Suis-nous

Fan expérience en France

Un escape game au Parc des Princes à Paris

Après Lyon c’est au tour du Paris Saint Germain de proposer son escape game.

Publié

le

C’est l’une des grandes modes du divertissement de ces dernières années, l’escape game est de plus en plus proposé dans des lieux inédits. Les clubs s’y mettent également, après Lyon c’est au tour du Paris Saint-Germain de le proposer.

L’escape game (jeu d’évasion en français), est un jeu grandeur nature consistant à résoudre une énigme  durant un temps limité. Le lieu peut varier selon l’organisateur dans le but de plonger ses participants dans un univers totalement inédit. Cette aventure se partage régulièrement en groupe, permettant de s’amuser entre amis ou de renforcer des liens entre collaborateurs professionnels lors de team building par exemple. Depuis 2013, de nombreux escape game ont vu le jour. Aujourd’hui, on dénombre 300 établissements et 600 scénarios différents.

Le stade, un outil extraordinaire

Une mise en scène et un décor atypique permet de mettre en immersion les participants. Aujourd’hui, deux clubs en France innovent et proposent de découvrir de l’intérieur leur stade grâce à ce jeu d’évasion grandeur nature.
Le premier a avoir mis en place ce type d’activité est l’Olympique Lyonnais au Groupama Stadium qui a lancé cette animation depuis février 2017. Ils ont tout de suite compris que le stade pouvait être un moyen d’augmenter les revenus hors match day et mais aussi sa notoriété pour les non-fans de football. Nous connaissons les musées (comme la réussite marketing du musée du Camp Nou), les visites du stade, la boutique mais aujourd’hui l’escape game peut représenter un formidable levier économique pour les clubs mais aussi une animation innovante et ludique pour les spectateurs de tout âge. Cette activité permet de découvrir des endroits encore inconnus des spectateurs et d’ajouter de l’interactivité entre le club et son fan.

Le billet pour participer commence à un prix de 35€ et est dégressif selon le nombre de participants, il ne semble pas y avoir d’offre pour les enfants.
Plus d’informations sur l’escape game au Groupama stadium : http://www.groupama-stadium.com/escape-game/

Inside PSG, l’escape game du Parc des Princes

Les franciliens, fans ou pas du PSG, auront la chance de découvrir le Parc des Princes à travers un jeu immersif et énigmatique qui ouvrira ses portes le 16 décembre 2017 jusqu’au 10 février 2018.
Si le succès opère, le Parc des Princes prolongera l’expérience. Le club mise sur 90 000 inscriptions sur les deux premiers mois selon l’Équipe.

L’intrigue que propose le Paris Saint-Germain : vous êtes dans la peau de journalistes se trouvant en conférence de presse d’avant match. Une étrange disparition survient au Parc des Princes et vous devez résoudre ce mystère en 90 minutes.
Le petit plus : aucun parcours n’est fléché, chaque participant peut vivre sa propre expérience. Ainsi, cette activité mènera les participants dans les espaces emblématiques du stade : bord de pelouse, loges, salon Privé Emirates, tribunes, zone mixte, couloir des joueurs, vestiaires, salle de conférence de presse.

“L’idée est de faire connaître le Paris Saint-Germain en dehors du strict domaine des terrains de foot.

Fabien Allègre, directeur merchandising, développement et diversification du PSG
au Parisien

Les tarifs sont abordables (à noter, moins cher qu’à Lyon), le billet adulte est à 27 € et le billet enfant est de 22 €. Une activité qui n’est finalement pas excessive pour une expérience inédite. Il a des chances que les premiers intéressés soient les fans du club eux-mêmes mais pas seulement et ceci est très intéressant pour le club dans sa quête perpétuelle d’un nouveau public.
Plus d’informations sur l’escape game au parc des Princes : https://www.inside-infos.fr/psg/

Chez Fanstriker, on y voit un bon moyen d’ouvrir son stade en semaine, lorsqu’il n’y a pas de matchs. C’est un premier pas vers un stade qui doit devenir un réel lieu de vie du quotidien et non plus seulement un lieu fermé au public 90% du temps.

Cet article était-il intéressant ?

Passionné par le sport, je m'intéresse aux différents événements sportifs, à la façon dont le spectateur est pris en compte et aux nouvelles tendances. La petite citation qui me caractérise : « Il faut prendre le changement par la main avant qu’il ne vous prenne à la gorge ». Churchill

Fan expérience en France

The Third Shirt, un tatouage comme 3e maillot pour les fans du Red Star FC

The Third Shirt, un tatouage éphémère pour les vrais fans au prix que chacun voudra lui donner en guise de 3e maillot pour le Red Star FC.

Publié

le

The third shirt par le Red Star FC

Le club du 93 a sorti une nouvelle campagne intitulée The Third Shirt. Une communication originale du Red Star FC pour faire la promotion d’un maillot Third qui n’est en réalité pas un maillot.

 

C’est aujourd’hui une pratique totalement dans l’air du temps pour les clubs sportifs que de dévoiler une nouvelle tenue avec style et originalité. Le Red Star FC s’est inspiré de cette pratique pour dévoiler non pas un maillot mais… un tatouage du logo du club. Le tout avec une communication bien menée. 

Un Third qui n’est pas un maillot

The Third Shirt, c’est le nom de cette campagne réalisée par le Red Star FC et imaginée par l’agence BETC, l’agence avec qui le club avait déjà réalisé le lancement de ses maillots domicile et extérieur, en les dévoilant sur Google Street View. 
Le maillot Third est le 3ème du club, ce maillot est très régulièrement considéré par les supporters comme le “maillot marketing” car il casse régulièrement les codes historiques du club de par son style ou ses couleurs. Les gros clubs de football en Europe qui sont équipés par Nike bénéficient cette saison d’un maillot vintage, qui plait aux fans, mais ce n’est pas toujours le cas. 

Cette fois-ci, le club de Saint-Ouen se positionne comme un fervent supporter de ses propres supporters, en mettant en avant le fait que dans le football, ce maillot Third ne répond généralement à aucune nécessité sportive, mais plutôt une tentation commerciale. Une philosophie qui ne correspond pas à celle du Red Star FC et à ses valeurs de club populaire.

“Nous voulions envoyer un message fort à nos supporters et au monde du foot en général. Oui, nous sommes un club professionnel. Oui, nous évoluons, nous transformons le club. Mais nous n’oublions pas pour autant les valeurs fondatrices qui sont les nôtres. C’est ça que raconte le Third Shirt. Comment être un club de football en 2019, sans se couper de sa culture populaire.”

Patrice Haddad, le président du Red Star FC.

C’est dans une belle vidéo de moins de 50 secondes que le club rend hommage à ses fans les plus fervents. Dans cette vidéo, c’est d’ailleurs la voix rauque de Dani, fan historique du club qui narre le storytelling.
Un dispositif complet accompagnera le lancement du Third Shirt. Avec notamment une campagne d’affichage avec les supporters placardée dans les environs du stade.

Un tatouage éphémère qui n’a pas de prix

The Third Shirt est donc une campagne qui ne propose pas un 3e maillot mais un tatouage éphémère. Un tattoo disponible à la vente sur le site et au stade Bauer lors des matchs à domicile. 
Ce tatouage, vendu comme “le maillot du 12e homme” est à apposer sur le cœur, faisant écho à la devise du club : Notre Cœur Notre Force.

Mais la particularité est que The Third Shirt n’a pas de prix. Il a le prix que chacun voudra lui donner. Sur le site internet du club, le tatouage peut être acheté en échange d’une somme d’argent allant de à,50€ à 2€. 

Le tatouage est disponible au stade et sur le site@REDSTARFC

Le tatouage est disponible au stade et sur le site

Une campagne qui oublie cependant les femmes, les spectateurs et les autres 

Le moins que l’on puisse dire sur cette campagne de communication est qu’elle vise à toucher les fans, les ultras, “les plus fervents supporters, les vrais fans qui ne portent rien au stade, torse nu, été comme hiver”. Mais à l’heure où la segmentation du public dans les stades est de plus en plus importante pour répondre aux besoins et exigences de chacun, une partie de ce public semble avoir été oublié dans cette campagne. 

En effet, les femmes sont les premières oubliées, ne figurant pas dans cette campagne et ne pouvant pas arborer le tatouage sur le torse au stade comme les hommes de cette vidéo. Le grand public, les enfants et les adultes, qui ne chantent peut-être pas, ou ne regardent pas le match debout, et encore moins torse nu semblent eux aussi exclus de cette communication. 

 

Ceci est probablement un choix du Red Star FC que de ne cibler que ses plus grands fans à juste titre ou non, mais n’oublions pas que le club de Saint Ouen est un des clubs les plus populaires de notre territoire. Une organisation qui souhaite apporter bien plus que du football à sa communauté à travers des actions engagées dans l’ADN du club.

Cet article était-il intéressant ?

Continuer la lecture

Nouveautés