Suis-nous
Supporter qui attend Supporter qui attend

Fan expérience en France

La mi-temps, un moment privilégié pour l’expérience fan

La mi-temps, ce moment si particulier dans le sport mais tellement important. Sais-ton vraiment quelle attitude adopter pour satisfaire les fans ?

Publié

le

La mi-temps, ce moment si particulier dans le sport mais tellement important. Quels sont les différents comportements des fans ? Sait-on vraiment quelle attitude adopter pour tous les satisfaire ?

 

Qu’elle dure 10, 15 voir 30 minutes, la mi-temps est le moment perçu en France comme une pause de manière générale. Véritable moment de récupération pour les joueurs, long moment d’attente et d’anxiété pour les spectateurs. Ce temps de pause représente cependant un vrai challenge pour les clubs et les marques partenaires.

Alors que font les fans pendant la mi-temps ?

Pendant la mi-temps des matchs, on peut observer plusieurs attitudes.
Il y a les “courageux affamés”, ceux qui vont faire une queue monstre pour commander un combo sandwich – boisson à 8 € (prix vu au parc des Princes). Ce sont ceux-là même qui, pour la majorité des cas, ratent une partie du match. Selon la “stratégie” adoptée, le spectateur choisit de quitter sa place avant la fin de la première mi-temps pour éviter l’affluence devant les snacks de restauration. Ou bien, il choisit de ne rien rater de la première mi-temps et prend son mal en patience dans la longue file d’attente au risque de rater le retour des joueurs pour la seconde période. Cette stratégie est assez risquée car il y a de grandes chances que l’on lui dise, après 10 minutes d’attente : “Ah désolé monsieur, il ne reste que de l’eau à 4 € et des bonbons”. Vraiment pas de chance.

Deux fans pendant la pause cigarette

Deux fans pendant la pause cigarette

On peut aussi croiser les fumeurs, à qui l’appel de la nicotine est trop fort pour ne pas résister. Ils sortent bien souvent en groupe dans l’espace réservé (il y a en général toujours une personne qui ne fume pas mais qui accompagne par solidarité). Ils en profitent pour refaire le match comme pour se donner de la voix pour le second round. C’est un bon moyen de discuter avec les autres spectateurs.

La mi-temps est aussi le moment choisi par beaucoup pour effectuer la fameuse “pause pipi” réglementaire. Ce moment où il y a tout intérêt à être parmi les premiers à investir les toilettes. Car après plusieurs passages, il n’y a aucune garantie sur la propreté de l’espace.
Selon les stades, c’est souvent même un endroit où l’on pourrait lancer le concours de la personne la plus rapide, tant le temps passé à l’intérieur se doit d’être le plus court possible (odeur, propreté, et j’en passe des plus belles). 

Dans les loges VIP, il y a ceux pour qui manger, boire et discuter est le moment attendu de cette soirée. Petits fours, boissons à volonté, échanges cordiaux, rencontres, business, c’est LE moment par excellence. 

“Lors de la mi-temps, je dois avouer que je m’ennuie assez. Si je ne fume pas et ne souhaite pas dépenser de l’argent pour acheter à manger, j’ai peu d’alternatives pour me divertir. Les animations sont assez pauvres et proposées qu’à une partie infime du stade.”

Stéphanie, supportrice du FC Lorient 

Et enfin, il y a les autres. Les indécis, les fainéants, les satisfaits, les non dépensiers. Tous ceux qui restent paisiblement à leur place. A eux tous, ils représentent la majorité du public dans le stade. Alors que font-ils ? Et bien ils attendent en observant ce qu’il se passe autour de leur périmètre.
Bien souvent, ils observent le “show” proposé. Selon les sports et les clubs, celui-ci est plus ou moins attractif. 

Des fans qui attendent dans le stadeNYTIMES

Des fans qui attendent dans le stade

Une majorité qui représente un potentiel sous-exploité aujourd’hui

Imaginez, 20 000 personnes prêtent à vous écouter, à vous regarder, ou encore à participer. C’est un sacré potentiel non ? Actuellement, pour la majorité des cas, ces personnes restent inactives pendant la durée du break. Elles ne consomment pas, ne s’investissent pas non plus pour la simple et bonne raison que personne ne s’occupe d’elles.
C’est le constat flagrant que nous avons fait lors de nos différentes expéditions dans les stades en France.

La mi-temps c’est leur match. Leur moment de gloire, de participation, de passion et d’échange. 

Il faut faire en sorte que les spectateurs attendent la mi-temps avec impatience. Car ils deviennent à leur tour les acteurs de leur expérience. Ce sont eux les stars et personne d’autre. Pour les marques, il s’agit d’une audience disponible qu’elle peut facilement atteindre. L’objectif pour les clubs et leurs partenaires doit être de faire participer les fans à l’occasion de ce moment privilégié. Créer un engagement fort.
Comment me diriez vous ? Et bien voici quelques idées : proposer des jeux ludiques à grande échelle, créer de l’interaction via le speaker par des quizz notamment. Ou encore, créer de l’animation en réalisant des battles de tribunes.

 

En amont de cette article, nous avons interrogé notre entourage pour savoir quelles animations pouvaient-ils observer fréquemment dans un stade ? La majorité d’entre eux n’avait pas de réponse précise, cependant le concours de tir au but Orange en Ligue 1 tirait son épingle du jeu. La raison : cette animation existe depuis bien longtemps et elle est aujourd’hui ancrée dans l’esprit des gens. Mais cela ne veut pas dire que c’est ce que veux voir le public. 

Ne laissons plus le public patienter pendant les temps morts, et autres break, engageons-les. Passons à des animations grandeur nature, où tout le monde aurait une contribution.

 

Poursuivez le débat sur twitter 

Cet article était-il intéressant ?
Votre retour est le meilleur moyen d'améliorer nos contenus.
Oui, c'était intéressant0
Non, pas vraiment intéressant0

Au stade, je passe plus de temps à observer les animations, le comportement des fans et les actions du club que le match en lui même. J'aime le sport mais j'aime encore plus l'expérientiel. Qu'il soit dans le monde du commerce ou celui du sport business. | "Ceux qui essaient d'éviter l'échec, évitent le succès."

Fan expérience en France

Le SCO Angers va écrire un hymne officiel avec ses supporters

Le club angevin propose à son public de participer à l’écriture et à la sélection de la musique qui composeront l’hymne officiel du club pour la future saison.

Publié

le

L’hymne est un élément important d’un club, d’un pays, d’une équipe. À l’occasion de son centenaire, le club de football du SCO Angers lance un un challenge à tous ses fans : écrire un hymne officiel. 

 

Le club angevin vient de dévoiler il y a quelques jours ses nouveaux maillots pour la saison prochaine en Ligue 1 Conforama et la première image de la future tribune Saint-Léonard au cours d’une très belle cérémonie. Le SCO poursuit son dynamisme pour son centenaire avec une action de co-création avec ses supporters. 

Un hymne écrit par les supporters pour le centenaire

C’est le coeur du projet, l’écriture d’un hymne officiel par les supporters pour célébrer le centenaire du club. 
En effet, en octobre 2019, le SCO Angers fêtera ses 100 ans d’existence. À cette occasion, le club souhaite lancer avec ses supporters un chant qui rassemble, qui représente chaque angevin et qui transpire les valeurs communes.

Dès le 9 avril, les supporters ont pu sortir leur plus belle plume pour inscrire sur le papier leur amour pour le SCO et les paroles qu’ils aimeraient chanter au stade Raymond Kopa (18 752 places). Ce chant sera chanté lors de l’entrée des équipes sur le terrain. Ça promet un beau moment de communion. 

Les fans au coeur du processus de création

Qui de mieux pour écrire un hymne que ceux qui le chanteront par la suite ? Le futur hymne angevin va donc être écrit par les fans eux-mêmes. Le processus de création qui va durer environ 2 mois se présente sous plusieurs étapes.

L’appel à candidatures lancé depuis le 09 avril est maintenant terminé, les participants devaient envoyer leur texte par mail accessible via le site internet du club avant le 29 avril.
L’étape suivante est l’étude des textes reçus par des représentants des groupes de supporters. Les sélections seront ensuite soumises à un vote sur les réseaux sociaux du club.
Le texte qui emportera les suffrages sera ensuite associé à une musique, elle aussi soumise au vote des supporters. 

C’est une création 100% locale puisque c’est un artiste angevin, Jamie Gallienne qui proposera 3 versions de l’hymne. Le lancement de l’hymne est prévu pour fin mai. 

C’est une très bonne idée que cette co-création d’un chant pour les supporters. Le club étant maintenu sportivement, il peut sereinement aborder la préparation de la saison prochaine. Cette action va “occuper” les fans angevins en cette fin de saison où le club n’a plus rien à jouer. 

Cet article était-il intéressant ?
Votre retour est le meilleur moyen d'améliorer nos contenus.
Oui, c'était intéressant35
Non, pas vraiment intéressant0
Continuer la lecture

Social media

Follow us sur Twitter

Nouveautés