711409078275?s=20

Where do all of your ideas came from? Is there a specific inspiration behind them?

Some are recycled old ideas like the kids reading the teams out before kick-off. We did that at Southend in 2013, 6 years on we do it here and other clubs are now picking up on it. I love that, every club can do these things, they are free and you change lives.
Our new initiative of young fans delivering messages to the first team dressing room is unique. Clubs in cricket lets fans write messages but here we wanted to make it very Brentford. We sat down and thought about how we add some magic, how do our messages become better than anyone else’s ? Because we have such a good relationship with Thomas Frank I called him up. I told him the concept, he loved it and told me to bring the kids into the changing rooms at 2.45pm! Fifteen minutes before kick-off, that is incredible. So where do the ideas come from? In this case the culture drove that one. It’s magnificent. 

The other ideas can come from anyone or anywhere at any time. I’ve woken up in the middle of the night before with a concept, emailed myself and then discussed it the next day. It can happen like that but as I mentioned the right culture will bring out the best in everyone at the club. No egos, “no dickheads” as Thomas would say and you can all excel, as one. Togetherness.

What KPIs do you use to assess the results of your activations (occupancy rate, engagement rate,etc.)? And do you see the result of all your efforts so far?

We analyse website visits, tweets, social media and emails and we evolve accordingly. With matchday analogue content, it’s really hard to gauge. I joke with our data heads and say “count the smiles” but it is really hard to gauge that stuff. You know if an idea is working as the activity is busy or not. If it is working we carry on and make it better, if it’s not working then we make it better and then carry on!

“With matchday analogue content, it’s really hard to gauge (the results of our activations). I joke with our data heads and say “count the smiles”.”

In general, do you think that clubs are creative enough in the fan experience and making fans happier? 

No. The game is cluttered with token efforts and lack of desire to involve fans in anything that doesn’t involve transactions. The EFL and Mark Bradley of the Fan Experience Company have done some great work to help clubs realise the importance of the supporter experience but it isn’t down to them. It’s down to the clubs to make the effort and to have the staff and culture willing to shine.

“The game is cluttered with token efforts and lack of desire to involve fans in anything that doesn’t involve transactions.”

I don’t buy into the “lack of money” claims as the best ideas are often free. It’s ego’s, understanding supporters and recognising the need to identify with each supporter group as their needs are all different. We can’t do much more with the limited space or with families but we probably have a gap with the “carnival fan” and younger supporters where we need to improve things. They are an important group, often labelled “ultras” or troublemakers because they want a different matchday experience to a family or to a 30 something. We all need to make more effort with those groups as they are the ones that will make the noise and create the atmosphere. That’s where Clubs should work with the FSA (Football Supporters’ Association) to learn best practice of other UK clubs or with those that do it well abroad.

“We all need to make more effort with those groups (“ultras”) as they are the ones that will make the noise and create the atmosphere.”

Would you say that the fan experience is very cultural? I mean, do you think there are several different good fan experiences type according to the sport or the country? Or is it finally a more global concept like universal, shared by all the sports fans and commonly the same? Are british fans different from other fans around the world? 

Yes it’s very cultural. In Scotland you have Motherwell and ‘Well Bois’, a great club and set of fans and whilst they have a decent presence at the games they are often frustrated with the policing laws up there and the lack of alcohol in the ground. Because of historic events the laws have become strict and there is no real consideration for the honest fan that just wants to sing and have fun. It’s pretty similar down here but not as strict. We can’t drink in sight of the pitch here, but you go to Germany or Denmark and you can watch a game with a few beers and guess what? You just enjoy the game and you don’t automatically become a hooligan! It isn’t just about beer though, it is that culture word again. I spent some time in Denmark earlier this year to visit a few clubs, FC Copenhagen, Bronby IF and FC Nordsjaelland and it was well worth it. FC Copenhagen are a commercial beast and the work they do with their fans on ticketing is groundbreaking. You have Brondy who have a huge ultra section, it’s pretty intimidating but with the right people you are made to feel welcome. The ultras there even decorated the family area. Then you look at FC Nordsjaelland who have 82% of all first team minutes played by academy graduates and 98% of the fans are a family audience. Three completely different clubs in the same league with three very different cultures. 

“I do believe that all clubs and countries can learn off each other if we all put our minds to it.”

https://twitter.com/ryanmurrant/status/1130158141923123205?s=20

Would fans over here all want drums, a capo to orchestrate it all and smoke bombs to welcome the teams? probably not but over there it works so well. I do believe that all clubs and countries can learn off each other if we all put our minds to it.

In France, many sport stakeholder think that the american model (entertainment, huge shows during sports games) cannot be copied in a country like France or wherever else. Because of the culture and how people consume sport here. What is your opinion about that, is that the same feeling in UK? Even if we see that US sport are more common in UK, hosting NFL and NBA games for example. Is it a business model you are looking at within your club? 

We have the same thought process over here and to be honest before I worked in football i thought the same. I was probably the biggest anti-me there was! The way you look at it we all have to evolve and why wouldn’t we copy what the Americans do? They are world leaders at supporter services. If we don’t evolve and become more American we risk losing new fans who may not be as long in the tooth as the football purist. Football Clubs should never forget the history of themselves but we can’t always aim to keep the traditionalists happy, once they all die or stop coming then what?

Please don’t get me wrong I once had a boss who just didn’t get football and he was hard to manage as he wanted all sorts of things in place that football fans would frown at. There is a massive balance to get right but if you take the time to listen to fans and to understand what they want then you are on the right track. If you want to see the best culture I have come across then get to FC Nordsjaelland and tell me that encouraging kids and the Amercican way of thinking isn’t the right thing to do. They have global sponsors as a result of their culture, no brainer.

Everyone is talking about digital transformation in sport, with connected stadium, mobile apps, virtual reality, etc. What do you think about opportunities and risks by using digital tools in the fan experience? And the impact that can be expected for the club and the fans? 

I think esports are a huge threat to the traditional matchday as people have learnt to consume and to engage in that type of activity.It’s huge and we will all lose fans to it. I think that the shift to digital happened over the last couple of years but I also believe the pendulum has swung back towards analogue engagements and we are now sitting right in the middle. Clubs need more of that American way of thinking to embrace the digital stuff but it is going to take time and a lot of financial investment. We have to be careful that if we were to ever launch esports, amazing apps, virtual reality etc that it is of the very best quality otherwise we lose that “new” audience. I think top teams will do it well as they can almost afford to fail where many EFL clubs can’t take that risk despite the right intentions.

What is the role of the sponsors towards the fan experience? Can they really contribute or is there always an impediment due to their last end objective of selling/being better known? Do you have tangible examples at Brentford FC? 

Sponsors can help massively. Again I look at FC Nordsjaelland, a great culture, they know their audience and every sponsor is a global brand as a result. They don’t have large numbers but the audience is so relevant. Sponsors and clubs can get it wrong too if they don’t understand the culture and authenticity of the fans matchday. Too much corporate won’t work for the fans, and not enough corporate won’t work for the club. There has to be a balance.

We used real fans and players to create the Umbro the double diamond on the pitch and let fans deliver that message from their own social media accounts.

“They don’t have large numbers but the audience is so relevant. Sponsors can get it wrong”

What is the best fan experience you lived? If you can remember and explain us why?

When I was still at school we applied to be part of fans meeting to help select the new retail and kit options at Leicester City (my team). My dad and I were invited and thought we would be part of a big panel. There were 6 of us in total!!. That day I got to wear the new club kit and a week later I received a letter from the club telling me that I was the first ever supporter to wear the new kit. I still have the letter and i’m telling you about it now, it’s that powerful!  In most jobs I have had in football we have had fans wearing the new kit for launches and guess what? I’ve made sure they each got a letter telling them that they were the first to wear it. I know how good that feels, I’ve lived it! 

What are your future ambitions, if you are comfortable sharing? What are your projects in the future, in 3, 5 or 8 years?   

My immediate ambitions are to win the EFL Family Club of the Year 2020 or to at least be the best Club in the Championship. I also want to do what I can to help make the transition between this stadium and our new home as slick and as inclusive for our supporters groups.

Away from that who knows? I’d like to be in the Premier League within two years and hopefully with the good people I work with here at Brentford.

 

Thank you to Ryan for this meeting. We invite you to follow his work with Brentford FC on social media and share this interview as you can.

Cet article était-il intéressant ?

Continuer la lecture

Nouveautés