Suis-nous
Grand prix d'Amérique édition 2019 Grand prix d'Amérique édition 2019

Fan expérience en France

Le show à l’américaine à l’hippodrome de Vincennes

Chaque année, le Grand Prix d’Amérique est considéré comme l’événement le plus attendu par les fans de courses hippiques. Retour sur ce show à l’américaine.

Publié

le

Comme chaque dernier dimanche de janvier, l’hippodrome de Vincennes accueille le Grand Prix d’Amérique. Un événement grandiose, digne des plus beaux shows à l’américaine.

 

Ce fut une première pour nous de couvrir un événement hippique et quelle chance de commencer par l’un, voire le plus grand d’entre eux. La 98ème édition du Grand Prix d’Amérique a été un show impressionnant aux couleurs des Etats-Unis. 10 courses spectacle et 7 courses de groupe ainsi que plusieurs animations se sont succédées entre l’ouverture des portes à 11h00 jusqu’à la fin de journée vers 18H45. Les 36 176 spectateurs ont été gâtés par le spectacle sur la piste mais aussi en dehors.

Pour les moins connaisseurs, le Grand prix d’Amérique est un événement qui existe depuis 1920 et qui rassemble sur la piste les 18 meilleurs chevaux de la planète sur une course d’une distance de 2 700 mètres avec une moyenne de 50,6 km/h. Cet événement est regardé dans le monde entier.

La société organisatrice Le Trot propose régulièrement des invitations au grand public via des campagnes ciblées sur les réseaux sociaux pour qu’ils puissent prendre goût à cet environnement. Nous avions assisté à un précédent Grand Prix à Vincennes en fin d’année 2018, une course moins splendide que celle du jour mais qui nous a permis de voir le lieu dans deux configurations.
Alors que retenons-nous de cet événement ? Réponse ci-dessous.

L’une des animations en libre service dans l’Hippodrome de Vincennes

Des machines à parier vraiment partout

Dans les coursives de l’hippodrome, les animations sont nombreuses et relativement variées. Mais s’il y a bien “une animation” que l’on ne pouvait pas louper, c’était bien celle des paris sportifs. En effet, les bornes sont omniprésentes, des coursives de l’hippodrome, jusqu’au restaurant en passant par le centre des médias. Des panneaux avec les mentions « Jouer c’est facile », « Apprenez à parier ! » et une énorme affiche avec la super tirelire de 2 millions d’euros incitent les visiteurs à parier. Et si par quelque hasard que ce soit, vous ne voyez pas ces affiches, il y aura toujours les hôtesses PMU qui passent dans les coursives afin de prendre vos paris directement via leur tablette.

Tout au long de la journée, les bornes ont été prises d’assaut. Les spectateurs, les organisateurs, les journalistes, tous ou presque y sont allés de leurs paris avec plus ou moins de réussite selon les courses. Au total, le Grand Prix d’Amérique 2019 a représenté 29,7 millions d’euros d’enjeux. C’est la course la plus jouée par les parieurs en France. Le PMU a mis en place à l’occasion du Grand Prix d’Amérique une “super tirelire” du Quinté+ de 2 millions d’euros.

Le speaker incitait lui aussi aux paris de façon parfois subtile. Par exemple, il annonçait « plus que 3 minutes pour parier » au lieu de simplement dire « plus que 3 minutes avant le début de la course ». Une petite subtilité qui n’est pas anodine et démontre l’objectif de l’organisation à amener les visiteurs au pari.

Une idée intéressante par PMU : l’école des paris

Dans les coursives de l’hippodrome, nous avons été interpellés par un stand où des animateurs PMU réalisaient une présentation à des spectateurs très attentifs. En effet, il s’agissait du stand de “L’école des paris”. Le but de ce stand est de présenter en quelques minutes, à des novices, les bases pour réaliser un premier pari. Mais aussi de présenter les différents paris possibles : un simple, un combiné, un multiple, etc. Le tout en rappelant les règles et les risques entourant les paris sportifs.

À travers cet atelier qui est proposé sur plusieurs grandes courses hippiques du territoire, PMU souhaite séduire un nouveau public, notamment les jeunes. En fin d’atelier, les animateurs offrent un pari gratuit d’une valeur de 1€ pour transformer la présentation théorique en pratique.

Les nombreuses offres de restauration

L’événement dure plusieurs heures (ouverture des portes à 11h00, la dernière course étant à 18h45) les offres de restauration étaient donc nombreuses. En effet, avec 40 000 personnes attendues, il était nécessaire d’avoir des points de restauration aussi nombreux avec des offres diverses. Pour le Grand Prix d’Amérique, il fallait évidemment manger “à l’américaine”. Il y avait donc de multiples stands de hot-dogs, de sandwichs, de crêpes et de gaufres, ou encore de bonbons.

Comme dans de plus en plus de stades de rugby, des “désoiffeurs” chargés en bière étaient quasiment tout aussi nombreux et importants que les hôtesses PMU. On pouvait trouver aussi sur les tables des spectateurs de petites bouteilles de vin pour le côté français.

Dans les étages de l’hippodrome se trouvait le restaurant panoramique, un lieu très chic avec une magnifique vue sur la piste.

La vue sur la piste via le restaurant panoramique

La vue sur la piste via le restaurant panoramique

Un show d’ouverture attendu par tous les spectateurs

Le grand moment de ce Grand Prix d’Amérique à l’hippodrome de Vincennes est sans aucun doute le show de lancement. Quelques minutes avant 13h00, la piste devant la tribune est prise d’assaut par les cascadeurs de Mario Luraschi (cascadeur équestre italien et dresseur de chevaux pour le cinéma). Des Cow-boys sur de beaux chevaux réalisant des figurent enchantent le public.
C’est ensuite les motards de Harley Davidson qui entrent sur la piste pour défiler avec l’ensemble des artistes (danseuses, échassiers, mascotte) et un Monster truck. Des motos que les spectateurs pouvaient retrouver en exposition après le show.
Pour clôturer ce spectacle, la présentation des 18 drivers avait des airs d’entrée des joueurs de football dans un stade pour une finale.

Autre défilé, celui de la Garde Républicaine, juste avant le début de la course principale du Grand Prix d’Amérique vers 16h00.

Dans les coursives intérieures, il y avait quelques animations pour tous les publics : deux animations en réalité virtuelle très prisée par les enfants. Équipés d’un casque de VR, ils pouvaient piloter un cheval sur un sulky (voiture des drivers). Quelques photocall pour réaliser des photos en se glissant à la place des drivers ou encore les espaces que nous avions déjà remarqué lors d’une précédente visite à l’hippodrome : l’exposition “Le trot dans le rétro” où plusieurs ateliers partagent l’histoire de ce sport.

Une animation permettait d’être le commentateur d’une course, mais celle-ci n’était pas en fonction. C’est l’opportunité de vous partager notre avis sur les commentateurs de l’événement. Ils sont très impressionnants, ils ont un débit si dynamique qu’ils donnent beaucoup de rythme et de suspense à la course. Un vrai challenge que de s’amuser à faire aussi bien qu’eux.

Pour les personnes qui souhaitaient être plus détendues, il y avait un espace cosy ouvert à tous à l’étage. Ses occupants avaient la possibilité de suivre les courses dans des fauteuils devant un écran géant tout en profitant des stands de restauration et des hôtesses PMU pour réaliser leurs paris.

À l’extérieur, Harley-Davidson partenaire de la course exposait quelques-unes de ses motos aux côtés des deux foodtrucks présents. Non loin d’un podium sur un truck américain où les spectateurs pouvaient répondre aux questions d’un animateur pour remporter un sac contenant quelques goodies du Grand Prix d’Amérique. Le quiz portait sur le monde hippique, avec par exemple des liens entre le cinéma et sport hippique.

Des drapeaux de l’événement, de la France et des États-Unis ainsi que des mains vertes géantes PMU étaient distribués gratuitement aux spectateurs.

Un événement accessible pour tous les publics

Le public du Grand Prix d’Amérique est relativement varié. C’est ce qui nous a le plus marqué je pense, cette diversité des âges, des classes sociales, des profils.
C’est un événement que nous allons voir par curiosité en famille, par passion pour les chevaux ou par goût pour les paris hippiques pour les habitués. À noter, une grande majorité d’hommes tout de même.
Côté billetterie, contrairement à ce que nous avions imaginé, les tarifs d’entrés étaient très abordables. Le billet simple était de 6,80€ pour le Grand Prix d’Amérique, 10€ avec le parking. Pour les enfants (jusqu’à 18 ans), l’entrée était gratuite. Le prix des billets était certainement aussi bas afin d’inciter, encore une fois, les spectateurs à parier et à consommer sur place.

Pour cette édition, l’association SOS Autisme France, était mise en lumière. Dans le cadre de cette opération de mécénat, la recette des entrées du dimanche 27 janvier 2019 à Vincennes Hippodrome de Paris ainsi que les bénéfices liés à la vente d’un tee-shirt collector imaginé par Philippe Geluck (connu pour son Chat) ont été reversés à l’association. Une belle opération.

Un événement hippique, une bonne source d’inspiration

Ce que nous trouvons particulièrement intéressant avec les événements hippiques, c’est le fait que le spectateurs sait dès lors qu’il franchit les portes d’entrées, qu’il va dépenser quelques euros. Tout le système est pensé pour l’inciter et l’accompagner dans ses paris.
C’est aussi l’un des rares sports que l’on peut suivre en tribune à l’extérieur ou en intérieur sur les nombreux écrans présents dans l’enceinte. Finalement, les puristes passaient peut-être plus de temps dans les zones de paris et devant les écrans qu’en tribune.

La fréquentation sur l’hippodrome de Vincennes était plus faible pour cette édition (36 176 spectateurs) qu’elle l’était en 2018 (38 100 spectateurs). La météo qui n’était pas vraiment au rendez-vous et le contexte actuel que traverse le pays sont sans doute des raisons qui peuvent expliquer cet écart.
Cela nous fait penser qu’organiser ce type d’événement sur une période plus propice à une meilleure météo apporterait sans doute plus de public. En effet, les animations en extérieur étaient quelques peu délaissées par les spectateurs par rapport aux animations en intérieur.

L’un des points négatifs de cette journée aura probablement été l’accès à l’hippodrome. Décrite comme “une vraie galère” par Équidia, il fallait s’armer de patience pour franchir en 40 minutes les 3 km autour du périmètre sur les coups de 11h00.

Cet article était-il intéressant ?

Sportif et fan de sport, l'ambiance dans les stades m'a toujours passionné. Voir comment un bon match peut devenir une expérience inoubliable grâce à l'ambiance et à l'expérience vécue dans les gradins me donne des frissons. C'est pour vous partager ces émotions que je vous écris.

Continuer la lecture
Publicité

Fan expérience en France

Immersion dans la tribune Crazy à Paris La Défense Arena avec le Racing 92

L’expérience de la tribune Crazy pour les matchs du Racing 92 est unique. Destinée principalement aux étudiants, elle propose de nombreuses animations.

Publié

le

Comme son nom l’indique, la Tribune Crazy était bien folle lors de notre visite pour le match de Top 14 entre le Racing 92 et Agen. Une idée imaginée par l’agence Les Créateurs d’Émotions pour le Racing 92 à la Paris La Défense Arena.

 

Pour les matchs du Racing 92 à Paris La Défense Arena, les visiteurs peuvent vivre plusieurs expériences en tribune. Ces expériences sont proposées à des publiques précis. Le 12 octobre dernier, nous avons testé la tribune Crazy, une tribune spécifique pour les étudiants. Une idée imaginée par l’agence Les Créateurs d’Émotions.

Une tribune avec des animateurs pour ambiance vraiment crazy

La Tribune Crazy a été lancée en décembre 2018 à Paris La Défense Arena, elle peut accueillir jusqu’à 800 personnes mais l’espace disponible en coursive ne permet pas d’accueillir la totalité des spectateurs dans cette tribune.
L’idée est inspirée des fans du rugby à 7 au Japon qui viennent au stade déguisés dans le seul but se défouler et de passer un bon moment. L’ambiance dans les stades de rugby à 7 au Japon ressemble en partie à ce que nous pouvons voir en France chaque année avec le Paris Sevens.

 

La tribune Crazy s’adresse principalement aux étudiants. Deux offres sont proposées, une offre à 10€ pour les BDE via un bon de commande passé par l’association étudiante, ou un tarif unique à 15€ la place (19€ pour les matchs de gala).

L’expérience Crazy débute bien avant le match, dès l’entrée dans l’enceinte. Quatre animateurs sont présents pour animer le groupe de visiteurs. Ils organisent des petits jeux dans un espace dédié dans les coursives, dans le but de faire monter l’ambiance. Les participants peuvent ainsi réaliser des challenges tels que « Paye ta pizza » dont le but est de manger une part de pizza le plus vite possible ou encore le challenge « I’m seau man » où les participants doivent faire un beer-pong en lançant la balle dans les gobelets attachés sur la tête de leurs coéquipiers. Une activation drôle et engageante auprès des participants rappelant les animations des clubs de vacances. Des tables de beer pong sont également en libre service en plus d’un accès privilégié au bar, qui est souvent pris d’assaut par les membres.

L'animation d'avant-match "I'm seau man"

L’animation d’avant-match “I’m seau man”

Des tables de beer pong à disposition

Des tables de beer pong à disposition

Afin d’inciter les spectateurs à arriver le plus tôt possible dans l’espace dédié à la Tribune Crazy, les 50 premiers arrivés reçoivent un billet de tombola permettant de gagner un maillot du Racing 92. Une chance sur 50 de remporter un cadeau, c’est plutôt intéressant pour les participants.
Autre avantage de faire partie de cette tribune, l’offre de consommation de 2 bières achetées la 3ème offerte. Une offre qui semble bien satisfaire le public concerné.

L'entrée de l'espace Crazy en coursive

L’entrée de l’espace Crazy en coursive

Quelques minutes avant le début du match, les animateurs invitent les visiteurs à se rendre dans la tribune dédiée, la fameuse tribune Crazy.
Les animateurs sont les garants de l’ambiance de cet espace. En coursive ou en tribune, ils donnent de la voix pour animer, ambiancer, parfois avec leurs mégaphones les spectateurs. Ce sont les premiers à lancer des chants en faveur du Racing 92. Ils arrive aussi qu’ils donnent le mégaphone aux spectateurs afin de les engager, pour qu’ils lancent eux-mêmes les chants. Une fanfare également présente dans cette tribune le long des escaliers donne une valeur ajoutée à cette ambiance. Ce qui en fait certainement la tribune la plus animée et bruyante de l’Arena.

La fanfare met l'ambiance dans la Tribune Crazy

La fanfare met l’ambiance dans la Tribune Crazy

Au moment du break de la mi-temps, tout le monde se retrouve en coursive dans une ambiance musicale (ambiance disco ce jour là). Certains rechargent leurs bières, profitent des tables de beer-pong, puis d’autres se rassemblent et discutent.

Après la rencontre, c’est direction la très bonne Bodega en bord de pelouse pour finir la soirée aux côtés des autres spectateurs.

Des challenges pour devenir le Crazy King

Le King de la Tribune Crazy

Le King de la Tribune Crazy

Pendant toute l’expérience au stade, les visiteurs peuvent réaliser plusieurs challenges. Ces challenges permettent de cumuler des points (100 points pour les vainqueurs d’un challenge et 20 pour les autres participants). Il n’y a pas de perdants donc puisque tous les participants obtiennent des points. Ils peuvent aussi gagner des points en mettant l’ambiance dans la tribune et en étant le plus crazy possible. En plus des points, des cadeaux (casques audio, etc.) sont aussi mis en jeu.
Le spectateur qui obtient le plus de points à la fin du match est nommé King de la tribune Crazy. Un titre honorifique qui lui offre une place pour le prochain match à domicile + 5 invitations. C’est pendant ce prochain match qu’il sera chouchouté par les animateurs avec des macarons, des bonbons, etc. Il recevra également un maillot du Racing 92 avec un flocage au choix.

Une expérience originale qui attire et sait convaincre les  jeunes

Cette tribune Crazy est relativement intéressante, car elle s’inspire de plusieurs pratiques dans les centres de vacances, les bars, les colonies, les soirées entre amis. C’est ce qui la rend si attrayante. Ainsi, le spectateur se sent guidé du début à la fin dans une ambiance festive et chaleureuse. C’est un bon moment partagé avec des amis autour d’un match de rugby qui permet également la rencontre avec d’autres visiteurs.

“Je ne connais aucune règle du jeu mais j’adore.”

Un spectateur de la tribune Crazy

Pendant le match, nous avons d’ailleurs entendu une phrase intéressante d’un jeune spectateur qui semblait bien profiter de son expérience en chantant et rigolant avec les autres. Ce jeune disait : “je ne connais aucune règle du jeu mais j’adore“. C’est un peu un symbole de cette tribune. Des jeunes étudiants majeurs (la tribune étant réservée aux personnes majeures) n’étant pas nécessairement des fans de sport ou de rugby et qui parfois ne connaissent même pas les règles du jeu mais qui passent un bon moment entre amis. Des garçons et des filles qui s’amusent et amusent par la même occasion l’ensemble du stade.

Paris La Défense Arena et le Racing 92 ont effectué des partenariats avec plus de 65 écoles de la région parisienne. Ce qui représente plus de 7 000 étudiants présents en tribune Crazy sur l’ensemble de la saison dont 5 matchs SOLD OUT dans la tribune Crazy.

La Tribune Crazy se révèle être un best practice en matière d’expérience fan mais qui nécessite cependant des installations adaptées, de bons animateurs qui sont les principaux acteurs de la réussite de cette offre et une densité d’étudiants suffisamment importante dans sa région.
L’offre Tribune Crazy fonctionne de mieux en mieux à Paris La Défense Arena, bien qu’elle manque encore un peu de notoriété auprès des étudiants parisiens. Un plan de communication soutenu et bien ciblé sur les réseaux sociaux devrait aider à gagner en visibilité auprès du public visé par cette offre.
Nous verrons probablement d’autres tribunes Crazy se développer prochainement dans les différents stades en France. L’agence événementielle Les Créateurs d’Émotions à l’origine de ce projet, semble être déjà convoitée par d’autres acteurs sportifs pour développer cette idée. C’est une bonne chose.

Cet article était-il intéressant ?

Continuer la lecture

Nouveautés