Suis-nous

Fan expérience dans le monde

URef, une application qui permet aux fans de noter les arbitres

URef permet aux fans de football anglais de noter les arbitres de Premier League selon un ensemble de données statistiques.

Publié

le

De nos jours, tout est question de notes pour se faire un avis sur un repas, un restaurant, un joueur ou… un arbitre. Uref, une application d’une start-up australienne, offre la possibilité de noter les arbitres de Premier League grâce à de multiples données et permet ainsi aux fans de faire entendre leur voix sur la question de l’arbitrage.

 

Lorsque l’on pense à un match, nous oublions souvent que l’arbitre fait partie intégrante du jeu. C’est pour cette raison que deux australiens ont imaginé un concept digital intéressant.
URef est une toute jeune application en Angleterre, téléchargeable sur l’App Store ainsi que sur le Play Store et qui compte déjà plus de 10 000 téléchargements. Elle a été élaborée par deux fondateurs australiens, Jack Atkinson & Nathan Derriman. URef se positionne comme la plateforme digitale qui permet aux fans de décrypter les statistiques et décisions des arbitres du championnat de football anglais. Elle offre la possibilité de noter et donc de classer ces acteurs décisifs du match.

Assister plutôt que critiquer

Qui n’a jamais abusé du réseau social Twitter pour déverser sa frustration face à une décision, souvent considérée comme injuste, prise par l’arbitre contre votre équipe favorite ? C’est à partir de ce phénomène que les deux fondateurs australiens ont eu l’idée de canaliser toutes ces critiques grâce à une application qui propose des statistiques précises, comme le nombre de cartons distribués dans la carrière de l’arbitre ou encore le nombre de coup francs attribués, et permet aux fans d’exprimer leurs pensées de manière constructive. Les supporters jugent ainsi les décisions clés d’un match et participent à l’évaluation de l’arbitre. Un algorithme est même programmé pour éliminer les notations trop extrêmes et répétitives pour conserver un ensemble équitable de retours d’utilisateurs.

https://twitter.com/URef_Official/status/1098813354624221189?s=20

Les différentes fonctionnalités de cette application

Comme la plupart des applications de suivi de match en direct, les scores et les statistiques des équipes sont affichés. Celles de l’arbitre y apparaissent aussi, ce qui permet de suivre sa “côte” en direct. Les utilisateurs peuvent également interagir face aux décisions prises par l’homme ou la femme au sifflet. Avant la rencontre, l’interface partage des informations sur les matchs précédents aux utilisateurs, de façon à ce qu’ils puissent se faire une idée sur l’issue de la rencontre à venir.

Pendant ou après le match, les fans notent l’arbitre à l’aide d’une jauge qu’il doivent déplacer selon la note attribuée. Ce sont ces votes qui vont permettre d’établir le classement général des arbitres référencés.

Après ou avant la notation, une fonction Fan Jury permet d’exprimer son opinion sur toutes les décisions controversées grâce à des systèmes d’engagement via des questionnaires et des sondages.

Le classement des arbitres est fonction des notes des utilisateurs mais également selon le nombre de coups-francs, cartons jaunes, cartons rouges ou buts attribués tout au long de leur carrière. Plus subtil, il existe un classement des arbitres les plus « favorables » pour son équipe favorite, en fonction du nombre de matchs que celui-ci a arbitré corrélé au nombre de victoire pour l’équipe du fan.

Des chiffres à utiliser à bon escient

« La statistique est devenue un standard, elle sert de caution à ceux qui interagissent à travers le sport » estimait Matthieu Lille-Palette (Opta) dans un récent article de Robin Fasel sur le fan moderne. Il rajoutait que « les données n’expliquent pas tout, elles peuvent être sources d’interprétations diverses et variées. » En effet, bien que Jack Atkinson, le cofondateur, plaide en faveur d’une application au service de la critique juste et constructive qui contribuent positivement aux arbitres, centraliser ce genre de données peut mettre davantage de pression sur les épaules des arbitres, bien qu’aidés depuis peu par la VAR en football.

Jack Atkinson & Nathan Derriman, les cofondateurs de Uref

En plus de contribuer à l’engagement des fans, cette application peut également servir les intérêts d’autres acteurs. Cette manne de données créée par les fans (classement des arbitres, évaluation de leur décision) peut être utilisée par les médias lors des débriefs d’après match. On pense également aux applications de paris sportifs qui verront dans URef un bon moyen de mettre en lumière des paris encore peu exploités sur leur site tels que le nombre de cartons ou de coups francs distribués dans un match par l’arbitre.
Enfin, ces données pourront très bien être utilisées par les arbitres eux-mêmes et les organismes de formation et d’analyses des futurs Hommes de lois.

Une égérie pour une promotion osée

Nous exposions il y a peu un “sponsoring osé pour faire le buzz d’un club de rugby français”, dans le même registre, les co-fondateur de URef ont fait appel à une ex-actrice de porno devenue influenceuse aux 14 millions d’abonnés sur Instagram : Mia Khalifa. En effet, l’ex-actrice possède une connaissance approfondie du football, de la NFL, de la NBA et de la LNH qu’elle n’hésite pas à partager sur ses réseaux sociaux qui sont largement suivis. D’autant plus que sa notoriété au Royaume-Uni est importante, son public est tout autant attiré par la Premier League. Un partenariat qui permettra de mettre en lumière cette application largement.

https://twitter.com/URef_Official/status/1099645872579596290?s=20

Cette application nous parait intéressante car elle offre davantage d’informations au fan. C’est aussi une part d’éducation sur les lois du jeu que parfois trop peu de fans connaissent réellement. Enfin, cela permet une interaction entre les communautés de fans. 

URef a pour ambition de se déployer dans d’autres championnats européens et pourquoi pas aux États-Unis.
URef va peut-être rejoindre ces nouvelles applications que l’on utilise au stade pour consommer comme Digifood ou pour visionner un ralenti avec Vogo. Les deux créateurs australiens ont saisi que le fan a la volonté d’être de plus en plus acteur du match notamment via son usage du “second écran”.

Cet article était-il intéressant ?

Vous l'aurez compris, Fanstriker est dans l'air du temps en ce qui concerne le sport business avec comme mot d'ordre : le fan ! Attiré par tout ce qu'il se fait en matière d'activations dans les stades ou événements sportifs, mon but est de faire grandir le projet et de vous proposer des lectures sur le sujet de l'expérience fan.

Fan expérience dans le monde

Les assistants vocaux dans le sport sont-ils le futur de l’expérience fan ?

Les assistants vocaux sont de plus en plus tendance. Découvrez comment ces assistants virtuels sont et seront utilisés afin d’améliorer l’expérience fan.

Publié

le

Les assistants vocaux dans le sport

Il y a quelques semaines, la FIFA s’est interrogée sur comment tirer parti des assistants vocaux, cette nouvelle technologie qui se démocratise dans d’autres secteurs que le sport. De ce fait, l’autorité dirigeante du football mondial a lancé un hackathon. Nous nous sommes donc penché sur l’existence d’idées mêlant expérience fan et technologie vocale.

 

Le vocal, l’une des technologies qui va s’étendre largement d’ici les prochaines années selon plusieurs experts. Les possibilités sont nombreuses et cela nous laisse déjà rêveur pour améliorer notre quotidien dans la vie mais aussi au stade…
Les nouvelles technologies sont généralement une aubaine pour l’expérience fan. En effet, que ce soit la réalité virtuelle avec la PSG Experience au Paris Saint-Germain, la réalité augmentée, les hologrammes, les bots conversationnels et autres, ils commencent à arriver dans les clubs afin d’améliorer l’expérience du spectateur. Mais quid des assistants vocaux ?

Suivre les matchs, obtenir les résultats, connaitre des statistiques

Tout d’abord, les assistants vocaux tels qu’Alexa chez Amazon ou Google Home permettent aux utilisateurs de rester au contact de l’information la plus fraiche. Pour les fans de sports c’est la possibilité de suivre les résultats de leur équipe favorite presque sans action, en quelques mots. Ces assistants permettent également bien plus que cela.
En effet, il est possible en quelques secondes d’obtenir des statistiques précises instantanées et ou historiques. Pour les fans de baseball, il existe par exemple l’application Baseball Reference Alexa qui permet d’avoir des statistiques depuis 1871. Parmi les questions que le fan peut poser via cette application, il peut demander quel est le joueur le plus âgé ou le plus jeune en MLB, ou encore les trois meilleurs joueurs en strike outs en 1904…
À l’occasion des Jeux Olympiques d’hiver 2018 de Pyeongchang, France Télévision avait mis en place un système d’assistant vocal. Ce dernier nommé LiA permettait de donner les résultats en direct, le classement des médailles 24h/24. Un petit plus pour ne rien manquer de la compétition.

Ce système a aussi été mis en place par Arsenal FC. En effet, Arsenal est devenu dès 2017 le premier club de Premier League à utiliser les compétences d’Alexa afin d’améliorer l’expérience de ses fans. Via Amazon Alexa, les fans des Gunners résidants au Royaume-Uni et aux Etats-Unis peuvent ainsi avoir accès aux commentaires, aux statistiques, ou encore au score du match en live.

En France, c’est le FC Nantes qui fut le pionnier de cette technologie avec l’assistant Google. Développer par la start-up nantaise, BOTNATION AI. Le petit plus est que les fans interagissent directement avec les joueurs nantais. Mais il est aussi possible de répondre à un quiz sur l’histoire des Canaries, d’obtenir les résultats et les dernières actualités en disant simplement “OK Google, parler avec le FC Nantes”. Ce nouveau moyen de communication avait été mis en avant l’été dernier en révélant une des nouvelles recrues du club.

Un assistant vocal pour l’expérience matchday ?

Demain, les assistants vocaux pourront permettre aux fans de ne rien manquer d’un match. Plus besoin de se déplacer au stand de restauration pour commander ou remplir son verre, plus besoin de prendre le risque de manquer une action. Nous n’aurons même plus à regarder notre smartphone, nos yeux resterons sur ce qui compte le plus, le jeu.

Côté data, les données que les clubs vont pouvoir récolter seront précieuses afin d’améliorer et de personnaliser l’expérience de ses utilisateurs. Ceci est notamment déjà mis en place en MLB dans l’entre des Seattle Mariners. En effet, dans les espaces VIP du stade, il est possible de commander de la nourriture mais aussi bien de changer de chaîne TV ou de mettre de la musique grâce à l’assistant vocal Amazon Echo.

Autre exemple de l’usage du vocal, l’application nommée Catch Sports lancée par Turner Sports permet au fan à la maison de demander à Alexa des recommandations sur quel match regarder et sur quelle chaine celui-ci est diffusé.

Elargir son audience notamment en éduquant les néo-fans

Les assistants vocaux sont précieux en particulier dans la recherche d’informations (statistiques, résultats…). Mais ils peuvent aussi permettre d’améliorer l’expérience d’un fan novice en lui permettant de comprendre les règles et mots techniques liés à un sport. Ainsi, pour les play-offs de football américain en 2019, la NFL a permis aux nouveaux fans d’apprendre les termes spécifiques en demandant directement à Alexa. Cela permet de cibler une nouvelle audience telle que les non-américain. Rappelons que la NFL délocalise des matchs au Royaume-Unis chaque année pour élargir son audience en Europe notamment.

À l’inverse, nous pouvons voir dans le documentaire Sport Reporter “American History XV” diffusé il y a quelques mois sur Canal+ (accessible sur le replay mycanal.fr), que pour éduquer les américains présents au stade lors d’un match de Major League Rugby (MLR) et qui ne connaissent peut-être pas très bien ce sport proche mais différent du football américain, que le speaker explique les coups de sifflet de l’arbitre en direct. Les assistants vocaux permettent d’éduquer une audience plus large puisqu’il n’est pas nécessaire d’être au stade. Être devant son écran de télévision ou son smartphone suffirait.

Benjamin Stoll, le responsable de la stratégie digital du Bayern Munich voue un bel avenir aux services d’audio live. Ces services permettent de toucher les déficients visuels mais offrent aussi une nouvelle expérience aux fans.

“Actuellement, nous mettons en place une fonctionnalité sur nos sites web et dans notre application qui lit les articles et le site comme un service vocal. Un service qui répond donc à un besoin pour les malvoyants, mais offre également un nouveau service de commodité à tous les fans.”

Le vocal, pour offrir une expérience vraiment complète

Dans les sports automobiles et particulièrement en Formule 1, il est bien connu que les données statistiques sont d’une importance capitale dans la compétition pour les écuries. Mais elles le sont également pour les fans. James Cough, récent vainqueur du F1 Innovation Prize, a imaginé un Virtual Smart Assistant délivrant des datas personnalisées via une commande vocale et gestuelle. Le but est de permettre aux fans d’avoir accès à toutes les données qu’ils désirent, pas seulement pour voir ce qui se passe durant le course mais aussi comprendre ce qu’il voit. De la pédagogie liée à l’expérience. Plus le spectateur comprendra ce qu’il vit, plus il s’y intéressera.

“Grâce à mon application, je veux que les autres fans aient un aperçu de l’intérieur d’un sport qu’ils aiment. J’espère que mon idée permettra aux fans d’avoir accès à toutes les données qu’ils veulent, et qu’ils pourront les utiliser non seulement pour voir ce qui se passe, mais aussi pour comprendre pourquoi. Cela devrait permettre à un plus grand nombre de personnes de s’impliquer dans le sport.”

James Cough, vainqueur du F1 Innovation Prize

Cette innovation pourrait permettre à la F1 de transformer ses spectateurs occasionnels en véritable experts. Comme expliqué par Ross Brawn, le directeur technique et sportif de la F1, la Formule 1 souhaite démocratiser l’accès à la Formule 1 pour les fans en facilitant la compréhension des termes techniques notamment.

“Nous voulons faire tomber les barrières de la langue et du savoir-faire technique pour que plus de gens dans le monde entier puissent s’immerger dans le plus grand spectacle sportif du monde.”

Ross Brawn, directeur technique et sportif de la F1

C’est une nouvelle étape dans l’engagement des fans en Formule 1. Lewis Hamilton, quintuple champion de Formule 1, a notamment déclaré “les gens s’interrogent toujours sur le poids, le degré d’activité physique, la difficulté… Mais si vous pouvez utiliser les données pour vraiment expliquer ces paramètres et pourquoi c’est si difficile, je pense que cela va naturellement rendre les gens plus excités…”
Vinod Kumar, directeur général de Tata Communications (co-organisateur du F1 Innovation Prize), a quant à lui affirmé que cela allait permettre aux fans d’être encore plus impliqués dans le sport. Nous le croyons aussi.

L’assistant vocal pourrait aussi être utilisé dans le but d’améliorer l’expérience des fans déficients visuels. L’audio-description au stade existe déjà mais n’est pas présente dans toutes les enceintes. Les assistants virtuels pourraient permettre une meilleure accessibilité aux événements sportifs pour les personnes déficientes visuelles par exemple.

Le vocal laisse envisager de nouvelles façons de proposer du contenu à ses fans, en l’informant davantage sur l’événement sportif auquel il assiste. Développer cette technologie va très certainement enrichir l’expérience des spectateurs tout en les rendant plus investis. Nous pouvons imaginer que s’ils sont plus investis, ils auront tendances à s’engager davantage, à venir au stade plus fréquemment. Peut-être le plus gros avantage à long terme pour l’organisateur.

Cet article était-il intéressant ?

Continuer la lecture

Nouveautés