Suis-nous
Le nouveau logo du Nîmes Olympique ne durera pas Le nouveau logo du Nîmes Olympique ne durera pas

Fan expérience EN FRANCE

Nîmes et ses fans se réunissent pour créer un logo commun

Après un changement de logo qui ne passe pas auprès des fans, Nîmes Olympique va proposer à ses fans de s’investir sur la création d’un nouveau logo.

Publié

le

 

Ce qui est en train de se passer avec le Nîmes Olympique est typiquement un cas d’école en matière de fan engagement. Le changement de l’identité visuelle d’un club est un moment fort. Un tournant qu’il faut savoir prendre en relation avec ses supporters les plus fidèles au risque de se confronter à eux. 

 

Une confrontation, c’est un peu le quotidien du club Nîmois depuis le 14 juin dernier, date à laquelle le nouveau logo a été dévoilé au grand public. Un nouveau logo qui change, c’est le moins que l’on puisse dire. Le crocodile (emblème du club et notamment image de la mascotte) n’a pas perdu la tête mais plutôt son corps. La forme type blason a laissée place à un arrondi plus actuel. Enfin, la date de création du club et des feuilles de lauriers se sont ajoutées.

Quoi qu’il en soit, ce nouveau logo n’est pas du goût d’un bon nombre de fans du club. Et ces derniers le font savoir par tous les moyens. Même si certains l’apprécient, les mécontents sont plus bruyants. 

Les fans mettent en avant un design raté, un mélange de ringardise et d’amateurisme. Ils accusent le club de bafouer les 80 années d’histoire du club mais aussi de vouloir se tourner résolument vers l’avenir… en ayant travaillé dans le secret total sans même avertir les fans qui sont eux aussi garants de l’identité et de l’histoire du club.
Une pétition a même été lancée sur le net avec à ce jour plus de 1 700 signatures

Les fans veulent s’impliquer, le club Nîmois revoit ses positions 

Après plusieurs jours de contestations, le club est sorti du silence via un communiqué et propose aujourd’hui un appel à contribution à destination des fans pour la création de nouveau “nouveau” logo.
Un logo qui pourra si accord entre les différentes parties être officialisé cette saison ou la saison prochaine.  

Le communiqué du Nîmes Olympique

Nîmes Olympique Le communiqué du Nîmes Olympique

 

Lire cet article

 A LIRE ÉGALEMENT : INTERVIEW : Jordan ISEN, le community manager du Nîmes Olympique

 

Des exemples déjà plus ou moins réussis par le passé

D’autres clubs sont déjà passés par un changement d’identité visuelle avec plus ou moins de réussite. 
La Juventus Turin a annoncé qu’il allait changer son logo pour la saison à venir. Un nouveau logo plutôt réussi même s’il n’a pas non plus reçu que des encouragements de la part des fans. Mais l’histoire autour de cette nouvelle identité a été très bien menée par le club. 

Le changement de logo de la Juventus

Le changement de logo de la Juventus

Selon Rémi Suinot, un Graphic Designer qui est à l’origine de plusieurs logos de clubs professionnel, “la Juve sort un nouveau logo, un truc jamais vu, ça plait ou ça plait pas. Mais derriere c’est une grosse agence qui a bossé dessus, ils sont dans une stratégie marketing de luxe, développement de la marque sur vêtements et produits dérivés dans le monde. On va au delà du logo de club de foot.” Il y a donc un vrai fondement logique avec l’ambition du club. 
De plus, la transition s’est faite en toute simplicité, sur le site internet du club et les réseaux sociaux du club s’affiche encore l’ancien logo. Le nouveau apparait lui dans l’onglet “futur” qui explique en détail le travail de cette nouvelle identité.

Autre exemple plus engageant, avec celui du Toulouse FC. Pour les 80 ans du club, les fans et autres créatifs étaient invités à créer le blason du club pour marquer ce moment d’histoire.

Le club Toulousain avait pensé à tout : un site web dédié, des gains pour tous les participants (allant d’une place pour un match à un maillot, un ballon dédicacé, un abonnement et des expériences money can’t buy).

Le fan qui a décroché le graal était très fier de voir sa création sur les différents supports du club. Il est devenu un vrai fan impliqué en assurant la promotion du projet et du club à travers ses propres réseaux. Il a pu répondre à quelques interviews dans les médias locaux et ainsi expliquer son travail

Les clubs ont donc tout intérêt à investir leurs fans dans un tel tournant de leur histoire, à défaut de devoir gérer une multitude de mécontentements. Même si l’unanimité ne sera jamais vraiment respectée, il est important d’avoir la validation d’une majorité de fans.
C’est aussi un bon moyen de découvrir des talents qui peuvent par la suite collaborer avec le club selon leurs compétences.

 

Vous pouvez commenter ou partager l’article sur les réseaux sociaux. N’hésitez pas à passer nous voir aussi sur twitter 

Passionné de foot, puis passionné des sports avec un S, je suis devenu petit à petit un fan des gens qui vont au stade tous les weekends avec écharpe et maillot sur les épaules. J'admire leur investissement et je pense vraiment que les clubs doivent encore leur donner tant. Pour finir cette présentation, on a ajouté des phrases motivantes parce que nous sommes des personnes motivées, voici la mienne : "Ceux qui essaient d'éviter l'échec, évitent le succès."

Continuer la lecture
Publicité
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Fan expérience EN FRANCE

Le HSBC Paris Sevens, le festival du rugby à 7

La fête du rugby se tenait au stade Jean Bouin à Paris le weekend dernier avec le HSBC Paris Sevens. Un événement que nous apprécions tout particulièrement.

Publié

le

Paris 7s 2018

Cela fait maintenant 3 ans que chaque fin de mois de mai ou début de mois de juin est rythmé par le HSBC Paris Sevens au stade Jean Bouin à Paris. 

Nous avions déjà été séduits par l’édition HSBC Paris Sevens 2017 c’est donc naturellement que nous sommes revenus cette année au stade Jean Bouin pour prendre la température de cet événement du rugby à 7.

Le HSBC Paris Sevens en quelques mots 

Vous n’êtes peut-être pas un fan de l’ovalie alors une petite présentation de l’événement s’impose pour bien saisir le contexte. 
Le HSBC Paris Sevens est une étape du World Rugby HSBC Sevens Series. Un championnat international annuel de rugby à 7 organisé en plusieurs étapes dans plusieurs pays sous forme de tournoi opposant 15 nations (16 pour les hommes). Les nations masculines et féminines jouent à Paris le même tournoi. 

Pour ceux qui n’ont jamais eu l’occasion de voir à quoi ressemble du rugby à 7, c’est beaucoup plus dynamique que le rugby à 15. Les règles sont sensiblement les mêmes ou presque, le match se joue en deux fois 7 minutes et le terrain est à l’identique. C’est donc 14 minutes pleines d’actions, de tentatives, d’essais, de spectacle. Le spectateur n’a pas le temps de s’ennuyer car cela va vite, très vite même. 
Ce tournoi permet de découvrir des nations peu présentes dans le rugby à 15 comme l’Espagne, la Russie ou encore le Kenya.

Un mixte entre festival et événement sportif 

Le HSBC Paris Sevens a tout simplement des airs de festival. Nous avions parfois l’impression d’assister à un remake du festival We Love Green (le dernier festival en date à Paris), ce qui est plutôt positif. 
Alors pourquoi cet événement est si particulier ? Bonne question à laquelle nous allons apporter notre avis.

Il y a tout d’abord le concept du tournoi qui séduit. Plusieurs matchs avec plusieurs équipes internationales regroupant des hommes mais aussi des femmes cette année sur 3 journées du vendredi au dimanche. Ce format attire puisque le spectacle ne s’arrête pas qu’à une seule rencontre.

Ensuite gros avantage que nous avons noté également : la possibilité d’entrer et de sortir du stade à sa guise, contrairement à un événement sportif traditionnel où toute sortie est définitive. Un “circuit” a été mis en place par l’organisation pour permettre au public d’entrer d’abord dans le stade pour ensuite revenir sur le parvis où se trouve le village d’animations. Des allers et retours sont donc autorisés entre ces deux lieux. 

L'espace détente installé au coeur de la fan zone du Paris 7sFanstriker

L’espace détente installé au coeur de la fan zone en direction de l’écran géant

Le village et ses animations représentent l’un des gros atouts du HSBC Paris Sevens. Plusieurs stands proposent des activités auxquelles tous les publics peuvent participer (mur digital pour remporter un maillot, atelier maquillage, exercice technique de précision avec ballon (Technidrop), cible géante). Des foodtrucks et des stands de vente de produits dérivés partenaires sont également à disposition du public. 
Le Stade Français Paris qui est résident du Stade Jean Bouin pendant la saison, tenait un stand pour promouvoir ses abonnements. La mascotte Rucky se prêtait au jeu des selfies sur le stand.  

Nouveauté cette année, la FFR avait installé un terrain d’échauffement au coeur de la fan zone. Ce qui laissait la possibilité aux fans de prendre un verre ou de se restaurer devant la préparation des équipes. Ce côté immersif dans la préparation des joueurs(ses) procure au spectateur une sensation d’exclusivité.

Des enfants devant le terrain d'échauffementFanstriker

Des enfants devant le terrain d’échauffement

Face au terrain, se trouvait une longue table haute avec chaisesFanstriker

Face au terrain, se trouvait une longue table haute avec chaises

Autre avantage, les fans eux-mêmes, ils sont de vrais acteurs du show, de l’ambiance. Ils supportent leur équipe fièrement et bien souvent de façon originale. Le Sevens c’est aussi l’occasion pour eux de rencontrer des fans du monde entier et de partager cet amour pour la fête, la rencontre ou le rugby. 

Les vraies stars : les fans, le public

C’est souvent vrai mais au HSBC Paris Sevens ça l’est encore plus. La vraie star est dans les tribunes. Ces tribunes qui sont composées en partie de fins connaisseurs mais en majorité de non fans de rugby à 7 à 13 ou à 15 qui sont principalement là pour l’atmosphère qui règne dans cet événement. 

https://twitter.com/Paris7s/status/1005797703564124160

La vraie force du Paris 7s est qu’il attire autant des fans de rugby que des personnes étrangères à ce sport. C’est un événement où l’on se rend entre amis, en famille parce que l’on sait que tous le monde passera un bon moment. Un bon moment qui passera par le spectacle sur le terrain bien-sûr mais également par les animations et autres originalités des fans autour du jeu. 

La danse, la musique et les déguisementsFanstriker

La danse, la musique et les déguisements

Chaque année un thème est donné aux spectateurs. En 2017, les fans pouvaient voter entre 3 thèmes proposés sur les réseaux sociaux. Le thème de l’édition 2018 était Crazy rugby. Un thème guidé par la nouvelle charte graphique du HSBC Paris Sevens. 

Les fans sont donc venus pour beaucoup avec leur plus beau déguisement, des charentaises à la tenue complète en passant par le simple drapeau. Nous avons même pu retrouver des fans des éditions précédentes avec encore et toujours le même déguisement. Magique. 

https://twitter.com/MawOra_/status/1005742258828824578

Un très bon événement sur le plan des animations mais des questions sur l’affluence

Le stade n’était pas plein lors de ces 3 journées de compétition. La première journée aurait rassemblé entre 100 et 800 personnes. Tandis que les jours suivants ont été suivis par près de 15 000 fans (capacité 20 000 places). 
Sur les réseaux sociaux et dans certains médias, la question de la localisation du tournoi se pose. Certains estimant que ce type d’événement aurait davantage sa place dans une ville de Provence où la passion de l’ovalie y est forte. 
D’autres estiment qu’il y a des incohérences entre l’esprit du Paris Sevens et le comportement des organisateurs, notamment en terme de sécurité. En effet, plusieurs fans déguisés se sont vus parfois interdire l’entrée car leur attirail n’était pas autorisé. Le fan des Blitzboks (le nom de l’équipe à 7 d’Afrique du Sud) qui apparait dans la vidéo plus haut n’a pas pu pénétrer dans l’enceinte avec l’ensemble de son déguisement le premier jour. Le fameux “mec en slip” qui participe pleinement à l’ambiance en tribune rencontre régulièrement des problèmes. C’est donc frustrant pour le fan qui fait l’effort de s’habiller (ou de se dévêtir pour certains) pour l’occasion et de se voir refuser l’accès.
C’est quelque peu contradictoire avec la volonté de remplir son stade et de proposer une ambiance intéressante. 

L’édition HSBC Paris Sevens 2018 confirme notre approche de la précédente édition qui fait de cet événement une référence en matière d’expérience fan. Il reste l’un de nos événements préférés.
Retrouvez notre album photo de la journée de dimanche ci-dessous. 

https://www.facebook.com/media/set/?set=a.2059552054367369.1073741835.1698983043757607&type=1&l=9a958be7c2

Vous y étiez ? Vous avez apprécié le tournoi ? 

Continuer la lecture

Nouveautés