Suis-nous

Fan expérience dans le monde

URef, une application qui permet aux fans de noter les arbitres

URef permet aux fans de football anglais de noter les arbitres de Premier League selon un ensemble de données statistiques.

Publié

le

De nos jours, tout est question de notes pour se faire un avis sur un repas, un restaurant, un joueur ou… un arbitre. Uref, une application d’une start-up australienne, offre la possibilité de noter les arbitres de Premier League grâce à de multiples données et permet ainsi aux fans de faire entendre leur voix sur la question de l’arbitrage.

 

Lorsque l’on pense à un match, nous oublions souvent que l’arbitre fait partie intégrante du jeu. C’est pour cette raison que deux australiens ont imaginé un concept digital intéressant.
URef est une toute jeune application en Angleterre, téléchargeable sur l’App Store ainsi que sur le Play Store et qui compte déjà plus de 10 000 téléchargements. Elle a été élaborée par deux fondateurs australiens, Jack Atkinson & Nathan Derriman. URef se positionne comme la plateforme digitale qui permet aux fans de décrypter les statistiques et décisions des arbitres du championnat de football anglais. Elle offre la possibilité de noter et donc de classer ces acteurs décisifs du match.

Assister plutôt que critiquer

Qui n’a jamais abusé du réseau social Twitter pour déverser sa frustration face à une décision, souvent considérée comme injuste, prise par l’arbitre contre votre équipe favorite ? C’est à partir de ce phénomène que les deux fondateurs australiens ont eu l’idée de canaliser toutes ces critiques grâce à une application qui propose des statistiques précises, comme le nombre de cartons distribués dans la carrière de l’arbitre ou encore le nombre de coup francs attribués, et permet aux fans d’exprimer leurs pensées de manière constructive. Les supporters jugent ainsi les décisions clés d’un match et participent à l’évaluation de l’arbitre. Un algorithme est même programmé pour éliminer les notations trop extrêmes et répétitives pour conserver un ensemble équitable de retours d’utilisateurs.

Les différentes fonctionnalités de cette application

Comme la plupart des applications de suivi de match en direct, les scores et les statistiques des équipes sont affichés. Celles de l’arbitre y apparaissent aussi, ce qui permet de suivre sa “côte” en direct. Les utilisateurs peuvent également interagir face aux décisions prises par l’homme ou la femme au sifflet. Avant la rencontre, l’interface partage des informations sur les matchs précédents aux utilisateurs, de façon à ce qu’ils puissent se faire une idée sur l’issue de la rencontre à venir.

Pendant ou après le match, les fans notent l’arbitre à l’aide d’une jauge qu’il doivent déplacer selon la note attribuée. Ce sont ces votes qui vont permettre d’établir le classement général des arbitres référencés.

Après ou avant la notation, une fonction Fan Jury permet d’exprimer son opinion sur toutes les décisions controversées grâce à des systèmes d’engagement via des questionnaires et des sondages.

Le classement des arbitres est fonction des notes des utilisateurs mais également selon le nombre de coups-francs, cartons jaunes, cartons rouges ou buts attribués tout au long de leur carrière. Plus subtil, il existe un classement des arbitres les plus « favorables » pour son équipe favorite, en fonction du nombre de matchs que celui-ci a arbitré corrélé au nombre de victoire pour l’équipe du fan.

Des chiffres à utiliser à bon escient

« La statistique est devenue un standard, elle sert de caution à ceux qui interagissent à travers le sport » estimait Matthieu Lille-Palette (Opta) dans un récent article de Robin Fasel sur le fan moderne. Il rajoutait que « les données n’expliquent pas tout, elles peuvent être sources d’interprétations diverses et variées. » En effet, bien que Jack Atkinson, le cofondateur, plaide en faveur d’une application au service de la critique juste et constructive qui contribuent positivement aux arbitres, centraliser ce genre de données peut mettre davantage de pression sur les épaules des arbitres, bien qu’aidés depuis peu par la VAR en football.

Jack Atkinson & Nathan Derriman, les cofondateurs de Uref

En plus de contribuer à l’engagement des fans, cette application peut également servir les intérêts d’autres acteurs. Cette manne de données créée par les fans (classement des arbitres, évaluation de leur décision) peut être utilisée par les médias lors des débriefs d’après match. On pense également aux applications de paris sportifs qui verront dans URef un bon moyen de mettre en lumière des paris encore peu exploités sur leur site tels que le nombre de cartons ou de coups francs distribués dans un match par l’arbitre.
Enfin, ces données pourront très bien être utilisées par les arbitres eux-mêmes et les organismes de formation et d’analyses des futurs Hommes de lois.

Une égérie pour une promotion osée

Nous exposions il y a peu un “sponsoring osé pour faire le buzz d’un club de rugby français”, dans le même registre, les co-fondateur de URef ont fait appel à une ex-actrice de porno devenue influenceuse aux 14 millions d’abonnés sur Instagram : Mia Khalifa. En effet, l’ex-actrice possède une connaissance approfondie du football, de la NFL, de la NBA et de la LNH qu’elle n’hésite pas à partager sur ses réseaux sociaux qui sont largement suivis. D’autant plus que sa notoriété au Royaume-Uni est importante, son public est tout autant attiré par la Premier League. Un partenariat qui permettra de mettre en lumière cette application largement.

Cette application nous parait intéressante car elle offre davantage d’informations au fan. C’est aussi une part d’éducation sur les lois du jeu que parfois trop peu de fans connaissent réellement. Enfin, cela permet une interaction entre les communautés de fans. 

URef a pour ambition de se déployer dans d’autres championnats européens et pourquoi pas aux États-Unis.
URef va peut-être rejoindre ces nouvelles applications que l’on utilise au stade pour consommer comme Digifood ou pour visionner un ralenti avec Vogo. Les deux créateurs australiens ont saisi que le fan a la volonté d’être de plus en plus acteur du match notamment via son usage du “second écran”.

Vous l'aurez compris, Fanstriker est dans l'air du temps en ce qui concerne le sport business avec comme mot d'ordre : le fan ! Attiré par tout ce qu'il se fait en matière d'activations dans les stades ou événements sportifs, mon but est de faire grandir le projet et de vous proposer des lectures sur le sujet de l'expérience fan.

Fan expérience dans le monde

Le rôle des partenaires dans l’expérience spectateur

Le partenaire d’un club sportif doit s’inscrire dans un projet d’enrichissement de l’expérience des spectateurs dans le cadre d’un objectif commun.

Publié

le

Un partenaire a la responsabilité de s’inscrire dans le projet du club de développement de son expérience spectateur. Son objectif de visibilité peut être lié en grande partie aux problématiques de remplissage de stade. 

 

Le site définition-marketing.com définit le sponsoring comme : « un soutien financier ou matériel apporté à un événement, une fédération, une équipe sportive ou un sportif par un partenaire annonceur en échange de différentes formes de visibilité et de collaborations. » Mais justement depuis quelques mois la tendance est en train de changer, on entend de plus en plus parler « d’activations de partenariat » plutôt que de « visibilité ». En effet, le partenariat devient alors un moyen d’offrir au prospect une expérience de marque unique et innovante.

Comment construire un partenariat cohérent favorisant une bonne expérience de marque ?

  • Proposer des services inédits

Que diriez-vous si un partenaire vous offrait une place de parking VIP pour aller au stade pour supporter votre équipe préférée ? Mieux, que diriez-vous si ce même partenaire vous mettait à disposition une voiture pour tout le week-end ?

@Hyundai

La marque active son programme #HyundaiExperience avec le club de l’OL

Depuis quelques mois, les supporters de l’Olympique Lyonnais propriétaires d’une voiture de la marque Hyundai peuvent en effet, via le programme Hyundai Expérience, avoir accès à une place de parking VIP qui leur est réservée au stade. Pour les autres, ils peuvent toujours participer à un jeu-concours, afin de leur faire profiter d’une voiture Hyundai pour le week-end, et partager leur expérience sur les réseaux sociaux via les hashtags de l’opération : #PartagerHyundai et #HyundaiExperience.

  • Garantir des expériences inédites

Pour une marque, activer son partenariat pour offrir un service aux spectateurs et à ses prospects constitue une bonne première étape, mais leur offrir une expérience inédite ne fera que renforcer l’image de ce partenariat.

De nos jours, quoi de mieux que de dormir dans votre stade préféré, théâtre d’exploits retentissants ? Depuis un an et la mise en place de la Suite 345 à l’AccorHotels Arena, de plus en plus de clubs (le Bayern Munich, les Girondins de Bordeaux, le PSG et même le Havre AC…) proposent désormais à leurs spectateurs de prolonger le match en privatisant le stade pendant une nuit et en transformant une loge en chambre d’hôte exceptionnelle.

En revanche, comme l’explique l’article sur les meilleures activations de partenariat, seule la franchise NBA des Miami Heat, en partenariat avec Booking propose de compléter l’expérience avec une visite de son stade, l’American Airlines Arena, suivie d’un diner au Lounge. Mais comme si cela n’était pas suffisant, vous pourrez également grâce à Booking, être à quelques mètres des joueurs durant leur échauffement puis rencontrer une légende du basket à la mi-temps avant de shooter quelques lancers-francs à la fin du match sur le parquet du Heat.

Cela ne vous suffit pas ? Le club du Heat vous offre votre photo souvenir avec le trophée Larry O’Brien. Et enfin, avant d’aller dormir, vous pourrez profiter d’un film sur l’écran géant de la salle.

Une activation complète, commercialisée par la marque Booking, qui rappelle le partenariat passé entre Airbnb et Audi, qui avait permis à une famille de dormir au sein de l’Allianz Arena.

@Booking

Booking et sa chambre dans le stade à Miami

Pour le fan, comment ne pas garder en mémoire cette magnifique soirée passée grâce à Booking ? L’image de marque véhiculée et relayée sur les réseaux sociaux est alors extrêmement positive. Le partenaire devient alors « un créateur d’émotion », pour le fan qui a profité de cette animation, le résultat du match en devient secondaire.

  • Générer du trafic depuis le partenaire vers le club

Comme l’évoque ici Antony Thiodet, directeur de Time For Biz, agence de conseil en développement commercial des clubs sportifs, très souvent, les clubs établissent avec les enseignes de grande distribution, et notamment les chaines de fast-food, des partenariats visant la création de trafic du stade vers ces enseignes. Et si le chemin inverse s’avérait plus opportun ?

En effet, nous avons tous déjà vu ce message au dos du billet de match : « Pour l’achat d’un menu Maxi Best of, un Big Mac offert », mais qui a réellement profité de cette offre ? En étant optimiste, on considère un pourcentage de conversion de 5 à 10 %, après calculs, on peut donc prétendre générer un trafic de 3 250 nouveaux clients auprès de l’enseigne sur une année.

Mais prenons l’exemple du club de football du SCO Angers qui a réfléchit autrement en mettant en place un partenariat avec plusieurs restaurants McDonald’s de la ville. Le nombre de passages en caisses enregistrés auprès de l’ensemble des restaurants McDonald’s angevins se comptant en millions, la perspective de générer du trafic depuis les restaurants jusqu’au stade Raymond Kopa semble bien plus fructueuse. Ne reste plus qu’aux deux partenaires à mettre en place un jeu concours attrayant permettant de gagner un match en immersion totale dans des conditions VIP ainsi que de nombreux cadeaux aux couleurs du SCO d’Angers.

L’activation du partenariat entre le SCO Angers et McDonald

  • Apporter du contenu supplémentaire et des statistiques

Plus le partenariat semble en cohérence avec le cœur de métier du partenaire, plus il sera crédible auprès des spectateurs prospects. Sur ce principe, IBM et l’ATP se sont réunis autour d’un projet commun : l’IBM SlamTracker. L’idée ? Apporter toujours plus de statistiques à un spectateur toujours plus connecté, avide de data et qui consomme le sport en multi-device.

@ATP

La plateforme issue du partenariat entre IBM et l’ATP : l’IBM SlamTracker

Un exemple similaire à ce que réalise PMU dans le monde du sport équestre avec PMU Tracking. 

Mais alors, quand cela n’est pas notre cœur de métier, une marque ne peut pas apporter de contenu au spectateur me direz-vous ? Eh bien si, au contraire ! Il ne faut pas aller bien loin pour regarder ce qu’a mis en place BNP Paribas avec un blog intitulé « We Are Tennis ». Ce blog retraçant l’actualité du Tennis dans le monde permet à la banque française via une stratégie d’Inbound Marketing de se rapprocher de sa cible (les fans de Tennis) en lui apportant du contenu et de l’information.

Un objectif et des efforts communs

Ce qu’il faut retenir de cet article est certainement que la marque doit elle aussi travailler pour garantir une expérience enrichie aux spectateurs. Suffisance, manque de moyens humains ou financiers, manque d’idées… les freins peuvent être nombreux, cependant, il faut bien saisir qu’une marque qui active un partenariat uniquement par de la visibilité LED en bord de terrain n’aura probablement pas le même attrait auprès du public que si elle s’investit plus largement sur des activations expérientielles avec des prises de paroles fréquentes sur les réseaux sociaux par exemple. 

Bien au-delà de la simple visibilité, le partenariat sportif devient un moyen d’offrir au spectateur et au prospect une expérience de marque unique et innovante. L’ensemble des sens pouvant être touchés, la mémorisation de la marque n’en sera que plus forte par le fan et sa recommandation plus efficace.
Le club doit donc embarquer ses différents partenaires dans cette direction qui devrait participer à la volonté commune de visibilité et d’expérience valorisée. 

 

Passionné de sport depuis toujours, j’ai décidé d’en faire mes études. Spécialisé dans la communication et l’expérience spectateur, j’ai désormais pour objectif d’en faire mon métier.
Un Grand Merci à Fanstriker pour m’avoir laissé l’opportunité de rédiger cet article. Si vous le souhaitez, vous pouvez poursuivre la lecture en allant sur mon profil Linkedin, sur lequel j’ai lancé l’opération #ImproveYourFanExperience : 1 jour = 1 idée novatrice pour la fan expérience.

Continuer la lecture

Nouveautés