Suis-nous
Consommer cashless au stade Consommer cashless au stade

Fan expérience dans le monde

Le cashless à tout prix ?

La France est le pays européen avec le plus d’enceintes sportives permettant de payer de façon dématérialisée. Fluidité, source de revenus, collecte de data précieuse. Qu’en est-il de l’expérience du fan ?

Publié

le

Les paiements par carte sans contact, ou grâce à une application sur notre téléphone font de plus en plus partie de notre quotidien. Ces technologies “cashless” offrent un gain de temps et une facilité d’utilisation qui révolutionnent petit à petit notre expérience de consommateur.

Les enceintes sportives intègrent, depuis quelques années maintenant, ces technologies qui offrent de nombreux avantages à leurs exploitants. Mais qu’en est-il des fans ? L’expérience est-elle réellement améliorée grâce à la dématérialisation de la transaction ?

« Gwengampezh » le dispositif de paiement sans contact mis en place par l’EAG@EAGuingamp

« Gwengampezh » le dispositif de paiement sans contact mis en place par l’EAG

Cette solution a séduit de nombreux clubs en France, à l’image de la « Gwengampezh », le dispositif de paiement sans contact mis en place par l’EAG, de la “Sacrée carte” du Stade de Reims ou encore du système de l’ESTAC proposé à la rentrée pour n’en citer que quelques uns. Ces cartes, dont le support est souvent payant, permettent aux abonnés de créditer leur carte depuis chez eux pour remplacer leur porte-monnaie en jour de match.

De la fluidité et des revenus supplémentaires

Il semblerait que ces efforts payent !  La récente étude de PayinTech démontre de manière tout à fait intéressante les nombreux avantages du cashless dans 32 enceintes françaises : gain de temps pour les fans, opportunité de revenus supplémentaires pour les exploitants ou encore collecte de data pour mieux connaitre les habitudes des consommateurs.

Les avantages du cashless des stades en France

De façon mathématique, on peut facilement imaginer qu’être capable de servir beaucoup plus de fans grâce à la rapidité du cashless durant cette période précieuse que représente les 15 minutes de la mi-temps (15 minutes en football, 10 minutes en rugby), un moment privilégié des fans pour consommer au stade, peut considérablement augmenter les recettes des buvettes.

 “L’arrivée du cashless, intégré dans les cartes d’abonnés, a été une révolution culturelle au club”.

Franck Leloup, Stadium Manager de l’ACA

En effet, Franck Leloup, le Stadium Manager de l’AC Ajaccio révèle que le panier moyen du spectateur a été multiplié par trois au Stade François-Coty, pour passer à 7,69 euros par match.

On peut également ajouter à ces avantages la possibilité d’offrir des récompenses à ses fans en fonction de leurs types d’achats et lier le programme de reconnaissance des fans à cette fameuse carte.

Le revers de la médaille

Le manque de flexibilité paradoxal de ces technologies se doit néanmoins d’être souligné : souvent le fan non régulier ou non abonné n’est pas concerné par ce service, le support matériel de la carte est payant, le plafond minimum de chargement incite à consommer plus que nécessaire et les démarches pour récupérer l’argent restant sur la carte peuvent décourager… Tant de points qui peuvent créer des frustrations chez les fans, habitués à leurs vieilles traditions.

Il faut faire attention à ce que l’implantation d’un système de cashless ne soit pas perçu par les supporters comme un Big Brother ou un nouveau moyen pour le club de leur prendre de l’argent aux fans.”

Thomas Kouck, directeur général de Vente Privée Entertainment

Le point de vue trans-pacifique

En Nouvelle-Zélande, le cashless fonctionne très bien mais fait partie intégrante de la culture des locaux qui s’en servent pour tous leurs achats, pas seulement au stade. Le paiement sans contact par carte de crédit est la norme, cela prend littéralement 2 secondes pour régler. Pas besoin d’être abonné, de penser à charger sa carte avant le match, d’aller à un guichet spécial pour retirer son bracelet, ses jetons ou sa carte.

Et 9 caisses sur 10 sont équipées uniquement de machines à carte sans contact. Ceux qui veulent payer en cash le peuvent, mais doivent se rendre à une caisse spéciale. Un système qui profite à tous !

La Nouvelle-Zélande pourrait devenir complètement cashless d'ici 2028

La Nouvelle-Zélande pourrait devenir complètement cashless d’ici 2028

Faire les choses dans l’ordre

Le cashless est une technologie bien pratique, mais remettons les pendules à l’heure. Son but est de faciliter, fluidifier et encourager les fans à consommer au stade : boissons, restauration et articles de merchandising. Aujourd’hui, l’offre proposée en France est très loin de satisfaire les fans qui sont nombreux à consommer en dehors du stade, là ou les produits sont moins chers, plus diversifiés ou de meilleure qualité.

Alors avant de parler cashless, qui peut être un investissement lourd pour un club qui n’est parfois même pas équipé de machines à carte, quelques petits conseils “des basiques” peuvent améliorer l’expérience fan aux points de vente et potentiellement générer plus de revenus :

  • Optimiser les flux : il y aura forcément la queue à la mi-temps, éviter donc qu’elle n’entrave le passage pour circuler dans les coursives ou se rendre aux toilettes ;
  • Habiller les buvettes aux couleurs du club et proposer des panneaux/menus lisibles de loin pour que le fan puisse faire son choix avant d’arriver à la caisse ;
  • Événementialiser vos points de ventes : proposer des happy hours pour faire venir les fans plus tôt aux buvettes et des “recettes spéciales” lors de derbys, à Noël ou à la chandeleur par exemple ;
  • Mais surtout, proposer des produits de qualité ! En trouvant le bon équilibre entre le bon prix et le bon produit, le club gagnera en attractivité et vous pourrez sans doute concurrencer la saucisse frite tout aussi mauvaise mais moins chère en dehors de l’enceinte…

Le sandwich “Lance Flamme” des Cleveland Indians de MLB

 

Hot dog Churros atomique au Chase Field de Phoenix@Dbacks

Hot dog Churros atomique au Chase Field de Phoenix

 

Oui, on rêve tous de pouvoir BIEN manger au stade, peu importe qu’il s’agisse de payer en espèce ou avec son smartphone ! On ne va quand même pas laisser les américains nous surpasser sur ce point, nous sommes le pays de la gastronomie, tout de même.

Cet article était-il intéressant ?

Passionnée, supportrice et grande curieuse, j'ai à cœur de partager ma vision des événements. Convaincue du rôle central que les fans ont à jouer dans le développement du sport, je suis ravie de pouvoir mettre en lumière les bonnes pratiques qui peuvent servir d'exemple et d'inspiration à tous grâce à Fanstriker. Passionate, curious by nature, and a true fan, I like to share my vision about sport events. I am convinced that fans have a considerable part to play to develop the sport economy. Through Fanstriker I aim at bringing to light the best practices that can serve as an example or an inspiration.

Fan expérience dans le monde

Les assistants vocaux dans le sport sont-ils le futur de l’expérience fan ?

Les assistants vocaux sont de plus en plus tendance. Découvrez comment ces assistants virtuels sont et seront utilisés afin d’améliorer l’expérience fan.

Publié

le

Les assistants vocaux dans le sport

Il y a quelques semaines, la FIFA s’est interrogée sur comment tirer parti des assistants vocaux, cette nouvelle technologie qui se démocratise dans d’autres secteurs que le sport. De ce fait, l’autorité dirigeante du football mondial a lancé un hackathon. Nous nous sommes donc penché sur l’existence d’idées mêlant expérience fan et technologie vocale.

 

Le vocal, l’une des technologies qui va s’étendre largement d’ici les prochaines années selon plusieurs experts. Les possibilités sont nombreuses et cela nous laisse déjà rêveur pour améliorer notre quotidien dans la vie mais aussi au stade…
Les nouvelles technologies sont généralement une aubaine pour l’expérience fan. En effet, que ce soit la réalité virtuelle avec la PSG Experience au Paris Saint-Germain, la réalité augmentée, les hologrammes, les bots conversationnels et autres, ils commencent à arriver dans les clubs afin d’améliorer l’expérience du spectateur. Mais quid des assistants vocaux ?

Suivre les matchs, obtenir les résultats, connaitre des statistiques

Tout d’abord, les assistants vocaux tels qu’Alexa chez Amazon ou Google Home permettent aux utilisateurs de rester au contact de l’information la plus fraiche. Pour les fans de sports c’est la possibilité de suivre les résultats de leur équipe favorite presque sans action, en quelques mots. Ces assistants permettent également bien plus que cela.
En effet, il est possible en quelques secondes d’obtenir des statistiques précises instantanées et ou historiques. Pour les fans de baseball, il existe par exemple l’application Baseball Reference Alexa qui permet d’avoir des statistiques depuis 1871. Parmi les questions que le fan peut poser via cette application, il peut demander quel est le joueur le plus âgé ou le plus jeune en MLB, ou encore les trois meilleurs joueurs en strike outs en 1904…
À l’occasion des Jeux Olympiques d’hiver 2018 de Pyeongchang, France Télévision avait mis en place un système d’assistant vocal. Ce dernier nommé LiA permettait de donner les résultats en direct, le classement des médailles 24h/24. Un petit plus pour ne rien manquer de la compétition.

Ce système a aussi été mis en place par Arsenal FC. En effet, Arsenal est devenu dès 2017 le premier club de Premier League à utiliser les compétences d’Alexa afin d’améliorer l’expérience de ses fans. Via Amazon Alexa, les fans des Gunners résidants au Royaume-Uni et aux Etats-Unis peuvent ainsi avoir accès aux commentaires, aux statistiques, ou encore au score du match en live.

En France, c’est le FC Nantes qui fut le pionnier de cette technologie avec l’assistant Google. Développer par la start-up nantaise, BOTNATION AI. Le petit plus est que les fans interagissent directement avec les joueurs nantais. Mais il est aussi possible de répondre à un quiz sur l’histoire des Canaries, d’obtenir les résultats et les dernières actualités en disant simplement “OK Google, parler avec le FC Nantes”. Ce nouveau moyen de communication avait été mis en avant l’été dernier en révélant une des nouvelles recrues du club.

Un assistant vocal pour l’expérience matchday ?

Demain, les assistants vocaux pourront permettre aux fans de ne rien manquer d’un match. Plus besoin de se déplacer au stand de restauration pour commander ou remplir son verre, plus besoin de prendre le risque de manquer une action. Nous n’aurons même plus à regarder notre smartphone, nos yeux resterons sur ce qui compte le plus, le jeu.

Côté data, les données que les clubs vont pouvoir récolter seront précieuses afin d’améliorer et de personnaliser l’expérience de ses utilisateurs. Ceci est notamment déjà mis en place en MLB dans l’entre des Seattle Mariners. En effet, dans les espaces VIP du stade, il est possible de commander de la nourriture mais aussi bien de changer de chaîne TV ou de mettre de la musique grâce à l’assistant vocal Amazon Echo.

Autre exemple de l’usage du vocal, l’application nommée Catch Sports lancée par Turner Sports permet au fan à la maison de demander à Alexa des recommandations sur quel match regarder et sur quelle chaine celui-ci est diffusé.

Elargir son audience notamment en éduquant les néo-fans

Les assistants vocaux sont précieux en particulier dans la recherche d’informations (statistiques, résultats…). Mais ils peuvent aussi permettre d’améliorer l’expérience d’un fan novice en lui permettant de comprendre les règles et mots techniques liés à un sport. Ainsi, pour les play-offs de football américain en 2019, la NFL a permis aux nouveaux fans d’apprendre les termes spécifiques en demandant directement à Alexa. Cela permet de cibler une nouvelle audience telle que les non-américain. Rappelons que la NFL délocalise des matchs au Royaume-Unis chaque année pour élargir son audience en Europe notamment.

À l’inverse, nous pouvons voir dans le documentaire Sport Reporter “American History XV” diffusé il y a quelques mois sur Canal+ (accessible sur le replay mycanal.fr), que pour éduquer les américains présents au stade lors d’un match de Major League Rugby (MLR) et qui ne connaissent peut-être pas très bien ce sport proche mais différent du football américain, que le speaker explique les coups de sifflet de l’arbitre en direct. Les assistants vocaux permettent d’éduquer une audience plus large puisqu’il n’est pas nécessaire d’être au stade. Être devant son écran de télévision ou son smartphone suffirait.

Benjamin Stoll, le responsable de la stratégie digital du Bayern Munich voue un bel avenir aux services d’audio live. Ces services permettent de toucher les déficients visuels mais offrent aussi une nouvelle expérience aux fans.

“Actuellement, nous mettons en place une fonctionnalité sur nos sites web et dans notre application qui lit les articles et le site comme un service vocal. Un service qui répond donc à un besoin pour les malvoyants, mais offre également un nouveau service de commodité à tous les fans.”

Le vocal, pour offrir une expérience vraiment complète

Dans les sports automobiles et particulièrement en Formule 1, il est bien connu que les données statistiques sont d’une importance capitale dans la compétition pour les écuries. Mais elles le sont également pour les fans. James Cough, récent vainqueur du F1 Innovation Prize, a imaginé un Virtual Smart Assistant délivrant des datas personnalisées via une commande vocale et gestuelle. Le but est de permettre aux fans d’avoir accès à toutes les données qu’ils désirent, pas seulement pour voir ce qui se passe durant le course mais aussi comprendre ce qu’il voit. De la pédagogie liée à l’expérience. Plus le spectateur comprendra ce qu’il vit, plus il s’y intéressera.

“Grâce à mon application, je veux que les autres fans aient un aperçu de l’intérieur d’un sport qu’ils aiment. J’espère que mon idée permettra aux fans d’avoir accès à toutes les données qu’ils veulent, et qu’ils pourront les utiliser non seulement pour voir ce qui se passe, mais aussi pour comprendre pourquoi. Cela devrait permettre à un plus grand nombre de personnes de s’impliquer dans le sport.”

James Cough, vainqueur du F1 Innovation Prize

Cette innovation pourrait permettre à la F1 de transformer ses spectateurs occasionnels en véritable experts. Comme expliqué par Ross Brawn, le directeur technique et sportif de la F1, la Formule 1 souhaite démocratiser l’accès à la Formule 1 pour les fans en facilitant la compréhension des termes techniques notamment.

“Nous voulons faire tomber les barrières de la langue et du savoir-faire technique pour que plus de gens dans le monde entier puissent s’immerger dans le plus grand spectacle sportif du monde.”

Ross Brawn, directeur technique et sportif de la F1

C’est une nouvelle étape dans l’engagement des fans en Formule 1. Lewis Hamilton, quintuple champion de Formule 1, a notamment déclaré “les gens s’interrogent toujours sur le poids, le degré d’activité physique, la difficulté… Mais si vous pouvez utiliser les données pour vraiment expliquer ces paramètres et pourquoi c’est si difficile, je pense que cela va naturellement rendre les gens plus excités…”
Vinod Kumar, directeur général de Tata Communications (co-organisateur du F1 Innovation Prize), a quant à lui affirmé que cela allait permettre aux fans d’être encore plus impliqués dans le sport. Nous le croyons aussi.

L’assistant vocal pourrait aussi être utilisé dans le but d’améliorer l’expérience des fans déficients visuels. L’audio-description au stade existe déjà mais n’est pas présente dans toutes les enceintes. Les assistants virtuels pourraient permettre une meilleure accessibilité aux événements sportifs pour les personnes déficientes visuelles par exemple.

Le vocal laisse envisager de nouvelles façons de proposer du contenu à ses fans, en l’informant davantage sur l’événement sportif auquel il assiste. Développer cette technologie va très certainement enrichir l’expérience des spectateurs tout en les rendant plus investis. Nous pouvons imaginer que s’ils sont plus investis, ils auront tendances à s’engager davantage, à venir au stade plus fréquemment. Peut-être le plus gros avantage à long terme pour l’organisateur.

Cet article était-il intéressant ?

Continuer la lecture

Nouveautés