Suis-nous
New Zealand Rugby Museum New Zealand Rugby Museum

Fan expérience dans le monde

Visite du musée national du Rugby en Nouvelle Zélande

Retour sur la visite du musée sport national de la Nouvelle-Zélande : archives, objets cultes, anecdotes, espace interactif, etc. Fanstriker partage avec vous son expérience de fan au musée.

Publié

le

Les musées sont une bonne manière de solliciter les fans d’un sport ou d’une équipe tout au long de l’année. Un moyen d’interagir avec eux en dehors du stade ou des matchs. Parfois une source de revenus supplémentaire, mais également un moyen privilégié pour se rapprocher de sa communauté.

[Click here to read article in English]

 

Nous avions déjà partagé avec vous notre expérience au sein du Nou Camp du Barça il y a quelques mois. Place cette fois-ci au musée dédié au rugby et à la plus grande équipe du monde à Palmerston North au cœur de la Nouvelle-Zélande.

Entrée du musée @NZMuseumRugby

Entrée du musée

Une première partie « classique »

On ne peut pas y échapper, nous sommes dans un musée : la première partie est consacrée à l’histoire du rugby et à sa naissance en Nouvelle-Zélande, importée par les marins anglais en 1870. Même si le format assez classique des panneaux à lire et d’objets d’époque n’est pas très original, on y apprend beaucoup de choses.

Première fougère sur le maillot des Blacks@NZMuseumRugby

Première fougère sur le maillot des Blacks

On retrouve notamment l’histoire du premier arbitre au monde à avoir utilisé un sifflet pour signaler un arrêt de jeu (il y a même le fameux sifflet). Le maillot des All Blacks avec la toute première fougère brodée “old school”, symbole national, bien au-delà du rugby. Des programmes de match, des ballons, des maillots des années 1900 qui nous plongent dans un autre univers.

Programme de match des années 1940@Fanstriker

Programme de match des années 1940

Le musée traite des All Blacks mais également de toutes les autres équipes les ayant affrontés.
Saviez-vous par exemple qu’un véritable oiseau Kiwi, servant de mascotte à l’équipe, avait fait le déplacement pour tous les matchs des Blacks en Europe dans les années 60 ?

Du rugby dans les tranchées

Nous avons également découvert que ce pays commémore très fortement les soldats ayant participé à la première et à la seconde guerre mondiale. Un espace dédié aux rugbymen morts sur le front occupe une place importante du musée.

De 1870 à nos jours

Les couloirs chronologiques font remonter l’histoire du rugby jusqu’à la coupe du monde organisée à domicile en 2011 et au dernier titre des Blacks remporté en 2015. Des espaces sont également dédiés au rugby féminin et au Sevens. D’énormes livres d’archives, recensant tous les matchs joués des All Blacks peuvent également être consultés. On a d’ailleurs retrouvé des feuilles de match portant les noms de Sella et de Blanco !

Archives de l'équipe de France à disposition@Fanstriker

Archives de l’équipe de France à disposition

Flexion, Touchez, Jeu

Petite pause ludique au milieu de la visite. Un grand espace interactif ouvert à tous permet de mesurer ses performances sportives à celle des plus grands sportifs. Tout d’abord, on peut comparer sa silhouette au profil moyen d’un All Black, c’est plutôt chouette non ?! Ensuite, on peut tenter d’égaler des records à la course, au drop, au plaquage, au saut ou à la mêlée. Un super moyen de faire vivre des émotions et de faire pratiquer du sport dans un musée.

Espace ludique du musée@NZRugbyMuseum

Espace ludique du musée

Simulateur de mêlée@Fanstriker

Simulateur de mêlée

Le Haka

Impossible de ne pas parler du Haka dans cet article. Un espace dans le musée explique l’origine maorie du Haka, sa signification, ses paroles et traduction ainsi que son évolution depuis le début du rugby.

Un cadeau pour les fans

Les visiteurs peuvent découvrir ce que leurs idoles possédaient dans le tiroir de leur table de nuit : bien sur quelques équipements sportifs, tickets de matchs, mais aussi portefeuille, photos de famille, caleçon fétiche et d’autres petits détails précieux pour le fan qui souhaite en savoir plus sur l’intimité de son joueur préféré. Une super idée !

Le tiroir du fan @Fanstriker

Le tiroir de Richie McCaw

Les chips des All Blacks

Assez insolite, le musée recense également tous les produits comestibles qui ont fait la promotion des Blacks : chips, canettes, barres chocolatées, etc. Le marketing s’expose dans ce lieu culte du rugby.

La fin de la visite

En fin de visite, nous trouvons également un espace de diffusion qui repasse le dernier match de rugby international (presque en direct) ainsi qu’une boutique avec quelques articles des All Blacks : classique mais efficace dans le parcours du client.

Nous vous laissons en découvrir plus dans la vidéo ci-dessous.

L’heure du Bilan

Ce petit musée est une mine d’or pour les fans de rugby. L’espace plutôt restreint permet finalement une visite rapide (on y a passé quand même plus d’1h30 !!). Mais la visite peut vraiment se prolonger si l’on fait attention à tous les petits détails, les histoires, tellement il y a de choses. En ce qui concerne le prix, l’entrée est peu chère (environ 8€) et le petit plus : des bénévoles passionnés sont à votre disposition pour vous partager une anecdote croustillante.

Nous avons passé un très bon moment dans ce musée, entre nouvelles connaissances et tentatives de plaquage, nous sommes fins prêts pour assister au prochain match.
Et si vous faites un tour par Palmerston North, n’hésitez pas à visiter le National Museum of Rugby, et pensez à prendre un pins de votre équipe favorite, ils en font la collection.

 

Contact Laure NZ

Passionnée, supportrice et grande curieuse, j'ai à cœur de partager ma vision des événements. Convaincue du rôle central que les fans ont à jouer dans le développement du sport, je suis ravie de pouvoir mettre en lumière les bonnes pratiques qui peuvent servir d'exemple et d'inspiration à tous grâce à Fanstriker. Passionate, curious by nature, and a true fan, I like to share my vision about sport events. I am convinced that fans have a considerable part to play to develop the sport economy. Through Fanstriker I aim at bringing to light the best practices that can serve as an example or an inspiration.

Fan expérience dans le monde

Objectif 100% cashless pour le Mercedes-Benz Stadium à Atlanta

Le Mercedes-Benz Stadium à Atlanta prépare la transition de paiement au 100% cashless. Un moyen de consommation qui présente plusieurs avantages.

Publié

le

L’enceinte sportive la plus aboutie aux États-Unis souhaite devenir le premier stade de NFL et de MLS 100% cashless. La transition vers un paiement totalement sans contact va cependant se faire en douceur.

 

Très commun dans le monde du divertissement et notamment dans les festivals, le cashless gagne peu à peu le monde du sport. Déjà plusieurs enceintes en sont équipées, même en France.
Le Mercedes-Benz stadium, le stade très futuriste d’Atlanta où s’est déroulé le dernier Super Bowl souhaite développer cette solution à 100% dans les prochains mois. La mise en place qui a déjà débutée le 10 mars dernier lors du match entre Atlanta United et le FC Cincinnati en MLS, va se faire en douceur.

Le cashless, une solution avantageuse

Il y a quelques mois déjà, Laure avait rédigée un article assez complet sur cette thématique que je vous invite à découvrir si vous ne l’avez pas encore fait.

Le cashless est une technologie qui présente plusieurs avantages pour un événement. Puisqu’il n’y a plus de monnaie manipulée par le public ou les équipes de vente, cela fluidifie l’attente lors du passage en caisse car le paiement est plus rapide et encourage également les fans à consommer au stade.

Avant l’événement, les spectateurs créditent leur carte (ou leur bracelet, ou leur téléphone, cela peut avoir plusieurs formes) du montant qu’ils souhaitent potentiellement dépenser sur la journée. Ensuite, lors de chaque commande, ils présentent leur solution cashless aux vendeurs via un appareil électronique.

Selon une étude en 2018 par PayInTech, le panier moyen des spectateurs dans les stades équipés d’une solution cashless représente un écart positif de +20%.

Cependant, cette solution ne présente pas que des avantages. Car pour un public réticent à ces formes de paiement “futuristes”, cela risque de présenter un frein au déplacement au stade. Il est donc essentiel pour le club d’éduquer, de former son public à travers des tutoriels vidéos sur les réseaux sociaux ou via un accompagnement physique au lancement. Ceci représente également un investissement pour le stade qui doit s’équiper des technologies adéquates, notamment de machines de change pour créditer les cartes des utilisateurs.

Comment le Mercedes-Benz Stadium va passer au 100% cashless

L’offre de restauration dans le stade d’Atlanta est certainement l’une des plus complètes des États-Unis avec des tarifs qui sont relativement abordables et des prix qui baissent régulièrement. La dernière baisse tarifaire date du 4 mars 2019, avec une économie de 0,50$ sur les cinq principaux produits de son offre. C’est la seconde année consécutive que le stade réalise une baisse sur son top 5.

Une stratégie qui fonctionne puisque pour la seconde année consécutive également, l’offre de boisson et nourriture a été élue numéro 1 des stades de NFL par les fans.

“Comme nous l’avons toujours dit, il nous incombe d’écouter nos fans et de leur répondre, et nous avons entendu dire que la valeur, la qualité et la rapidité du service sont extrêmement importantes. Par conséquent, nous avons encore une fois apporté des ajustements opérationnels à chacun de ces domaines. Nos fans sont nos principaux influenceurs et nous voulons nous assurer qu’ils ont le niveau de service auquel ils s’attendent du stade Mercedes-Benz. ”

Steve Cannon, directeur général du groupe AMB, qui exploite le stade

Avec une chute de 50% des prix de l’offre de restauration en 2017, les dépenses moyennes par supporter au cours des matchs des Falcons d’Atlanta ont augmenté de 16% par rapport à 2016. La campagne 2018 a également été couronnée de succès puisque les visiteurs ont en moyenne consommé de façon similaire à 2017.

Pour son lancement le 10 mars dernier, moins d’1% des spectateurs ont utilisé la solution cashless. Cependant, les organisateurs ne sont pas inquiets car si l’offre correspond à la demande, les fans devraient alors s’adapter.

Au total, ce sont 10 machines ATM cashless qui ont été installées aux différents niveaux du stade. Sur ces machines, le public peut déposer jusqu’à 1 000 $ (soit environ 885 €).

 

Ce passage au 100% cashless est donc à suivre de près pour les acteurs du sport business. Jusqu’ici, beaucoup de stades se sont équipés d’une solution cashless qu’ils cumulent avec le paiement classique. Il sera donc intéressant de voir les premiers retours de cette action à Atlanta. 

Continuer la lecture

Nouveautés